Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 octobre 2014 5 17 /10 /octobre /2014 11:32
PCI (maoïste) : Message à la conférence internationale de solidarité avec la Guerre Populaire en Inde de Milan

Nous publions ici notre traduction du message du Parti Communiste d'Inde (maoïste) à la conférence internationale de solidarité avec la Guerre Populaire en Inde de Milan à laquelle nous avons participé.

Bloc Rouge (Unification des maoïstes)

 


 

Message à la conférence internationale de solidarité avec la Guerre Populaire en Inde de Milan

 

A tous les délégués qui sont venus pour cette conférence,
A tous les partis, organisations et individus qui ont travaillé pour l’organiser,
Au Comité de Soutien à la Guerre Populaire en Inde qui dirige cette Conférence,
Chaleureuses salutations révolutionnaires et Lal Salam sincère de la part du PCI (maoïste), de l’Armée de Guérilla Populaire de Libération (PLGA), des Comités Populaires Révolutionnaires (RPCs), des organisations de masse révolutionnaires et du peuple révolutionnaire d’Inde qu’il guide.

 

Nous vous saluons avec une joie particulière en célébrant le 10ème anniversaire de la fondation de notre parti avec une profonde appréciation quant à l’organisation de votre Conférence, qui est liée aux célébrations que nous tenons dans un contexte de grands tourments à l’échelle mondiale. La formation du PCI (maoïste) qui a uni les deux courants révolutionnaires majeurs en Inde a réalisé le rêve longtemps attendu par les révolutionnaires et les masses. En 10 ans d’existence, 2332 camarades, incluant des membres du Politburo, du Comité Central, des Comités d’Etats, de régions, de districts, des sous-zones, des quartiers et des villages, des membres principaux du parti ainsi que beaucoup d’autres de la PLGA ainsi que du Front Uni, ont fait le sacrifice suprême d’accomplir les tâches révolutionnaires qu’ils s’étaient fixées. Nous rendons hommage aux martyrs, aux masses révolutionnaires qui ont volontairement donné leurs vies et ont subi une répression inimaginable pour participer et soutenir la guerre populaire, et à toutes  celles et ceux qui ont donné leurs vies pour la grande cause du communisme dans le monde.

 

Pour nous, la célébration du 10ème anniversaire de notre parti est une opportunité pour évaluer nos réalisations et nos manques. La PLGA, la milice populaire et les masses révolutionnaires qu’elles dirigent, ont mené des batailles politiques et populaires contre un ennemi lourdement armé et entraîné, guidé et soutenu par l’impérialisme, particulièrement l’impérialisme américain. Nos camarades en prison ont écrit leurs magnifiques histoires sur la résistance. Nous célébrons ces réalisations, conscients de nos manques, dans le but d’aller de l’avant dans la voie de la guerre populaire prolongée.

 

Camarades,

 

Permettez nous tout d’abord de faire un bilan de ces 10 dernières années.

 

Pendant cette période, le parti, la PLGA, les RPCs et toutes les organisations de masse révolutionnaires qu’ils dirigent se sont ardemment efforcés de réaliser les tâches fixées à leur formation. En 2007, mettant en défaite les tentatives persistantes de nos ennemis pour nous contrecarrer, nous avons avec succès convoqué notre tant attendu Congres d’Unité, le 9ème congrès. Cela nous a permis d’approfondir et d’enrichir notre idéologie et notre unité politique. Un examen complet de nos réalisations et de nos manques, de nos succès et de nos échecs depuis les 2 ans et demi de notre unification.

 

A côté des tâches principales, d’autres tâches importantes ont été fixées. La direction a été renforcée. Ainsi, notre parti est sorti du congrès plus clair sur ses positions idéologico-politiques, plus consolidé dans son unité, plus endurci dans sa détermination et dans son esprit de combat, afin de réaliser les tâches d’avant-garde de la Révolution de Nouvelle Démocratie en Inde, en tant que contingent du prolétariat international.

