Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 août 2013 5 30 /08 /août /2013 20:16
Le PCm Italie soutien l'unité des mlm de France

Le PCm Italie se réjouit de l’important pas en avant effectué par les marxistes-léninistes-maoïstes en France vers l’unité dans un seul parti, le parti communiste du prolétariat.

Cet pas encourage la construction d’authentiques partis communistes mlm dans les pays impérialistes, et nous souhaitons qu’un processus similaire se déroule dans d’autres pays impérialistes.

La construction du parti est la construction de l’un et du plus important des instruments de la révolution, à côté du front uni et de l’armée révolutionnaire.

Nous devons construire ces partis dans le feu de la lutte de classe en lien étroit avec les masses et les construire en fonction du nouveau départ d’une guerre populaire prolongée.

Les partis communistes mlm doivent s’unir et se battre pour la construction d’une organisation internationale des communistes marxistes-léninistes-maoïstes dans le monde, après l’effondrement du MRI [Mouvement Révolutionnaire Internationaliste].

Les partis communistes mlm doivent prendre comme une de leurs tâches premières le soutien aux guerres populaires dans les pays opprimés par l’impérialisme, dirigées par les maoïstes, et en particulier ils doivent contribuer au développement du Comité International de Soutien à la Guerre Populaire en Inde.

Nous pensons que ce pas des camarades français va dans cette direction.

Pour cela nous nous joignons à leur effort et espérons apprendre des leçons positives de méthode et de contenu qui peuvent venir de ce pas.

28.8.13

PCm-Italia

  

Repost 0
Published by drapeau rouge - dans pc maoïste italie unité Déclaration
22 août 2013 4 22 /08 /août /2013 11:21
Déclaration unitaire des maoïstes de France / Unitary declaration of maoists of France / DECLARACIÓN UNITARIA DE LOS MAOÍSTAS DE FRANCIA

Face à la crise du système capitaliste et impérialiste mondial, provoquant :

  • une offensive de la bourgeoisie contre les conquêtes ouvrières (ANI, retraites, licenciements massifs)
  • une montée des groupes fascistes
  • de l’idéologie fasciste au sein de la bourgeoisie
  • des idées réactionnaires au sein d’une partie des masses
  • du confusionnisme, du social-chauvinisme et de l’opportunisme au sein du mouvement populaire
  • l’appareil de propagande médiatique bourgeois étant un vecteur de la diffusion de ces idées

Les communistes doivent prendre leurs responsabilités et constituer le Parti Communiste de la classe ouvrière, comme dirigeant du mouvement révolutionnaire. Edifier, développer un Front Uni rassemblant les larges masses populaires alliée la classe ouvrière, dans la perspective de mener à bien la lutte révolutionnaire jusqu’à la victoire du prolétariat et des masses populaires, la destruction de l’appareil d’Etat de la bourgeoisie et l’instauration de la dictature du prolétariat.

Il est nécessaire d’établir une ligne de démarcation claire entre la ligne révolutionnaire et les positions réformistes qui canalisent le mouvement populaire et consolident les positions de la bourgeoisie.

Stratégiquement, la classe ouvrière est déterminante dans la lutte contre les capitalistes et leur appareil d’Etat et pour la victoire de la révolution prolétarienne.

Le Parti doit se porter à l’avant garde des luttes aussi bien économiques que politiques de la classe ouvrière afin de restaurer l’autonomie de la classe ouvrière, fer de lance du mouvement prolétarien et populaire.

Ce système ne saurait tomber seul, il est nécessaire de mener étapes par étapes une guerre populaire prolongée sur tous les fronts et préparer les conditions organisationnelles, stratégiques pour combattre et vaincre la bourgeoisie.

C’est pourquoi nos deux organisations ainsi que des sympathisants ont posé les premières pierres du processus d’unification des marxistes-leninistes-maoïstes dans un seul Parti.

Nous avons organisé des journées unitaires de formations, conjointement, afin d’approfondir ensemble nos connaissances théoriques et de  les mettre en pratique au cours du processus d’unification.

Mener à bien ce processus permettra de renforcer le développement et de renforcer l’unité du mouvement maoïste international en plein développement. En Inde, aux Philippines, au Pérou, en Turquie, au Népal les maoïstes mènent ou réorganise la guerre populaire.

 

Organisation communiste Futur Rouge ; Parti Communiste maoïste de France ; et des sympathisants

 


Facing the crisis of the world capitalist and imperialist system that provokes :

- an offensive of the bourgeoisie against the workers conquests (agreements against workers, pensions, massive layoffs)

- a rise of fascist groups

- a rise of fascist ideology amongst the bourgeoisie

- a rise of reactionary ideas amongst part of the masses

- a rise of confusionism, social-chauvinism and opportunism amongst people’s movement

- the bourgeois media tool being a vector of the diffusion of these ideas

Communists have to take their responsibilities and build the Communist Party of the working class, as leading force of the revolutionary movement. Build, develop a United Front gathering large masses of people allied of the working class, in the perspective to lead revolutionary struggle to the victory of the proletariat and masses of people,  to the destruction of bourgeois state and to the establishment of the dictatorship of the proletariat.

It is necessary to establish a clear demarcation line between the revolutionary line and the reformist positions which channels people’s movement and strengthen the position of the bourgeoisie.

Strategically, the working class is determining in the struggle against capitalists and their state and for the victory of proletarian revolution.

The Party must project itself to the forefront of the struggles, economical as political, of the working class in order to rebuild working class autonomy, cutting edge of proletarian and people’s movement.

This system will not fall by itself, it is necessary to wage step by step a Protracted People’s War an every fronts and prepare the strategic organizational conditions to fight and win over the bourgeoisie.

