Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juillet 2012 4 05 /07 /juillet /2012 09:14

http://sd-1.archive-host.com/membres/images/205030527444844614/Hammer_sickle-2.png

 

 

 

Démocrite a répondu (voir ci-dessous) à la déclaration commune du PC maoïste de France et du PC maoïste – Italie « La lutte entre les nouveaux et les anciens impérialistes en Syrie ».

 

Dans sa réponse, Démocrite ne tient pas compte que ce sont « les masses qui font l’histoire » et que ces masses se révoltent. On ne peut donc soutenir un dictateur, un tyran contre les peuples, d’autant plus que ces tyrans s’appuient sur tel ou tel impérialiste voire passe de l’un à l’autre.

 

Démocrite ne veux pas voir la concurrence qui s’exacerbe entre les « anciens » impérialistes eux-mêmes d’une part et entre les « anciens » et les « nouveaux » impérialistes d’autre part ; l’enjeu étant de faire du commerce ou de tenir des positions stratégiques, comme la Chine qui a fourni des armes au Sri-Lanka pour massacrer les tamouls contre l’échange d’un port servant d’ancrage à sa marine de guerre.

 

Démocrite pleure sur les peuples en citant les irakiens, les libyens, les kosovars, oubliant de dire que les maoïstes se sont élevés contre l’intervention étrangère. Pour autant, tout en dénonçant l’intervention étrangère, les maoïstes n’ont pas soutenu les chefs de la rébellion.

 

Les masses ont le droit de se révolter contre les réactionnaires comme le disait le président Mao, qui soulignait que s’il faut bien comprendre les contradictions inter impérialistes et en tenir compte, on ne peut s’appuyer sur un impérialiste contre un autre.

 

Démocrite prétend que nous avons une position neutre, citant le 5ème paragraphe de notre déclaration (voir la déclaration ci-jointe) mais il se garde bien de citer nos mots d’ordre :

 

Vive la lutte du peuple syrien pour son émancipation !

A bas les cliques réactionnaires alliés aux anciens ou nouveaux impérialismes !

A bas l’intervention des impérialistes en Syrie !

 

Il fait référence à Mao Zedong qui en 1937 a fait alliance avec le Guomindang contre l’envahisseur japonais, confondant l’unité entre deux partis d’un pays dans un Front Uni contre un envahisseur extérieur, le Japon, et la lutte de l’URSS dirigée par Staline contre le nazisme et Mussolini, alliée aux démocraties occidentales tandis que dans les pays occupés, la résistance intérieure faisait un travail considérable.

 

La situation en Chine était celle d’un Parti qui avait son armée, des bases d’appui et qui mettait en avant la nécessité absolue de continuer la lutte contre le Guomindang tout en pratiquant l’unité avec lui. D’ailleurs, une fois les forces d’invasion japonaises défaites, le Front Uni a immédiatement pris fin.

 

Aujourd’hui en Syrie, il n’y a pas de parti communiste, sauf un parti révisionniste qui soutient le tyran comme les révisionnistes irakiens ont soutenu et soutiennent le gouvernement pro-américain.

 

Aujourd’hui, on est loin des années où il y avait un puissant Etat socialiste. Dès le milieu des années 50, les révisionnistes soviétiques ont pris le pouvoir après la mort de Staline, tout comme les révisionnistes chinois ont pris le pouvoir à la mort de Mao. 

 

Durant sa vie, Mao a lutté contre l’impérialisme, les deux super-puissances (USA/URSS). C’est Teng Xiaoping le renégat qui a avancé la théorie des trois mondes et a restauré le capitalisme et transformé la Chine en nouvel impérialisme.

 

Dans une première mouture la théorie des trois mondes stipulait que « contre les deux superpuissances, le second monde (les autres pays impérialistes) doivent s'unir avec le tiers-monde », ce qui voulait dire que les pays opprimés devaient s'unir avec les autres pays impérialistes qui les pillaient.


Dans la seconde mouture de la théorie des trois mondes, « l'impérialisme américain »  était inclus dans l'alliance contre-nature proposée entre pays opprimés et les autres pays impérialistes contre la seul social-impérialisme « soviétique ».

 

Cette position est anti-maoïste et Démocrite nous attaque en déformant nos propos et notre pensée.

 

Le rôle des révolutionnaires, des maoïstes, c’est d’aider les peuples en lutte à trouver la voie de la révolution en tenant compte des conditions spécifiques en ce moment où le fascisme sous toutes ses formes est à l’offensive, où le réformisme et le révisionnisme par leur attitude conciliatrice creusent le lit du fascisme, où les impérialistes se battent pour un nouveau repartage du monde qui peut conduire à une troisième guerre mondiale.