 

Depuis 2004, et d’autant plus après le Congrès, la PLGA a fait de grands progrès par ses efforts ardus et a réalisé des attaques et des embuscades héroïques. Elle a avancé au niveau de formation de compagnies, a pris des mesures initiales dans la création de bataillons, et a amélioré sa capacité de commandement et de coordination de ses forces principales, secondaires et de base. Cela a permis d’attaquer et de complètement annihiler les forces mercenaires paramilitaires du gouvernement indien, dans sa globalité au niveau des pelotons, et en particulier au niveau des compagnies durant la bataille de Mukaram. Elle a développé une grande milice populaire se comptant par milliers. Elle a été l’instrument de la défaite des groupes de vigilance contre-révolutionnaires comme les groupes de Salwa Judum et Sendra, etc., avec lesquels l’ennemi a essayé de “tourner le peuple contre le peuple”. La milice populaire et les masses révolutionnaires ont également joué un rôle de grande importance dans les succès de la PLGA lors de ses plus grandes batailles.

 

Cette période nous a également donné de grandes leçons dans les luttes des masses révolutionnaires et dans la coordination entre les luttes de masse et les luttes armées. Nous devons particulièrement noter que cela a été réalisé dans des conditions où toutes les organisations liées à notre parti, ou même suspectées d’avoir des relations avec, sont interdites et leurs membres pris en chasse, assassinés ou emprisonnés. Au milieu de ces persécutions, pleinement conscients que “ce sont les masses qui font l’histoire et nous communistes n’en sommes que les enfants”, avons persisté dans la construction d’organisations de masses adaptées à ces conditions, et avons mobilisé les masses au nombre de centaines de milliers. Nous avons mené de grandes luttes de masse qui ont pris la forme de soulèvements de masse. Des nouvelles formes de luttes et d’organisation ont émergé, comme celles à Lalgarh et à Narayanpatna. Des bases favorables ont étés posées pour la consolidation d’un front anti-féodal et anti-impérialiste. Dans beaucoup d’autres parties du pays, de grandes luttes ont éclaté là où les masses se sont avancées pour défendre leurs terres. Elles se sont battues contre les plans de déplacement de population pour l’ouverture de grandes mines, de barrages et d’autres projets pro-impérialistes et pro-classe dominante. Nous soutenons ces luttes et en dirigeons certaines. Cela nous a donné une expérience riche dans la direction des luttes de masse, unifiant une large variété de forces. Ces luttes ont mis en évidence le rôle de direction du parti ainsi que la guerre populaire qu’il mène. Elles ont été d’une énorme aide dans l’extension des zones de guerre et dans l’expansion du parti et de la PLGA en convainquant de nouvelles forces.

 

Un autre domaine de lutte est progressivement en train de s’étendre à l’intérieur des prisons. Plusieurs milliers sont en prison. De de nombreuses prisons centrales, de district et locales réparties sur près de 20 Etats, ont été touchées par des grèves de la faim, parfois Illimitées, en lien avec les revendications des prisonniers politiques. De par leurs activités, nos camarades en prison ont réussi à mobiliser de simples prisonniers dans la lutte pour leurs droits. Les organisations et forces démocratiques ont également joué un rôle clef au milieu de cette répression à l’échelle nationale. Des activités et des luttes de solidarité pour demander la libération des prisonniers politiques ont été menées à travers le pays et à l’international. Les activités de solidarité que vous avez mené en soutien aux prisonniers politiques en Inde ont été tout particulièrement importantes et nous les apprécions comme des exemples brillants d’internationalisme.

 

Depuis ces 10 années, le parti a approfondi ses capacités dans plusieurs domaines. Il a activement lutté idéologiquement contre plusieurs déviations au sein du pays ainsi qu’à l’échelle internationale. Il a joué un rôle clef dans la formation et le fonctionnement du Comité de Coordination des Partis et Organisations Maoïstes d’Asie du Sud (CCOMPOSA).

 

Le parti a fait attention à ce que son niveau idéologique augmente au travers de nombreux groupe d’étude et de campagnes de rectification. Des matériaux d’étude et des magazines sont publiés dans de nombreuses langues. Des efforts tous particuliers ont été mis en oeuvre pour produire des matériaux d’étude/propagande dans les langues adivasi. Les programmes et les textes préparés pour une éducation de base ont été amplement enrichis. Ils sont utilisés dans les écoles dirigées par les RPCs et pour l’éducation des combattants de la PLGA ainsi que les membres des organisations de masse.

 

Une contribution exceptionnelle du parti a été celle de promouvoir les femmes, qui sont la moitié du ciel, et de développer leur capacité politique, organisationnelle, militaire, culturelle et dans d’autres domaines de sorte qu’elles puissent affirmer leur rôle dans les luttes. Aujourd’hui, près de 40% des forces combattantes de la PLGA sont composées de femmes, bien que ce pourcentage varie en fonction des zones de guérilla. Des femmes sont commandantes au niveau des pelotons, et membre des comités du parti à l’échelle des compagnies.