That is why our two organisations as well as sympathizers have made the first step of the unification process of the marxist-leninist-maoist in a single Party.

We jointly organized unitary days of formation, in order to deepen together our theoretical knowledge and to put it into practice along the unification process.

To complete this process will allow to strengthen the development and the unity of the international maoist movement that is developing. In India, Philippines, Peru, Turkey, Nepal, maoist are waging or reorganizing People’s War.

 

Communist Organisation – Red Future ; Maoist Communist Party of France ; and sympathizers

 


DECLARACIÓN UNITARIA DE LOS MAOÍSTAS DE FRANCIA

Nota: Hemos recibido de los camaradas del Partido Comunista maoísta de Francia  http://drapeaurouge.over-blog.com/ la siguiente declaración unitaria de los maoístas de Francia, de gran importancia cara al proceso de unificación de los marxistas-leninistas-maoístas franceses en un solo Partido, noticia de la que Gran Marcha Hacia el Comunismo se congratula. La traducción al español de esta declaración unitaria es responsabilidad de Gran Marcha Hacia el Comunismo. Madrid, agosto 2013.

DECLARACIÓN UNITARIA DE LOS MAOÍSTAS DE FRANCIA

Haciendo frente a la crisis del sistema capitalista e imperialista mundial que provoca:

-una ofensiva de la burguesía contra las conquistas de los trabajadores (acuerdos contra los trabajadores, pensiones, despidos masivos)

-un aumento de los grupos fascistas

-un aumento de la ideología fascista entre la burguesía

-un aumento de las ideas reaccionarias entre parte de las masas

-un aumento del confusionismo, el socialchovinismo y el oportunismo entre el movimiento popular

-los medios de comunicación burgueses convirtiéndose en vector de la difusión de estas ideas

Los comunistas han de asumir sus responsabilidades y construir el Partido Comunista de la clase obrera, como fuerza dirigente del movimiento revolucionario. Construir, desarrollar un Frente Unido aglutinando a las amplias masas del pueblo aliadas de la clase obrera, en la perspectiva de dirigir la lucha revolucionaria del proletariado y las masas populares, para la destrucción del Estado burgués y establecer la dictadura del proletariado.

Es necesario establecer una clara línea de demarcación entre la línea revolucionaria y las posiciones reformistas que canaliza el movimiento popular y fortalece la posición de la burguesía.

Estratégicamente, la clase obrera es determinante en la lucha contra los capitalistas y su Estado y para la victoria de la revolución proletaria.

El Partido debe proyectarse a la vanguardia de las luchas de la clase obrera, tanto políticas como económicas, a fin de reconstruir la autonomía de  la clase obrera, la vanguardia del movimiento proletario y popular.

Este sistema no caerá por sí mismo; es necesario desarrollar paso a paso una Guerra Popular Prolongada en todos los frentes y preparar las condiciones organizativas estratégicas para combatir y vencer a la burguesía.

Esa es la razón por la cual nuestras dos organizaciones, así como los simpatizantes, hemos dado este primer paso del proceso de unificación de los marxistas-leninistas-maoístas en un solo Partido.

Hemos organizado jornadas unitarias de formación, a fin de profundizar juntos nuestro conocimiento teórico y ponerlo en práctica junto al proceso de unificación.

Completar este proceso permitirá fortalecer el desarrollo y la unidad del movimiento maoísta internacional que se está desarrollando. En la India, Filipinas, Perú, Turquía, Nepal, los maoístas están desarrollando o reorganizando la Guerra Popular.

Organización Comunista Futuro Rojo

Partido Comunista maoísta de Francia

y simpatizantes

Repost 0
Published by drapeau rouge - dans Déclaration unitaire maoïstes france
30 avril 2013 2 30 /04 /avril /2013 09:18

http://www.wikirouge.net/wiki/images/thumb/0/09/DrapeauRouge.jpg/226px-DrapeauRouge.jpg

 

Ce 1er Mai, retrouvez nous sous la banderole commune PC maoïste de France, Organisation Communiste - Futur Rouge :

 

"Pour sortir de la crise,
ni négociation ni illusion parlementaire,
révolution prolétarienne !"

 

A Paris, place de la Bastille sous les arbres en face de l'Opéra, à partir de 12h.

A Clermont-Ferrand, place Delille sous la banderole au départ du cortège à 10h et après la manif à la table.

A Lyon, place Jean Jaurès dans le cortège derrière la banderole, à 10h30.

 

A chaque fois, une caisse de soutien aux grévistes de PSA tournera.

 

Voici la déclaration internationaliste du 1er Mai :


Les masses populaires veulent renverser les gouvernements capitalistes, impérialistes et les gouvernements qui les servent !

Les prolétaires veulent s’unir pour le Parti de la révolution !

Les communistes soutiennent les luttes anti-impérialistes et développent les Guerres Populaires pour la révolution prolétarienne mondiale !


L’impérialisme est le « stade suprême du capitalisme » - une étape de « parasitisme et putréfaction » (Lénine, L’impérialisme, stade suprême du capitalisme). Il s’agit aujourd’hui de l’enterrer au plus vite. La crise du capitalisme est comme une maladie chronique qui le tourmente. Elle crée les conditions pour sa mort.