 

Nous devons dénoncer les « chiens de garde » de l’impérialisme quels qu’ils soient ; nous devons dénoncer les manœuvres des impérialistes anciens et nouveaux ; nous devons soutenir la création de partis maoïstes, d’un front uni comme l’avait réalisé Mao Zedong, à travers le développement de la Guerre Populaire prolongée.

 

Les peuples doivent détruire plusieurs montagnes, celle de l’impérialisme, de la bourgeoisie compradore et bureaucratique, de la semi-féodalité, les « chiens de garde » dans les pays opprimés et la bourgeoisie capitaliste impérialiste dans les pays occidentaux.

 

Contrairement aux pleurnicheries humanistes du dernier paragraphe de la critique de Démocrite, les communistes doivent mener la lutte au côté des masses opprimées, les aider à construire leur instrument révolutionnaire pour mener la guerre populaire à terme, c'est-à-dire au triomphe du communisme sur la terre entière.

 

La position de Démocrite doit être combattue car elle amènera à soutenir des régimes réactionnaires, qu’ils soient religieux ou laïcs, sous prétexte que les impérialistes et les réactionnaires manœuvrent. 

 

PC maoïste de France

 

------------------------------

 

Critique de la «Déclaration commune des Partis maoïstes de France et d’Italie: La lutte entre les anciens et les nouveaux impérialistes en Syrie» (voir ci-dessous)

La guerre d’agression non-déclarée des impérialistes occidentaux contre la Syrie, s’inscrit dans le cadre des contradictions antagoniques inter-impérialistes, elle vise dans ce cas avant tout à asservir la Syrie puis s’attaquer à l’Iran et d’encercler la Russie et la Chine.

Les rapports des «anciens» et des «nouveaux» impérialistes vis-à-vis de la Syrie, contrairement à ce que soutient la déclaration, ne sont pas identiques. Les impérialistes dits «nouveaux» ce différencient des «anciens», parce qu’ils assistent la Syrie – même si ce n’était qu’au Conseil de Sécurité - à défendre son territoire et sa souveraineté. Donc quels que soient leurs objectifs futurs, dans la conjoncture présente ils agissent en protecteurs de la Syrie. C’est une distinction capitale que la déclaration, trop complaisante face aux affirmations des media bourgeois, omet de constater.

La préparation par les impérialistes occidentaux et leurs vassaux féodaux arabes, de la «révolte syrienne», d’abord médiatique et puis armée, similaire à celles de la Yougoslavie, de l’Irak et de la Libye, avait été signalée et dénoncée plusieurs semaines ou mois avant son déclanchement. Elle avait précédé et non pas suivi les «révoltes populaires». Par conséquent l’insistance de la déclaration sur le terme «révoltes populaires» pour décrire les agressions et les ingérences impérialistes, est intellectuellement offensante et travestit la réalité.

Dans le cinquième paragraphe, la déclaration, s’aligne, une fois de plus, sur les impérialistes alors qu’ils fomentent une «ingérence humanitaire» contre le pouvoir en place que la déclaration décrit comme des «tyrans et des massacreurs». Celle dernière traite négativement toute aide que pourrait fournir un pays impérialiste à un pays victime et adopte à chaque fois une position neutre devant les agressions des impérialistes occidentaux. La position des Partis maoïstes de France et d’Italie est curieuse lorsqu’ils disent: «…nous ne pouvons soutenir les guerres menées par les impérialistes contre les peuples», c'est-à-dire qu’ils préconisent des positions d’attente, de laisser faire, alors qu’ils devraient, qu’il est impératif non seulement de ne pas les soutenir mais de les condamner et aussi de s’y opposer!!! C’est encore une fois une position neutre, attentiste, opportuniste qui conforte les positions des agresseurs impérialistes!!! Plus loin il est dit «ni ne devons soutenir notre bourgeoisie impérialiste contre un autre pays impérialiste». Pourquoi pas? quand il est nécessaire, comme l’URSS lors de la Seconde Guerre mondiale, de s’allier avec un camp impérialiste contre un autre.

Puis ce dernier paragraphe insidieux et ridicule:

«Il est donc nécessaire de s’opposer au régime soutenu par les puissances impérialistes montantes ainsi qu’à toute intervention de l’OTAN qui n’a pour objectif que d’assoir la mainmise des impérialistes occidentaux au Proche-Orient»

Alors que Hannibal ad portas! (Hannibal est aux portes) ils considèrent nécessaire d’agir comme des cinquièmes colonnes, contre les forces armées de leur patrie. Est-il du tout crédible que la «révolte populaire» sur laquelle ils comptent, soit capable, après la défaite du régime au pouvoir, de combattre et d’expulser l’envahisseur!!!