 

Le parti a porté une attention particulière au développement des activités culturelles révolutionnaires. Des organisations culturelles de masse existent dans beaucoup d’Etats, du niveau des villages à celui d’Etat. Elles répandent le message révolutionnaire et promeuvent les valeurs démocratiques et scientifiques au travers de formes culturelles variées qui apprennent de et développent les traditions culturelles et styles ethniques et nationaux. Elles motivent le peuple à lutter pour des changements radicaux. Leur message culturel joue aussi le rôle d’instrument de rectification en attaquant les valeurs réactionnaires de la vieille société qui sont encore présentes dans l’esprit des masses. Ces organisations sont de puissantes armes liant le parti avec les larges masses. A côté de ces organisations, des groupes culturels armés sont également formés au sein de la PLGA, au niveau des compagnies ainsi que des bataillons.

 

Plus important, grâce au travail planifié suite à la formation du parti unifié, nous avons pu étendre des bases de guérilla comme phases transitoires à l’établissement de zones libérées. Nous avons réussi à consolider les Comités Populaires Révolutionnaires (RPCs) dans plusieurs villages dans ces bases. Les bases de guérilla nous ont permis de mener à bien des tâches stratégiques, de les consolider davantage, et de les étendre pour faire avancer la guerre révolutionnaire. Davantage d’organes du pouvoir politique populaire ont surgi dans la période après le Congrès. En Telengana et en Andhra Pradesh, plusieurs RPCs ont été formés par le passé. Comme il y a eu un recul dans ces Etats, le peuple qui avait pu apprécier le pouvoir politique se bat à présent dans cet esprit pour surmonter la situation. A Dandakaranya (Chhattisgarh), plusieurs gouvernements révolutionnaires populaires avaient été créés avant, à l’échelle des Zones. Quelques gouvernements populaires ont également commencé à fonctionner au niveau des Divisions (Districts). Ceci est une nouvelle expérience dans  l’histoire du mouvement révolutionnaire de notre pays. Ils montrent un modèle politique, économique et culturel alternatif au peuple indien en rejetant le système pseudo démocratique et les pseudos réformes du gouvernement exploiteur. Ces gouvernements populaires s’efforcent d’augmenter la production agricole du peuple par leurs coopératives et leur travail collectif tout en travaillant ardemment pour avancer vers la réalisation de l’autosuffisance  pour le développement économique du peuple et pour soutenir le parti et la PLGA. Ainsi nous avançons vers la réalisation de la tâche principale de notre révolution, la prise du pouvoir politique par la lutte armée.

 

Après la formation du parti unifié en 2004, l’ennemi a redoublé d’efforts pour détruire la révolution en étendant la stratégie de l’impérialisme américain de « Conflit de Basse Intensité » à tout le pays. Il nous considère maintenant comme le « plus grand danger » pour la sécurité.

 

A travers cette stratégie, l’ennemi a fait des efforts tous particuliers pour attaquer et détruire notre direction. Comme vous le savez, cela a marché de manière significative, causant de lourdes pertes. En 2009 a été lancée la stratégie la plus impitoyable, la plus intense et la plus étendue pour nous supprimer, l’ « Opération Green Hunt », la fameuse « Guerre contre le Peuple ».Un grand plan a été mis en place pour nous anéantir, en employant des méthodes fascistes. De larges forces, incluant des forces spéciales, ont été entraînées et concentrées. Des milliards de roupies ont été dépensés. Une propagande massive nous décrivant comme opposés au développement et comme une bande de terroriste a été mise en place. D’intenses opérations d’élimination, des attaques surprises sur nos forces, des attaques sur nos bases de masses dans les zones de guerre ont été conduites en mobilisant de larges forces dans chaque opération. Les grandes vagues d’arrestation des militants de toutes les organisations populaires dans les campagnes et dans les zones urbaines et des milices dans les zones de guérilla, les incendies et destructions des maisons, des propriétés et des récoltes, les assassinats en masse du peuple et les viols en masse des femmes, les tueries et vols de bétail, tout ceci est devenu une routine, les exécutions extra-légales ont continué, la destruction de notre réseau urbain, la destruction des infrastructures bâties par l’effort collectif des masses ont été combinées avec des activités de réformes en vue de tromper le peuple. Face à cet assaut fasciste, nous avons subi de graves pertes. Conduits par le Comité Central, tout le parti, la PLGA, les Milices Populaires et les masses révolutionnaires menées par les RPCs et les organisations de masses résistent fermement, apprenant de nos erreurs, redoublant d’efforts et ripostant. En même temps, nous menons une bataille politique. Nous avons riposté en mettant à nu la propagande de l’ennemi. Cela a préparé une polarisation politique favorable dans le pays. Les forces progressistes et démocratiques se sont mobilisées au côté des révolutionnaires en dénonçant l’Opération Green Hunt de l’ennemi comme une « Guerre contre le Peuple ». A l’international également, un grand mouvement s’est construit pour former une opinion publique mondiale contre cet assaut de l’Etat indien. Cela réaffirme la capacité de notre idéologie à contrer la guerre psychologique de notre ennemi, et nous donne de bonnes leçons.