La crise du capitalisme, c’est avant tout une crise de surproduction : « Au cours des crises, une épidémie qui, a tout autre époque, eût semblé une absurdité, s’abat sur la société – l’épidémie de surproduction. La société se trouve ramenée à un état de barbarie momentanée. » (Marx et Engels, Manifeste du Parti Communiste)

Mais à l’heure où la bourgeoisie intensifie ses efforts pour faire payer la crise aux masses populaires, il est bon de rappeler ce qu’ont écrit Marx et Engels il y a plus de 150 ans dans le Manifeste : « Les armes dont la bourgeoisie s’est servie pour abattre la féodalité se retournent aujourd’hui contre la bourgeoisie elle-même. Mais la bourgeoisie n’a pas seulement forgé les armes qui la mettront à mort : elle a produit les hommes qui manieront ces armes – les ouvriers modernes, les prolétaires. »

Aujourd’hui, le prolétariat mondial n’a jamais été si nombreux. L’ensemble des masses populaires représente au moins 90 % de la population et ce sont ces 90 % qui sont concernés par cette crise et qui ont besoin d’un changement radical de société. « Le mouvement prolétarien est le mouvement autonome de l’immense majorité dans l’intérêt de l’immense majorité. » (Idem)

La crise financière du capitalisme mondial s’approfondit et s’élargit. Les impérialistes se disputent entre eux pour piller tous types de sources (humaines, matérielles) dans les pays arriérés, en plus d’accroître l’exploitation des travailleurs et des classes moyennes dans leur pays afin de surmonter cette crise.

Cela se traduit en Europe et dans les pays capitalistes occidentaux, par une restructuration de la production, du commerce et des services, ce qui entraîne le déplacement de la production dans les pays où le coût de la main d’œuvre est faible, à la destruction massive d’emplois et à l’introduction de nouveaux moyens de production plus modernes pour plus de productivité au détriment de la sécurité et de la santé des travailleurs. En parallèle, les impôts augmentent, les salaires baissent, les prestations sociales diminuent. De manière générale, l’intensification de la crise entraîne que « petits industriels, petits commerçants, tout l’échelon inférieur des classes moyennes de jadis, tombent dans le prolétariat. » (Idem)

Dans les pays opprimés par l’impérialisme, le prolétariat et les peuples des pays d’Afrique, d’Asie et d’Amérique Latine sont soumis au diktat des puissances impérialistes protégées par leurs chiens de garde locaux dont elles se débarrassent lorsqu’ils ne défendent plus ou mal leurs intérêts. Les puissances impérialistes utilisent la politique du « diviser pour mieux régner » et n’hésitent pas à intervenir militairement -à la fois pour soutenir des régimes à leur botte ou pour renverser des gouvernements qui ne leur sont pas favorables- et à provoquer des conflits ethniques et religieux pour protéger leurs intérêts et briser la résistance des peuples à l’oppression. Ils s’appuient sur l’obscurantisme religieux ou le libéralisme laïc pour maintenir coûte que coûte leur domination économique, politique et idéologique. Les classes dirigeantes de ces pays, qu’il s’agisse de puissances montantes du tiers-monde -Chine, Inde, Brésil ou Afrique du Sud- ou de pays opprimés, font tout leur possible pour assurer l’exploitation maximale de la main-d’œuvre et l’accès et le contrôle sur les matières premières dans l’intérêt du système impérialiste.

Dans les pays impérialistes et opprimés, les classes dirigeantes utilisent comme chiens de garde aussi bien les forces réactionnaires de droite que les forces réformistes, sociales-démocrates et révisionnistes qui appliquent leur politique d’exploitation et d’oppression des prolétaires et des masses. Les syndicats officiels collaborent avec les divers gouvernements pour négocier les « mesures d’austérité » et les plans de privatisations afin qu’elles soient acceptées par les travailleurs et qu’ils mettent fin aux luttes qui affrontent les patrons et l’Etat. La conciliation permet toujours aux capitalistes de se renforcer et de poursuivre leur œuvre destructrice en sapant les acquis d’une centaine d’années de lutte de la classe ouvrière.

Dans les pays impérialistes, la droite la plus ouvertement réactionnaire et les réformistes et sociaux-démocrates « de gauche » reprennent sous différentes formes « l’identité nationale », afin de l’utiliser contre les immigrés en vue de renforcer la division du prolétariat et des masses et ouvrant ainsi la voie au fascisme ancien et nouveau. De nombreux partis et organisations populistes, fascistes et néo-nazis prospèrent sur ce terrain fertile cultivé par l’ensemble des forces politiques et institutions traditionnelles. La bourgeoisie défend son système et ses institutions grâce à l’Etat policier et en utilisant également la participation des masses aux élections. C’est pourquoi le prolétariat et les masses doivent développer le boycott électoral et intensifier la lutte des classes.

 

« On a raison de se révolter » (Mao Zedong)


Face à la crise, les prolétaires - les travailleurs des villes et de la campagne - se révoltent. Les ouvriers des usines menacées de fermeture se mobilisent contre les licenciements, les dégradations des conditions de travail, les baisses de salaires et l’augmentation du temps de travail, car ils ne veulent pas payer le prix de la crise. Les paysans et travailleurs agricoles résistent et occupent parfois des terres. Les masses se mobilisent contre les expulsions de logement, les augmentations d’impôts, les attaques sur leur environnement, le démantèlement des services publics, les attaques contre les libertés syndicales et contre les droits de la jeunesse, des femmes, etc.

Ces luttes ont lieu dans tous les pays du monde, comme ceux des travailleurs de l’automobile et de la métallurgie en France, en Belgique, en Allemagne et en Italie ; des mineurs en Espagne, tandis que les masses se battent contre les expulsions de logement ; et comme la grande lutte étudiante au Canada, et dans d’autres pays également, contre les attaques sur l’éducation et la hausse des frais.

Mais aussi comme en Inde où des centaines de millions de travailleurs ont fait grève ; ou en Afrique du Sud, où les mineurs se sont révoltés contre les classes dirigeantes noires et blanches qui exploitent et oppriment les travailleurs ; ou au Brésil, où des paysans pauvres et sans-terres occupent les terres qu’ils travaillent.