Loin de vouloir être plus maoïste que les maoïstes, les positions des Partis maoïstes de France et d’Italie, semblent bien diverger de celle de Mao Zedong qui en 1937 s’était allié avec le Kuonmintang et ce grand ami de l’occident, Tchang Kaï-Chek contre l’envahisseur japonais.

Il est consternant de voir les Partis maoïstes de France et d’Italie adopter des positions similaires sinon pires que celles de certains partis, réformistes, trotskistes ou même dits «pro-albanais», qui avec des «analyses» et des intentions impeccablement «révolutionnaires», s’arrangent constamment pour se ranger sur les positions des impérialistes occidentaux et leurs auxiliaires féodaux arabes, contre «des dictateurs» devenus les cibles du moment, comme Milosevic, Kadhafi, Bachar al Assad. Cela a pour effet de désamorcer non seulement l’indignation de l’opinion publique mais aussi de démobiliser les communistes. Voir des partis communistes s’aligner «indignement» sur les mêmes positions que les criminels de guerre, tortionnaires et massacreurs que sont les impérialistes occidentaux, conduit à conclure que ce syndrome est trop fréquent pour qu’il soit fortuit, innocent ou le résultat d’une erreur de logique, d’un manque d’information, de naïveté,…. Serait-ce la conséquence d’un affaiblissement de conviction, de manque de courage, de fuite ou de soumission timorée devant l’offensive médiatique de l’impérialisme….ou  doit-on aller encore  plus loin?

 

Conclusion

Le problème se poserait ainsi: La contradiction antagonique entre la bourgeoisie et le prolétariat est très importante mais elle n’est pas la seule, il y en a d’autres, plus ou moins importantes et qui peuvent «s’entremêler».

En ce qui concerne la Syrie, comme c’était le cas pour l’Iraq et la Lybie, il faut prendre en considération de quelle manière ses habitants, dont le prolétariat, les classes populaires…, sont affectés, par le changement de leur régime politique en colonie, la transformation de citoyens en colonisés, avec toutes les conséquences, économiques, sociales, culturelles…. la perte de dignité qu’accompagnent cette forme de domination et qui implique forcement une importante aggravation de l’exploitation des travailleurs, le pillage, la répression…

Suite aux récents événements nous pouvons poser quelques questions:

- Où en sont les Irakiens après l’instauration de la «démocratie étasunienne»; vivent-ils mieux qu’au temps du régime Baath?

- Où en sont les Libyens après l’intervention «humanitaire» otanienne; vivent-ils mieux qu’au temps de la Jamahiriya?

- Où en sont les Kosovars et les l’ex-Yougoslaves après l’intervention occidentale; vivent-ils mieux maintenant qu’à l’époque de Milosevic?

Face à ces guerres d’agression, pour éviter l’asservissement, ces peuples avaient tout intérêt à se battre en tant que citoyens, en tant que communistes, en tant qu’hommes et femmes, contre la barbarie et les catastrophes qui les accompagnaient, même avec l’assistance d’autres impérialistes, à tout faire pour conserver l’indépendance nationale.

Les communistes, avant d’être des travailleurs, avant d’être citoyens, avant qu’ils fassent partie de la classe ouvrière ou qu’ils aient adopté une position politique ouvrière, sont des femmes et des hommes motivés par des sentiments de solidarité et de sympathie envers l’humanité.

 

Pour le Bureau de l’Association

Alexandre MOUMBARIS

19.6.2012

 

 

-----------------------------

 

En cette période de crise mondiale, les contradictions entre les pays impérialistes occidentaux et les puissances impérialistes montantes comme la Russie et la Chine s’exacerbent. Il s’agit pour chaque partie de consolider des positions stratégiques, d’en conquérir de nouvelles, de conserver ou arracher par tous les moyens de nouveaux contrats commerciaux dont les plus juteux sont l’exploitation des ressources naturelles et des terres agricoles au détriment des producteurs, et les ventes d’armes.

Dans les pays dominés par l’impérialisme, certains « chiens  de garde » d’aujourd’hui se sont imposés d’une façon légitime en dirigeant la lutte de libération nationale dans leur pays. Ils ont ensuite passé des accords avec les impérialistes et se sont érigés en dictateur contre leur peuple, en éliminant toute opposition, en particulier l’opposition communiste ou progressiste. D’autres ont renversés leurs rivaux soutenus par un ou plusieurs impérialistes, aidés en sous-main par des impérialistes rivaux. Il en a été ainsi dans quasiment toutes les anciennes colonies ou les territoires sous-mandats, comme la Syrie.