 

Face aux graves pertes qu’il a subi dans plusieurs offensives tactiques menées par la PLGA où l’ennemi a été anéanti en grand nombre, ce dernier a commencé une opération avec de plus amples forces. L’ennemi, qui a remporté des succès en atteignant notre direction et nos cadres dans les zones urbaines et des plaines, a maintenant pris pour cible la direction dans les zones forestières. L’ennemi a d’ores et déjà engagé 500 000 troupes Centrales et d’Etats dans ces zones de guerre et prévoit de les agrandir de plusieurs milliers. Des drones sont employés. L’Armée de l’Air est impliquée avec un rôle de soutien et l’Armée est en train de se préparer.

 

Face à ces attaques, la PLGA a gagné une bonne expérience dans la lutte et la mise en échec des campagnes d’« encerclement et recherche », malgré le déploiement de forces allant jusqu’à 10 000. La PLGA, avec le soutien total du peuple et au travers d’initiatives exemplaires, a combattu dans des batailles longues de plusieurs heures, allant même jusqu'à trois jours, pour mettre en échec l’encerclement de l’ennemi et a réussi avec succès à vaincre les plans qui consistaient a capturer les camarades de la direction. Les forces de la PLGA et de la milice populaire ont également combattu les tactiques de l’ennemi qui consistaient à déployer la police et les forces paramilitaire par hélicoptères en leur tirant dessus et en les endommageant avec de simples fusils.

 

Bien que les barrages resserrés, les opérations de recherche et les attaques aient trempé d’acier une grande partie de nos rangs, cela a également exposé les éléments pourris qui étaient restés cachés parmi nous. Les liquidationistes qui prétendent que poursuivre la guerre populaire n’est pas adapté à nos conditions, les lâches qui fuient sous différents prétextes en essayant sans espoir de cacher leur défaitisme, les traîtres qui vendent le peuple contre un salaire de misère payé par l’ennemi – cette mise à l’épreuve les a démasqué, l’un après l’autre. Parmi les masses, certains se sont « rendus » sous les attaques brutales de l’ennemi. Les dures attaques répétées ont causé de grands dommages aux structure du parti dans les villages, et donc également aux RPCs et aux organisations de masses. Une partie des masses est devenue passive.

 

Dans le premier quart de 2013, évaluant la situation à laquelle nous faisons face, le Comité Central a noté que les faiblesses dans notre condition subjective est inégale. Il a évalué que notre mouvement qui s’étend dans le pays est confronté à une situation très difficile. Les raisons de cette situation sont aussi bien objectives que subjectives. La classe dominante indienne, avec le soutien total et la direction des impérialistes, a lancé des offensives stratégiques sans précédent à l’échelle nationale pour supprimer le développement de notre mouvement. Nous avons eu des pertes, temporairement perdu quelques terrains quand nous nous retirions face à des forces supérieures. L’autre raison est subjective, les erreurs que nous avons faites pour répondre à la transformation des conditions de la guerre révolutionnaire et dans la direction de la PLGA et du peuple, la persistance durable des tendances non-prolétariennes parmi nous et l’échec à éviter de sérieuses pertes. Le Comité Central a formulé des tactiques de base face à ces situations. Il a lancé un appel à bolchéviser le parti visant à être capable de surmonter les conditions difficiles présentes par la réalisation d’une éducation de l’ensemble du parti au MLM, à la ligne politique et militaire et aux principes, tactiques et style de travail de base du parti ainsi que le style de combat de la PLGA, des leçons tirées de la pratique, rectifiant les erreurs et les manques afin de renforcer le parti, la PLGA et les bases de masse pour paver la route à l’avancement du mouvement. Quelle que soit la situation, nous avons une puissante arme pour y faire face. C’est notre idéologie, le MLM. Saisissons la plus profondément et fortement et prenons cette arme avec encore plus de fermeté, c’est la clef pour bolchéviser notre parti. Cette campagne continue et notre parti et toutes les forces conduites par lui s’efforcent de développer leurs capacités pour vaincre les assauts de l’ennemi.