Dans les pays arabes, en particulier en Tunisie et en Egypte, malgré les manœuvres des impérialistes pour protéger leurs intérêts et soutenir les nouveaux chiens de garde, malgré le camouflage de ces derniers sous le masque de la religion dont ils se servent pour exploiter les travailleurs et le peuple et étouffer la juste révolte pour qu’elle ne se transforme pas en révolution, les masses populaires se fraient un chemin et apprennent de leurs erreurs, pour une véritable Révolution de Nouvelle Démocratie, qui ne peut être atteinte sans la direction de la classe ouvrière ; ce qui soulève la question de la stratégie révolutionnaire, de la lutte armée, et de la construction d’un parti d’avant-garde.

Les impérialistes et leurs interventions ne sont pas en mesure d’arrêter et d’éteindre les luttes anti-impérialistes dans le monde, de la Palestine à l’Irak, l’Afghanistan, l’Amérique latine, pas plus que ne le pourront les nouvelles interventions impérialistes en Libye, Syrie, Mali.

 

On ne peut pas faire la révolution de manière pacifique !


Le monde est en bouillonnement, la décantation idéologique s’opère peu à peu, avec des avancées et des reculs, dans les rangs du prolétariat et des masses autour de la prise de conscience de la crise et de la nature de l’impérialisme, et la nécessité de le renverser et de construire une nouvelle société sur les cendres de l’ancienne.

Dans cette nouvelle vague de lutte et de résistance, nous devons soutenir et consolider la lutte pour la libération des peuples et pour la nouvelle démocrate, vers le socialisme et le communisme. C’est le contexte dans lequel une potentielle nouvelle vague de la révolution prolétarienne mondiale émerge et se développe. Elle a comme points de référence et d’ancrage stratégiques les guerres populaires dirigées par les partis maoïstes.

La Guerre Populaire est la façon la plus avancée pour faire la révolution, nous devons donc la soutenir dans chaque pays où elle est organisée, préparée par l’accumulation des forces et appliquée aux conditions concrètes de chaque pays. Dirigée par le PCI(maoïste), la Guerre Populaire en Inde résiste avec succès aux attaques de l’ennemi et parvient à s’étendre et grandir. La Guerre Populaire se déroule également aux Philippines sous la direction du Parti Communiste des Philippines, qui défend le maoïsme. Au Pérou, elle continue malgré l’action d’un courant liquidationniste. En Turquie, la lutte révolutionnaire dirigée par les maoïstes avance en accord avec la stratégie de la guerre populaire. Dans d’autres pays, de nouvelles initiatives et avancées sont en préparation.

Nous devons construire et consolider les partis prolétariens pour la révolution, les partis de type nouveau, les partis communistes marxiste-léniniste-maoïste, dans nos pays respectifs, en tenant compte de notre expérience passée et en l’appliquant à la situation actuelle du système impérialiste d’aujourd’hui. La Guerre Populaire en Inde, comme les autres Guerres Populaires, montre que cette voie est possible.

Cela a été clairement exprimé le 24 Novembre 2012 à Hambourg par la grande Conférence Internationale de Soutien à la Guerre Populaire en Inde, où des centaines de représentants d’organisations révolutionnaires et anti-impérialistes et de partis et organisations maoïstes de plus de vingt pays ont appelé à s’unir et à renforcer la lutte des classes dans chaque pays. Ce fut un grand exemple d’internationalisme. Nous devons aller de l’avant pour renforcer encore plus et donner une forme organisationnelle à l’internationalisme prolétarien.

Nous devons poursuivre l’unité internationale des communistes dans le monde vers la construction d’une nouvelle organisation internationale pour lutter ensemble contre l’impérialisme et la réaction et marcher ensemble vers une nouvelle Internationale Communiste, pour le socialisme et le communisme. 

 

Prolétaires et peuples opprimés de tous les pays, unissez-vous !

A bas l’impérialisme et tous ses chiens de garde !

Vive l’internationalisme prolétarien !

Vive la révolution prolétarienne mondiale !

 

Parti Communiste (maoïste) d’Afghanistan ;

Parti Communiste d’Inde (M-L) Naxalbari ;

Parti Communiste maoïste de France ;

Parti Communiste maoïste – Italie ;

Parti Communiste Révolutionnaire – Canada ;

Parti Communiste maoïste de Manipur

Mouvement Communiste Maoïste, Tunisie ;

Democracy and Class Struggle – Pays de Galles – Etat Britannique ;

Comité de Construction du Parti Communiste maoïste de Galice – Etat Espagnol ;

Gran Marcha hacia el Comunismo – Etat Espagnol ;

New Marxist Study Group (NMSG) - Sri Lanka ;

Solidarity of People Struggle - Indonésie ;

Organisation Communiste - Futur Rouge – Etat français ;

Servir le Peuple et Sheisau Sorelh (médias révolutionnaires maoïstes) – Occitanie - État français ;

Parti Communiste Maoïste – Turquie/Nord Kurdistan - France

Marxistes Léninistes Maoïstes au Maroc

Repost 0
Published by drapeau rouge - dans Déclaration
22 novembre 2012 4 22 /11 /novembre /2012 20:04

http://lacausedupeuple.blogspot.fr/2012/11/declaration-de-georges-ibrahim-abdallah.html