Dans ce pays, devant la montée de la contestation populaire contre la misère et la dictature, les impérialistes occidentaux manœuvrent en s’abritant sous le drapeau de la démocratie bourgeoise pour maintenir leur politique impérialiste et faire dévier le mécontentement et les révoltes populaires. Les impérialistes s’appuient notamment sur les classes dirigeantes ayant pris la tête du mouvement de masse opposé à l’ancien dictateur -qui se défendra jusqu’au bout en massacrant le peuple. Les manœuvres des impérialistes consistent à s’appuyer sur une clique contre une autre pour garantir la continuité de leurs intérêts tout en contenant et en éteignant les révoltes afin qu’elles ne se transforment pas en Révolution.

Les impérialistes veulent gagner, conserver et étendre le contrôle stratégique et économique des pays en révolte et souhaitent reprendre la main par l’instauration d’une nouvelle équipe qui leur soit favorable (les nouveaux « chiens de garde »). C’est pourquoi ils préconisent l’intervention humanitaire, aidés par les nouveaux philosophes réactionnaires du type BHL, au nom du « droit d’ingérence humanitaire » comme ils l’ont fait au cours du démantèlement programmé de l’ex-Yougoslavie et plus récemment en Lybie, quitte à favoriser des cliques réactionnaires qu’ils combattront plus tard.

Nous devons dénoncer les tyrans et les massacreurs, mais on ne peut pas s’appuyer sur un impérialisme contre un autre, soutenir les manœuvres des uns et des autres, pas plus que nous ne pouvons soutenir les guerres menées par les impérialistes contre les peuples, ni ne devons soutenir notre bourgeoisie impérialiste contre un autre pays impérialiste (ou vice-versa). Nous devons profiter de l’affaiblissement de nos bourgeoisies respectives pour développer les forces révolutionnaires dans l’objectif de la révolution prolétarienne, comme ce fut le cas en Russie en 1917.

Les masses populaires ont raison de se révolter contre la misère et les oppresseurs, mais sans Parti révolutionnaire, il est impossible de chasser l’impérialisme et les classes dirigeantes qui partagent le gâteau avec eux sur le dos du peuple travailleur.

Pour transformer la révolte et franchir toutes les étapes du processus révolutionnaire jusqu’à la victoire, un Parti révolutionnaire maoïste est nécessaire, dont la stratégie est la prise du pouvoir pour en finir avec l’exploitation impérialiste et capitaliste. Le Parti n’est pas suffisant, il faut aussi un front uni regroupant toutes les couches populaires, quelque soit leurs religions ou philosophies, leurs coutumes et leur histoire, contre les forces de la réaction et de l’impérialisme, ainsi qu’une armée populaire de libération. Ce sont les trois instruments indispensables à toute révolution.

Quoiqu’il se passe en Syrie, les révolutionnaires, les progressistes, les démocrates doivent soutenir la révolte du peuple et l’aider à s’organiser de manière autonome de l’une ou l’autre clique pro-impérialiste dans l’objectif de la révolution de nouvelle démocratie anti-impérialiste et anti-sioniste en direction du socialisme et du communisme. 

Il est donc nécessaire de s’opposer au régime soutenu par les puissances impérialistes montantes ainsi qu’à toute intervention de l’OTAN qui n’a pour objectif que d’assoir la mainmise des impérialistes occidentaux au Proche-Orient.

Vive la lutte du peuple syrien pour son émancipation !

A bas les cliques réactionnaires alliées aux anciens ou nouveaux impérialistes !

A bas l’intervention des impérialistes en Syrie !

Vive la guerre populaire des peuples du monde contre l’impérialisme et toutes les forces de la réaction !

PC maoïste de France
PC maoïste - Italie
8 juin 2012

Partager cet article

Repost 0
Published by drapeau rouge

Présentation

  • : Drapeau Rouge, le blog du PC maoïste de France
  • Drapeau Rouge, le blog du PC maoïste de France
  • : Le Drapeau Rouge est le journal et le blog du PC maoïste de France. Communiste,révolutionnaire et internationaliste, le PCmF lutte pour une révolution radicale en direction du communisme !
  • Contact

Evènements

Recherche

Publications

Livres

classiques

 

Brochures

http://www.aht.li/2055598/brochures_pcmf.JPG

Affiches

cpc.jpg

nouveaux combattants