 

Ces 15 derniers mois, nous avons persévéré à préserver notre mouvement et notre direction contre une offensive intense de l’ennemi. Ces derniers temps, la PLGA, avec le soutien du peuple, a mené des campagnes de contre-offensives tactiques et de nombreuses actions armées, annihilant les forces ennemies et saisissant ses armes et ses munitions. Des milliers de personnes et la milice populaire dirigée par la PLGA ont détruit des équipements de construction des routes, des véhicules, des baraques, des camps et des bureaux du gouvernement et des grandes entreprises de construction et d’exploitation minière. En même temps que le lancement de la campagne de bolchévisation de l’ensemble du parti, de la PLGA, des organisations de masses et des organisations du Front Uni, nous avons pu parvenir à des expériences positives dans certaines zones et à les étendre vers de nouvelles zones stratégiques. Nous nous efforçons de relancer le mouvement dans certaines zones où nous avions dû nous retirer.

 

Dans les zones où nous nous sommes affaiblis, le parti fait face à la situation avec un esprit bolchevik. Faisant face à de nombreux obstacles et pertes, nous ouvrons un nouveau front de guerre dans la région de Sahyadri (Ghats occidentaux), aux frontières du Karnataka-Kerala-Tamilnadu.

 

Les efforts du parti continuent pour rallier de larges masses, aussi bien de manière clandestine que de manière ouverte, contre les mesures pro-impérialistes mises en place par le gouvernement Central et d’Etat au service des intérêts de la classe dominante. Des milliers de personnes ont tenu des manifestations et ont exprimé leur colère en demandant le retrait des forces Centrales et d’Etat. Elles ont protesté contre les exécutions extra-légales, les massacres, les arrestations illégales et les atrocités commises contre les femmes, les attaques de villages, le pillage et la destruction des propriétés du peuple et la demande de la libération des prisonniers politiques. Des réformes agraires révolutionnaires et des programmes pour le bien-être du peuple ont été menés par les RPCs et ont mobilisés les masses et la PLGA, qui a également participé à ces programmes.

 

L’enlèvement et l’exécution du détesté Mahendra Karma, le principal responsable des atrocités brutales de Salwa Judum, a été un grand succès. Répondant à l’appel du parti, le peuple rural de Dandakaranya (DK) a boycotté les élections à l’assemblée et au parlement du Chhattisgarh, et dans certaines zones rurales du Bihar, Jharkand, Odisha et Andhra-Odisha Border (AOB), le peuple a boycotté avec succès les élections parlementaires en résistant à la mobilisation de milliers de forces d’Etat supplémentaires et à leur répression brutale. Dans les zones où le mouvement du peuple adivasi contre l’exploitation minière et où les déplacements sont en cours, une majorité de personnes a boycotté les élections parlementaires et ont exprimé leur protestation contre ces projets destructifs.

 

En soutien à la campagne de boycott des élections, les forces de la PLGA ont conduit avec succès des contre-offensives tactiques contre les forces ennemies venues forcer le peuple à voter dans les zones de guerre de l’Est et du Centre de l’Inde. Certaines de ces actions ont eu lieu dans des zones que l’ennemi avait prétendu avoir « nettoyé » et repris le contrôle. Dans les 5 premiers mois de 2014, pendant la période électorale, 63 forces ennemies ont été annihilées et 122 blessées dans 31 actions. Un combattant de la PLGA est devenu martyr dans ces offensives. Nous avons pu saisir 36 armes et 3366 balles. Il est important de souligner que ces actions ont été menées la veille et pendant 2 campagnes spéciales d’ « encerclement et de recherche » de portée nationale menées par l’ennemi. Par des actions de guérilla menées constamment par la PLGA dans plusieurs zones de guérilla, les forces ennemies ont dû se disperser sur de vastes zones et ont mises dans une situation où elles n’ont pu déployer leurs forces comme elles le souhaitaient dans nos zones cruciales. Dû à un manque de troupes additionnelles, l’ennemi n’a pu intensifier ces campagnes à l’exception de celle à Bijâpur (DK) et quelques autres parties du pays.