Voici la déclaration de Georges Ibrahim Abdallah pour la manifestation du 18 novembre à Lille. 
Cher-e-s Camarades, cher-e-s ami-e-s,
A l’aube de cette 29e année de captivité, votre mobilisation solidaire me va droit au cœur.
Elle m’apporte beaucoup de chaleur et me remplit de force. Certainement, tant que l’on est derrière ces abominables murs, la solidarité demeure l’arme indispensable. Bien entendu, il faut aussi beaucoup de force et de détermination pour rester debout tout au long des décennies. Encore faut-il ne pas perdre de vue que force et détermination sont toujours fonction du rapport global aux mouvements de lutte des masses populaires et de leurs avant-gardes réellement existantes.
C’est justement en cela, Camarades, que vos diverses initiatives solidaires prennent leur plein sens, dans la mesure où elles s’inscrivent dans la mobilisation globale contre la répression et la régression généralisée, et contre les diverses manifestations de la barbarie du Capital.
Comme vous voyez, Camarades, la crise globale du système ne cesse de s’approfondir et la situation des masses populaires ne cesse à son tour d’empirer, aussi bien ici dans les centres impérialistes, que là-bas chez nous dans les périphéries du système. Précarisation, chômage et guerres s’offrent au quotidien comme banale réalité et unique horizon. Elles ne peuvent désormais que susciter la mobilisation et la combativité des masses populaires et attiser toujours plus révoltes et protestations à l’échelle planétaire.
Vous savoir, Camarades, rassemblés aujourd’hui dans ces quartiers populaires de Lille, juste au moment où les masses populaires palestiniennes font face à la barbarie soldatesque sioniste, me réconforte dans la conviction qu’ensemble nous vaincrons, et ce n’est qu’ensemble que nous vaincrons.
Camarades, de l’autre coté de la Méditerranée, les régimes bourgeois en place vacillent et commencent à s’écrouler les uns après les autres. Bien entendu le changement prendra du temps et puis certainement, il y aura des soubresauts ici et là.
Seulement, la direction du vent est déjà bien tracée.
Ce qui se passe aujourd’hui en Palestine, Camarades, ne peut pas nous laisser indifférents. Depuis plus d’une soixantaine d’années, et avec quel héroïsme et quelle obstination les masses palestiniennes et leurs avant-gardes combattantes font face à l’une des dernières entités de colonisation de peuplement.
Certainement, Camarades, c’est toujours en assumant la solidarité avec les masses populaires que l’on apporte la solidarité la plus significative aux prisonniers révolutionnaires.
A bas l’impérialisme et ses chiens de garde sionistes et leurs complices réactionnaires arabes !
Honneur aux martyrs et aux peuples en lutte !
Ensemble Camarades nous vaincrons et ce n’est qu’ensemble que nous vaincrons !
A vous, Camarades du collectif « Bassin minier » et du collectif « Solidarité Georges Lille, et à travers vous, à tous les camarades et amis ici présents, mes plus chaleureuses salutations révolutionnaires.
Votre Camarade Georges Abdallah.
17 novembre 2012
Repost 0
Published by drapeau rouge - dans Déclaration
27 février 2012 1 27 /02 /février /2012 17:00

Nous faisons suivre cet appel et le soutenons.

 

A bas l'impérialisme français !

 

Vive la lutte de libération des peuples colonisés !

 

PC maoïste de Franace

 

Voir également Soutenons la révolte du peuple réunionnais !

 

http://sd-1.archive-host.com/membres/images/205030527444844614/arton3550.gif

 



 

Appel à la mobilisation avec les Réunionnais en lutte



 

Déclaration du JERF et du comité de mobilisation,  25 février 2012

 

Nous, Jeunes Emigrés Réunionnais en France, sommes une organisation indépendante de tous partis politiques. Nous luttons auprès des réunionnais en France face à la politique du CNARM, mais aussi contre le racisme et l’exploitation.

 

Les évènements actuels à la Réunion témoignent de la remise en cause des politiques coloniales et de la structure économique de l’île. 

Situation sociale à la Réunion :

 

Emigration : Près de 104 000 réunionnais vivent dans l’hexagone, soit 14% des natifs de la Réunion.

 

Population : 800 000 habitants qui compte 52% de jeunes.

 

Chômage : la moitié des jeunes du pays n’ont pas d’emploi

 

Seuil de pauvreté : 52 % de la population réunionnaise vit en dessous du seuil de pauvreté.

 

Santé et malaise des Réunionnais : La mortalité est plus importante qu’en France dans toutes les tranches d’âge, le sentiment de malaise est profond.

 

Racisme et humiliation :

 

Certains lieux de notre île sont des zones de non-droits pour les réunionnais et les réunionnaises, s’ils ont le malheur d’être jeunes et « foncés », et s’ils sont identifiés comme chômeurs, ils n’ont pas accès à certains endroits. Il y a de véritables ghettos de privilégiés qui sont les expatriés français (zorey) alors que les plus pauvres, et les familles de descendants d’esclaves sont des citoyens de seconde zone. Il y a de la place et du travail pour les zorey alors qu’il n’y en pas pour les réunionnais qui, eux, doivent partir.

 

Après cette présentation nous disons : Non ! Non à la récupération des révoltes à la Réunion !

 

C’est ainsi que pendant les grèves de vie chère du premier trimestre 2009, à la Réunion, l’élite du PCR et du COSPAR (collectif d’organisations monté contre la vie chère), n’a pas mené à termes ce grand mouvement populaire qui aurait pu accompagner celui des Guadeloupéens. La tête du PCR et du COSPAR ont délibérément brisé ce mouvement. Le 5 mars 2009, des milliers de Réunionnais et de Réunionnaises se sont retrouvés dans les revendications des Guadeloupéens.

 

Lorsque ces personnes se sont retrouvées ensemble, la tête du PCR (Parti Communiste Réunionnais et ses coquilles telles que l’Alliance des jeunes, l’Alliance contre le chômage…) et  du COSPAR la di azot : « fane astèr » c’est-à-dire « dispersez-vous », « sirtou rès pa ansanm », « fé pa dézord dan somin » comme s’il ne s’agissait pas de leur pays, de leur vie, de leur ras-le-bol, de leur rage…

 

Ratenon de  « l’Alliance contre le chômage », en plein mouvement le 5 mars 2009  a déclaré à propose de la grève générale: « « Il ne faut surtout pas le faire » au moment où la grève se durcissait aux Antilles  … « Le préfet est d’accord pour négocier ».

 

Entre 2009 et 2012 leurs négociations n’ont servi à rien, sous prétexte de maintenir la cohésion sociale il a participé à l’explosion sociale ! Aujourd’hui c’est toujours la même rengaine, il court pour négocier avec le préfet alors que les réunionnais dans la rue scandent « Préfet Démission ».

 

10 ans après les révoltes de 1991, après mandats politiques sur mandats politiques, le PCR et les autres partis PS et droites diverses ont conduit la Réunion à un climat d’explosion sociale.

La Réunion n’est pas un sentiment, une sensation forte (île intense), c’est un pays où le chômage est plus fort qu’en Afrique, un territoire dont la forte croissance ne s’accompagne pas du développement, autrement dit d’un mieux-être social, économique et environnemental. Le paradoxe réunionnais est que le pays est classé selon les indicateurs économiques parmi les pays les plus riches (46è rang mondial).

 

Aujourd’hui, des jeunes de l’île se révoltent. Leur colère est légitime car pendant le mouvement contre la vie chère, la parole a été monopolisée par les politiciens professionnels. La grande partie de cette jeunesse délaissée sur le bord du chemin identifie le problème : la vie chère, le chômage, l’absence de perspectives d’avenir, la monopolisation et la récupération de la parole des réunionnais.

 

Ces révoltes sont la remise en cause du système politique tout entier, un système mafieux qui permet aux politiciens de la droite comme de la gauche de se remplir les poches et de remplir les poches des groblan.  Exemple : CBO Territoria qui s’occupe de la gestion foncière du groupe Bourbon de Chateauvieux possède à la Réunion un patrimoine foncier de 3200 hectares, le Groupe Bernard Hayot, béké martiniquais a été introduit également à la Réunion par son confrère réunionnais.

 

Les aides sociales de la France sont dépensées dans ces temples de la consommation que sont Leclerc, Score… Or, les bénéfices ne sont pas réinvestis à la Réunion mais profitent aux capitalistes. C’est autour de ces enseignes précisément qu’aujourd’hui, les réunionnais et les réunionnaises se retrouvent pour protester. Temples de la consommation visés par des jets de galets, protégés par des gardes mobiles autorisés à tuer.

 

Comment se fait-il que les politiciens qui volent de l’argent ne sont jamais punis par la loi ? Les révoltés, eux sont réprimés, pour 300 manifestants il y a 460 policiers et gendarmes sur place selon Guéant qui a envoyé deux escadrons en plus. Actuellement nous sommes à un peu moins de 200 interpellations.

 

Ce ne sont pas les quelques miettes jetées par les Dindar, Didier Robert, Vergès et autres élus qui, par des mesures « provisoires » dans un but de se faire élire aux élections, vont pouvoir régler les plaies béantes d’une structure politique et économique inadaptée à la Réunion. Structure politique corrompue, maintenue par les élites de la Réunion avançant main dans la main avec le pouvoir d’Etat Français.

 

C’est au peuple de décider de son destin politique, la répression et les miettes ne sont pas des réponses à une colère juste et légitime.

 

C’est un changement radical qui est attendu à la Réunion et en Métropole par les réunionnais émigrés, partis à 10000 km de leur pays pour trouver du travail.

 

 

Pas de justice de paix !

 

Non à la répression ! Non à la récupération !

 

La révolte n’est pas un crime ! La révolte est légitime !

 

Contact du Comité de mobilisation pour la Réunion libre :

06 26 39 86 95

 

Contact du JERF :

06 18 00 77 18

 

soutienreunion@yahoo.fr

www.jerf.fr

 

Repost 0
Published by drapeau rouge - dans Déclaration
22 janvier 2012 7 22 /01 /janvier /2012 14:41

Parti communiste d’Inde (maoïste)


COMITÉ CENTRAL


Communiqué de presse
13 janvier 2012


Salutations révolutionnaires du PCI (maoïste) aux
amis de la révolution indienne et à ses sympathisants


Camarades et Amis,

 

Le 24 Novembre 2011, la révolution indienne a perdu son grand leader et les masses opprimées de l'Inde ont perdu leur serviteur le plus fiable. Le 24 novembre restera un jour sombre dans l'histoire de la révolution indienne. Le 1er Juillet 2010, les classes dominantes indiennes avaient assassiné notre Camarade Azad, membre du Bureau Politique et porte-parole. Un an et demi plus, un autre membre du Bureau Politique, le Camarade Koteswarlu (qui est populaire parmi le peuple et les rangs du parti sous le nom de Kotanna, Prahlad, Ramji, Kishenji et Bimal), a été capturé vivant dans une opération secrète, torturé inhumainement et tué dans un faux affrontement [fake encounter]. En Inde, qui prétend être la plus grande démocratie du monde, les classes dirigeantes féodales et bourgeoises compradores bureaucratiques, avec le soutien des impérialistes, en particulier des impérialistes américains, tentent de supprimer la démocratie, la libération nationale et les mouvements révolutionnaires sous leur talon de fer. En particulier, depuis 2009, ils mènent une guerre injuste contre le peuple au nom de l'opération «Green Hunt». Ils violent sans vergogne la constitution et les lois formulées par eux-mêmes et tuent des gens, des militants et des dirigeants du mouvement. Ils tentent vainement de justifier tous leurs meurtres illégaux au nom d'un mensonge nommé «affrontement» [encounter], marchant sur les traces des colonisateurs britanniques. Maintenant, il est un fait établi que partout en Inde, «affrontement» signifie un meurtre ourdi par l'Etat.