 

De nouvelles formes de luttes sont développées pour contrer les réseaux stratégiques de « tapis de sécurité » de l’ennemi où des camps lourdement fortifiés avec des centaines de troupes sont placés à de courtes distances de 2 à 6km chacun, encerclant régulièrement nos bases de guérilla et d’autres zones de guerre. Dans deux cas, les masses, avec la PLGA ou avec leur seul soutien, se sont engagées dans des harcèlements armés ou des sièges de ce type de camp pendant des jours et les ont forcé à fermer. Le rôle des femmes dans ces luttes est exemplaire. Nous avons également vu des situations où les masses ont soit rejeté les biens distribués gratuitement par les mercenaires de l’ennemi dans le cadre des Programmes d’Action Civique, soit en ont fait un bûcher.

 

Dans cette période de 15 mois, la fusion du PCI (Maoïste) et du PCI (ML) Naxalbari a été une grande réussite. Ceci a été un tournant dans nos efforts pour réaliser une unité des authentiques révolutionnaires dans notre pays. Comme il est indiqué dans notre déclaration de fusion, cela a renforcé notre capacité à mieux remplir notre rôle d’avant-garde de la révolution indienne. L’unité des maoïstes face aux attaques intenses de l’ennemi a grandement encouragé tout notre parti, la PLGA et les masses révolutionnaires. Cela a été accueilli avec enthousiasme à l’échelle internationale.

 

Faire face à notre situation reste très difficile. Mais nous nous accrochons fermement, l’affrontant ardemment, et poussant vers l’avant pour la surmonter.  Il est inutile de dire que la solidarité que vous nous témoignez est d’une grande aide dans cette tâche. Nous sommes heureux de voir que vous êtes d’accord avec nous quant à la nécessite de faire avancer la campagne contre l’Opération Green Hunt. Cette campagne et le mouvement de soutien à la guerre populaire en Inde sont complémentaires. Vaincre cette offensive contre-révolutionnaire multi-frontale à l’échelle nationale de l’ennemi est une tâche immédiate devant nous.

 

Chaque révolution avance par vagues. C’est une loi historique. Dans les temps de difficulté, nous devons augmenter notre niveau idéologique, garder la politique au poste de commande, porter le message révolutionnaire plus profondément et plus largement aux masses, appliquer de manière créative la guerre populaire prolongée et développer nos tactiques, être « rouge et expert » dans les questions politiques, militaires, organisationnelles, de propagande, de formation, culturelles, de production, techniques et d’autres tâches, être davantage déterminés, dévoués et prêts au sacrifice. C’est seulement comme ça que nous arriverons à sortir de cette situation plus unis, plus disciplinés, plus courageux, plus forts, plus consolidés et plus dynamiques. C’est la leçon que nous enseignent les grandes révolutions de notre classe, résumées dans les enseignements de nos grands enseignants. Ils nous ont également enseigné la nécessite de forger des liens avec les masses à un niveau plus profond et plus élevé à chaque tournant de la guerre révolutionnaire. A chaque tournant décisif, la tâche d’approfondir la politisation de non seulement nous-mêmes mais également des masses s’est posée à nous.  Nous sommes résolus à libérer la force révolutionnaire et d’initiative des masses d’une manière encore plus puissante.

 

Voilà un bref bilan de nos succès et de nos échecs, de la guerre populaire en Inde, depuis ces 10 dernières années. Voilà la manière dont nous avons contribué à faire avancer la révolution socialiste mondiale.

 

Camarades,

 

Un nombre important de développements se sont produits à l’échelle internationale cette dernière décennie. Nous souhaiterions attirer votre attention sur des caractéristiques importantes.

 