Le Camarade Koteswarlu est né le 26 Novembre 1954 dans la ville de Peddapalli du district de Karimnagar qui a comme héritage la glorieuse lutte armée de Telangana. Il dirigeait le mouvement révolutionnaire indien depuis près de quatre décennies. Le Camarade Koteswarlu a été élevé par des parents aux idées démocratiques et fut imprégné des sentiments patriotiques et de l'amour pour le peuple opprimé depuis l'enfance. Il était un représentant de haut rang de la génération d’après la glorieuse rébellion de Naxalbari. Bien que la rébellion de Naxalbari, qui a établi guerre populaire prolongée maoïste comme la voie de la révolution indienne, fut réprimée en quelques années, elle eut un grand impact sur tout le pays. Des rébellions paysannes surgirent dans de nombreux endroits suivant son modèle. Elle réveilla les étudiants dans les collèges et les universités. Le slogan «Naxalbari Ek Hi Rasta» (La Seule Voie est Naxalbari) résonnait dans tout le pays. C'est ce contexte qui a transformé en révolutionnaire maoïste le Camarade Koteswarlu. Tout d'abord, à la fin des années 1970, il organisa la paysannerie contre le féodalisme profondément enraciné dans son district natal de Karimnagar et dirigea de nombreuses luttes. Il joua un rôle clé dans le mouvement paysan populairement connu sous le nom de «Jagityal Jaitrayatra» (La Marche de la Victoire de Jagityal). En peu de temps, il s’étendit à l'ensemble du Nord Telangana en dehors des districts de Karimnagar et d’Adilabad. Tout en mobilisant les paysans dans les luttes anti-féodales, il s’efforça d'attirer les étudiants, les écrivains, les intellectuels, les travailleurs... toutes les classes opprimées et les sections du peuple dans le giron du mouvement révolutionnaire. Ainsi, il travailla en premier lieu comme organisateur du parti, puis comme secrétaire du comité de district et fut ensuite élu en tant que secrétaire du Comité de l'Etat d’Andhra Pradesh et gagna la distinction du peuple et des rangs du parti. Depuis 1986, il joua un rôle crucial dans le développement et l'expansion du mouvement révolutionnaire dans les zones centrale, orientale et du nord de l'Inde. Il s'est particulièrement concentré au Dandakaranya pendant huit ans et au Bengale Occidental durant dix-huit ans. De 1993 à son dernier souffle, il travailla en tant que membre du Comité Central, puis comme membre du Bureau Politique et eut la responsabilité des Bureaux Régionaux du Nord et de l'Est. Il contribua grandement dans de nombreux domaines au sein du parti tels que l'éducation politique, les magazines, la propagande et brillait comme un homme aux multiples talents. Il joua un rôle important dans l'enrichissement des documents du parti et dans le développement de la ligne politico-militaire et des politiques du parti. Il représentait le CC dans les réunions et discussions bilatérales tenues avec diverses organisations de libération nationale et les forces maoïstes d'Asie du Sud. Il s'efforça grandement d’unir les groupes marxistes-léninistes et les individus qui s’étaient divisés et dispersés après l'échec de Naxalbari et en particulier pour réaliser l'unité des organisations ML et du MCC qui avaient continués sous la forme de courants distincts depuis Naxalbari. Ainsi son rôle reste gravé à jamais dans les annales de l'histoire de la révolution indienne.


A la fin de 1970, le Camarade Koteswarlu joua un rôle crucial dans le mouvement paysan de Jagityal et dans la première décennie du 21ème siècle, il devint l'architecte de l’illustre soulèvement populaire de Lalgarh. Il était un leader inspirant qui n'a jamais quitté le peuple et les cadres et qui se tenait fermement durant les nombreux flux et reflux du mouvement révolutionnaire indien avec courage et initiative. Il était un organisateur avec initiative, un commandant guerrier et un guide qui donnait de l'amour et de l’attention. Sa présence même s'est avéré être un fil à retordre pour l’ennemi dès le début. Il a réussi à riposter à plusieurs attaques et tentatives de l'assassiner. Il était un guerrier infatigable qui a combattu sans relâche et sans compromis et n’a jamais laisser s’échapper une opportunité d'attaquer l'ennemi politiquement et militairement. C'est pourquoi la clique dirigeante de ce pays, menée par Sonia-Manmohan-Chidambaram-Pranab-Jairam, a collaboré avec le ministre en chef du Bengale Occidental Mamata Banerjee et l'ont tué de la plus cruelle des manières. Les signes de torture brutale sur son corps mort indiquent la nature fasciste de l'ennemi, sa lâcheté et sa défaite. D'autre part, en supportant toutes les tortures inhumaines entre les mains de l'ennemi, il est sorti vainqueur, même face à la mort. Le pourpre du drapeau rouge international des prolétaires s'est approfondi du sang qu’il a versé à Jungle Mahal.