Les premières années de la dernière décennie ont vu de larges mobilisations des masses contre la politique de mondialisation qui détruit des vies ainsi qu’un renforcement des guerres populaires et des luttes de libération armées. L’idéologie du prolétariat a été posée plus clairement grâce à l’établissement du Marxisme-Léninisme-Maoïsme. Son adoption à plus large échelle a renforcé les bases pour une unité plus fortes des forces maoïstes, à l’échelle internationale et dans plusieurs pays. Les prémisses d’une nouvelle vague révolutionnaire sont apparues à travers le monde. Principalement contre cela, l’impérialisme, et particulièrement l’impérialisme américain, a initié et a lancé une offensive contre-révolutionnaire massive à l’échelle mondiale, dirigée contre le peuple. C’était le contenu principal de la soi-disant « Guerre contre le Terrorisme » que tous les impérialistes et réactionnaires ont rejoint ou soutenu. Les guerres d’agressions contre l’Afghanistan ou l’Irak, la réduction des droits démocratiques, les attaques contre les luttes populaires, la fascisation grimpante partout dans le monde, l’intensification des campagnes contre les luttes armées, les guerres populaires et les partis maoïstes – voilà ses principaux traits. Mais l’arrogance de l’impérialisme américain, l’unique superpuissance, a été largement contrée. Le défi a été relevé. Une lutte mondiale s’est créée contre la guerre en Irak et a continué après le début de la guerre. Les puissantes résistances en Irak et en Afghanistan ont embourbé les agresseurs et ont compromis leurs plans. Les masses du monde ont refusé de céder aux menaces et ont continué leurs luttes contre les ravages de la mondialisation, de la libéralisation et de la privatisation. Les guerres populaires ont continué d’avancer. Comme résultat de tous ces facteurs, l’impérialisme américain a été forcé de changer de tactique en quelques années. Bush a été remplacé par Obama. Les discours de « décennies de guerre » ont été remplacés par un rapide désengagement et retrait des troupes. Ceci est un indicateur frappant de la situation favorable qui a émergé dans le monde. Cette période a également vu la croissance du conflit entre les puissances impérialistes comme l’impérialisme russe qui a commencé à s’affirmer dans un contexte où les Etats-Unis s’enlisent.

 

Comme nous le savons, la crise globale qui a frappé le système impérialiste en 2008 a davantage exacerbé cette situation autour de la planète. Aussi bien dans les pays impérialistes que dans les pays dominés, des millions sont sortis dans la rue et ont mené des batailles rangées contre les forces réactionnaires de l’Etat, les ouvriers ont occupés les usines, les masses ont occupés l’espace publique et ont fait tomber les gouvernements. Les étudiants, les jeunes, les femmes, les ouvriers, les immigrés, les retraités – tous se sont unis dans la lutte. Les beaux jours du Printemps Arabe sont encore vivants dans nos mémoires. Plusieurs dictatures haïes du peuple ont été mises à bas grâce aux luttes obstinées du peuple. L’épanouissement des masses n’a pas réussi à réaliser une véritable démocratie, un système sans exploitation et des lois populaires. Mais cela a profondément remué ces sociétés. Cela a donné de l’espoir aux peuples du monde. Les résultats en seront forcément visibles.

 

Voici le monde d’aujourd’hui. Il nous montre une situation de grand potentiel pour une nouvelle vague de révolution. Mais il y a une autre face, plus amère, celle de la trahison. Le mouvement communiste international a, une fois de plus dans l’histoire, été bloqué par le révisionnisme de tirer le meilleur d’une situation favorable. La trahison de la guerre populaire au Népal par la direction du PCN (Maoïste), en particulier la clique de Prachanda-Bhattaraï, a été un des plus grands préjudices. La possibilité de forcer les ennemis du peuple à tomber le masque de protecteur de la démocratie en lutte contre les fanatiques obscurantistes et de les confronter directement avec le peuple révolutionnaire, de lever le drapeau de la guerre populaire dirigée par les maoïstes comme un centre de ralliement contre l’impérialisme et la réaction, de gagner de larges masses du peuple à la cause du communisme, a été détruite. D’un autre côté, nous voyons une attaque liquidatrice contre notre idéologie qui tend à vouloir baisser le drapeau du MLM et le remplacer par les revendications creuses de l’avakianisme. Cela a déjà détruit certains partis maoïstes, qui avaient avant une place honorable dans les rangs du MCI. Ces deux déviations ont été affrontées par les maoïstes et la lutte continue. Des efforts sont faits pour consolider les partis maoïstes et en construire de nouveaux. Mais les pertes sont évidentes. Il y a une baisse considérable des forces subjectives de la révolution prolétarienne mondiale, causée non par l’ennemi qu’elles affrontent, mais par l’ennemi qui est apparu en elles.

 

Ainsi nous voyons la contradiction, la lacune flagrante entre le potentiel de la situation objective et les capacités subjectives des forces maoïstes. C’est cela que nous devons confronter. Toute notre activité doit être dirigée pour surmonter cela. C’est le plus grand besoin des opprimés et des exploités du monde, l’exigence de cette époque. Comme Mao l’a dit : « Nous devons saisir le moment, saisir le temps ». Notre parti croit que pour l’heure le besoin pour les forces communistes est de s’efforcer à mobiliser les plus grandes forces anti-impérialistes, démocratiques et révolutionnaires possibles pour fortifier la campagne pour en finir avec l’OGH avec en vu la construction d’un large front anti-impérialiste mondial qui est en cours. Et la poursuite du renforcement de l’unité des forces communistes du monde aura pour conséquence un renforcement du soutien à la révolution en Inde également.

 

Dans la situation actuelle, le potentiel objectif mondial dépasse largement les capacités subjectives des partis individuels. Mais beaucoup peut encore être fait pour gagner d’importantes franges à la cause du communisme à travers leurs efforts unis. Ces dernières années ont témoigné d’activités collectives au travers des déclarations communes du 1er Mai, des séminaires sur des développements importants, des conférences des partis maoïste pour faire le bilan des expériences d’organisation internationale et renforcer la lutte contre le néo-révisionnisme, des forums conjoints comme celui du Comite de Soutien International qui organise cette Conférence et les activités de solidarité qu’il a initié. Nous avons salué ces efforts et continuons à les soutenir. Nous devons maintenant explorer les possibilités pour faire des liens nés de ces activités et l’unité de pensée croissante à propos des questions idéologiques et politiques, des bases pour aller de l’avant.

 

Tout comme la révolution en Inde sert la révolution mondiale du prolétariat, elle est également liée de manière vitale à ce que les maoïstes à travers le monde fassent de leur mieux pour tirer profit de la situation mondiale et faire avancer la révolution mondiale. Nous tirons notre confiance du désir ardant de révolution qui s’est exprimé au cours des débats de la Conférence de Hambourg, dont la devise était que faire avancer la révolution dans nos pays respectifs était le meilleur moyen d’exprimer la solidarité avec des révolutions similaires dans d’autres pays.

 

Notre parti, qui porte de l’avant l’héritage de Naxalbari, a toujours considéré que la Révolution de Nouvelle Démocratie qu’il mène en Inde est une partie intégrante de la révolution socialiste mondiale, la partie d’une avant-garde contingente du prolétariat mondial. Les inestimables et incroyables sacrifices qui sont faits par le peuple et les camarades font intégralement partie des grands sacrifices faits par les incalculables martyrs bien-aimés de la révolution socialiste mondiale dans chaque pays.

 

Enfin, avant de conclure, nous souhaiterions parler des grands efforts que vous avez fait pour soutenir la guerre populaire en Inde. Les nouvelles de vos campagnes, les images très vives, ont été portées dans nos rangs, aux combattants de la PLGA et aux masses révolutionnaires aussi largement que possible par nos journaux ouverts et clandestins et par beaucoup d’autres moyens. Lorsqu’ils ont su que leur frères et sœurs des pays lointains se sont levés en solidarité militante avec eux, quand ils ont vu les images de manifestations devant les ambassades indiennes, des murs sur lesquels sont portés les messages de leur révolution aux masses de ces pays, leurs cœurs se sont remplis de fierté – nous ne sommes pas seuls, nos gens sont là, nous sommes partout. Vos actes nous ont inspiré ; ils nous ont fait plus déterminés. Nous nous efforcerons de notre mieux pour honorer la confiance que vous avez placé en nous. Notre futur, le futur de la révolution mondiale, le futur du prolétariat mondial, des nations opprimées et des peuples opprimés est certes lumineux mais la route est épineuse, ardue et pleine de zigzags. Le futur de nos ennemis, des impérialistes et de leurs laquais partout dans le monde, est sombre et leur perte est inévitable.

 

Salutations révolutionnaires,

Le Comité Central, PCI(Maoïste)
10 Septembre 2014

 

Partager cet article

Repost 0
Published by drapeau rouge - dans pci (maoïste) milan Bloc Rouge guerre populaire inde

Présentation

  • : Drapeau Rouge, le blog du PC maoïste de France
  • Drapeau Rouge, le blog du PC maoïste de France
  • : Le Drapeau Rouge est le journal et le blog du PC maoïste de France. Communiste,révolutionnaire et internationaliste, le PCmF lutte pour une révolution radicale en direction du communisme !
  • Contact

Evènements

Recherche

Publications

Livres

classiques

 

Brochures

http://www.aht.li/2055598/brochures_pcmf.JPG

Affiches

cpc.jpg

nouveaux combattants