Avec l'assassinat du Camarade Koteswarlu @ Kishenji, le mouvement révolutionnaire indien a perdu un grand leader. C'est une perte énorme pour notre parti. Notre parti perd continuellement des forces du leadership principal depuis quelques années et cette perte ne peut être surmontée dans ces circonstances. Cependant, notre parti se bat fermement pour faire avancer la révolution indienne sur le chemin de la victoire en venant à bout de ces pertes. Les classes dirigeantes exploiteuses ne pourront jamais comprendre la vérité que le peuple et les mouvements populaires donnent naissance à des centaines et des milliers de dirigeants comme Koteswarlu et Azad et ils continuent de rêver de pouvoir anéantir les mouvements en tuant les dirigeants. Tant qu’il y aura exploitation et répression, le peuple continuera de se révolter. Des dirigeants comme Koteswarlu émergent continuellement. C'est pourquoi les grandes luttes avec les sacrifices et les idéaux établis par les milliers de grands martyrs servent d'inspiration.


Notre Comité Central rend un hommage rouge, la tête baissée, pour le grand martyr Camarade Koteswarlu. Notre CC exprime sa profonde empathie à la mère Madhuramma qui a appelé le peuple à suivre les traces de son fils alors même qu’elle était plongée dans une profonde tristesse, aux autres membres de sa famille et aux amis du Camarade Koteswarlu. Notre Comité Central appelle l’ensemble du Parti, de la PLGA [Armée de Guérilla Populaire de Libération], les militants des organisations de masse et les masses révolutionnaires plongées dans une profonde tristesse et souffrance par l’assassinat brutal du Camarade Koteswarlu à surmonter la douleur et à intensifier la Guerre Populaire. Notre CC appelle les jeunes à se joindre à notre Parti et à la PLGA en grand nombre et à aller de l’avant dans les traces du Camarade Kotanna afin de remplir ses rêves les plus chers. Notre parti envoie ses salutations révolutionnaires aux démocrates et sympathisants révolutionnaires qui ont amené le corps du Camarade Koteswarlu du Bengale Occidental à Peddapalli et à toutes les personnes qui ont participé en très grand nombre à la procession funéraire pour payer un dernier hommage au dirigeant tombé en surmontant les nombreuses restrictions et encerclements des forces gouvernementales et de police. Nous exprimons humblement nos remerciements aux organisations de masse, aux organisations des droits civils, aux partis révolutionnaires, démocrates, écrivains, journalistes, amis des médias, artistes et agitateurs de la lutte Separate Telangana [pour un Etat du Telangana] qui ont condamné l'assassinat brutal du Camarade Kishenji. Nos saluts rouges à tous les écrivains et intellectuels qui ont écrit des articles et des rapports condamnant sans équivoque ce meurtre. Notre CC envoie des salutations révolutionnaires à tous les partis et organisations révolutionnaires démocratiques de plusieurs pays qui ont condamné l'assassinat du Camarade Kishenji et la guerre déclenchée par le gouvernement indien sur son peuple et envoyé des messages de condoléances à notre parti.


Notre CC fait de nouveau fermement le serment au nom de tout le parti, la PLGA, les organisations de masse révolutionnaires et les masses révolutionnaires de l'Inde que nous avancerons en surmontant tous les obstacles sur le chemin de l'accomplissement de la Révolution de Démocratie Nouvelle de l'Inde dans le but de réaliser le socialisme et le communisme et que nous allons poursuivre les objectifs non remplis des milliers de martyrs, dont le Camarade Kishenji, jusqu'à leur accomplissement. Il assure les masses opprimées de l'Inde ainsi que du monde entier qu’il n’y aura de repos tant que le féodalisme, la bourgeoisie compradore bureaucratique et l'impérialisme  ne seront envoyés six pieds sous terre et que tous les types de réaction seront abolis.


    Vive le camarade Kishenji !


    Vive le marxisme-léninisme-maoïsme !


    Vive l'internationalisme prolétarien !

(Abhay)
Porte-parole,
Comité Central,
PCI (maoïste)

 

inde

Repost 0
Published by drapeau rouge - dans Déclaration
30 décembre 2011 5 30 /12 /décembre /2011 11:35

partisans.jpg

 

La lutte contre le révisionnisme et le "gauchisme" est le marxisme-léninisme-maoïsme (mlm), la théorie appliquée à la pratique.

 
Aujourd'hui, les partis et organisations mlm ont deux problèmes :


* Premièrement - la construction de partis mlm dans tous les pays, appliquant la théorie dans la pratique, dans la lutte de classe et avec des relations réelles avec les prolétaires et les masses.


* Deuxièmement - la reconstruction
d'une organisation internationale mlm après l'effondrement du RIM, principalement en raison de l'action de l'avakianisme postmlm et de la ligne révisionniste dans le PCUN Népal.

Internet peut aider les solutions à ces problèmes si il sert cette voie, si les partis réels et les organisations réelles qui existent dans la réalité de la lutte de classe peuvent informer, débattre, lutter pour l'affirmation et l'application du mlm dans la lutte de classe réelle.

Internet entrave cette route si il devient un camp de cybermaoïstes paranoïaques, qui peuvent tout dire au nom du "mlm parfait" , dans l'histoire et dans la situation d'aujourd'hui, sous couvert de "théorie scientifique" pour une pratique "fantastique", le tout dans leur tête.

Tous les partis, organisations et aussi tous les camarades mlm peuvent et doivent choisir la voie et la vie dans ce contexte.

maoist road
décembre 2011

Repost 0
Published by drapeau rouge - dans Déclaration

Présentation

  • : Drapeau Rouge, le blog du PC maoïste de France
  • Drapeau Rouge, le blog du PC maoïste de France
  • : Le Drapeau Rouge est le journal et le blog du PC maoïste de France. Communiste,révolutionnaire et internationaliste, le PCmF lutte pour une révolution radicale en direction du communisme !
  • Contact

Evènements

Recherche

Publications

Livres

classiques

 

Brochures

http://www.aht.li/2055598/brochures_pcmf.JPG

Affiches

cpc.jpg

nouveaux combattants