Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 janvier 2015 1 19 /01 /janvier /2015 14:38
Ct-Fd : La grève à l'incinérateur remporte une victoire !

Le Bloc Rouge est intervenu en soutien des grévistes de l'incinérateur de Clermont-Ferrand.

 

Leur grève a remporté une première victoire. Voici, selon la CGT, ce que les grévistes ont obtenu :

 

"Enfin !!! Après 19 jours de grève, 2 "déménagements" du blocus par les forces de l'ordre, 4 séances de négociation pour rien, 2 plaintes en référé de la direction, le rapport de force a payé pour les salarié-e-s de VERNEA.

 

La médiation demandée en préfecture par la CGT a enfin aboutie. La direction s'est mise à table et l'inspection du travail s'empare du dossier incinérateur de Clermont-Fd.

 

Des accords écrits ont été signés entre les représentants-e-s de l'intersyndicale CGT CFDT UNSA et la direction. La médiation a enfin permis de sortir d'un conflit long et difficile. Les salarié-e-s n'auront pas passé toutes les fêtes de fin d'année dehors pour rien.

 

Les revendications concernant la sécurité sont satisfaites, puisque des procédures de travail vont être établies, et que la DIRECCTE va enfin pouvoir entrer sur ce site. Rappelons que 1 accident entraînant 8 jours d'ITT se produisait par mois en moyenne, plus un certain nombre d'accidents non quantifiables car pas déclarés par la direction, transformés en congés par exemple. 

 

Concernant les augmentations de salaires et conditions de reprise du travail : 

 

  • Nouvelle revue individuelle des effectifs faite par la direction pour mise à jour des positions dans la grille de classification.
  •  
  • Paiement d'une prime de réception des installations de 300 euros. 150€ pour l'exercice 2014, et 150€ soumis à objectifs pour 2015.
  •  
  • Retrait sur paie des jours de grève étalés : pour moins de 5 jours sur 4 mois ; pour plus de 5 jours, sur 5 mois.
  •  
  • Compensation des jours de grève par des jours de congés ou de récupération : 1 jour de compensation pour moins de 6 jours de grève, jusqu'à 5 jours de compensation pour plus de 10 jours de grève.
  •  
  • Les 3 premiers niveaux de salaires seront revalorisés : 
    • niveau 1 à 1570€/mois bruts
    • niveau 2 à 1610€/mois bruts
    • niveau 3 à 1630€/mois bruts

 

Dans cette entreprise de 54 salarié-e-s, 40 sont à l'exploitation et tou-te-s étaient en grève du 23 décembre au 11 janvier. 2/3 des salarié-e-s y ont moins de 30 ans et pour les 3/4 d'entre-eux, il s'agit de leur 1er emploi en CDI. "

 

Cette victoire, même limitée, est importante dans cette période où le mot d'ordre est "Relever la tête et reprendre ses affaires en main !" Elle donne confiance et insuflera certainement une dynamique qui permettra d'élargir la résistance.

 

Bravo aux grévistes qui ont tenu bon dans le froid et en pleine période de fêtes !

 

Voici le tract du Bloc Rouge diffusé en soutien :

 

Grève à l’incinérateur : solidarité !

 

Les travailleurs et travailleuses de l’incinérateur de Clermont-Fd sont en grève depuis la veille de Noël. Les piquets de grève ont été tenus dans le froid, en pleine période de fêtes.

 

Comme l’indique le tract de la CGT, les grévistes qui représentent 80% des effectifs  « dénoncent des méthodes de management autoritaires, des conditions de travail déplorables et très accidentogènes avec plus d’un accident de service par mois et demandent une revalorisation de salaire de 180 euros. »

 

Lundi 5 janvier dernier, l’élan de solidarité s’est exprimé par une centaine de personnes présentes sur le piquet de grève dès 6h du matin.

 

La dernière action en date a été réprimée jeudi matin. Suite aux rencontres de négociation n’ayant abouti a rien, les grévistes avaient décidé de bloquer le site dès mercredi 7 janvier. Le lendemain, une quarantaine de flics sont venus lever le blocage par la force, comme ils l’avait déjà fait le 29 décembre dernier.

 

Ce n’est qu’une démonstration supplémentaire que le rôle du gouvernement est de s’assurer que les profits puissent continuer à se faire sur le dos des travailleurs et travailleuses, peu importe la justesse de leurs revendications et le soutien populaire dont ils et elles disposent !

 

Depuis de nombreuses années, qu’il soit de droite ou de gauche, le gouvernement bourgeois continue son attaque contre les conquêtes ouvrières et continue de faire peser le poids de la crise sur celles et ceux qui en souffrent le plus. Aujourd’hui, il faudrait qu’on s’estime heureux d’avoir du travail ! Les patrons en profitent pour faire le chantage au salaire, aux heures supplémentaires non payées et à venir travailler même malade...

 

La recherche du profit maximum dans un temps minimum, voilà la loi fondamentale du capitalisme, voilà la loi que protège et protégera coûte que coûte le gouvernement en ayant l’audace de nous expliquer que c’est l’entreprise qui crée les richesses et pas les travailleurs et travailleuses ! C’est faux, sans nous, rien ne peut tourner ! Les richesses, c’est nous qui les produisons ! C’est donc à nous d’avoir le pouvoir dans l’intérêt de tous les travailleurs et travailleuses et non dans l’intérêt d’une petite minorité qui continue de se gaver sur notre dos !


Les grévistes de l’incinérateur nous démontrent un bel exemple de combativité et de détermination, ils et elles méritent toute notre admiration et notre soutien !

 

Nous appelons à un soutien moral (le minimum) ; physique en se rendant sur le piquet de grève à cette adresse 1 chemin des Domaines de Beaulieu – Ct-Fd ; et financier en remplissant la caisse de soutien pour que les grévistes puissent avoir un minimum ce mois-ci et aussi longtemps que durera la grève !

 

Solidarité avec les grévistes de l’incinérateur !

 

Face au gouvernement à la solde des patrons,
élargissons la résistance !

 

Unie, la classe ouvrière vaincra !

 

Bloc Rouge (Unification des maoïstes)

Repost 0
Published by drapeau rouge - dans incinérateur vernea grève clermont-ferrand cgt 63
4 janvier 2015 7 04 /01 /janvier /2015 22:51
Lutte interne dans la CGT : la goutte d'eau qui fait déborder le vase !

Les travaux entrepris dans un appartement loué à Vincennes au bord du bois pour loger Thiéry Le Paon, secrétaire général de la CGT a été la goutte qui a fait déborder le vase. La contestation était latente dans la CGT depuis plusieurs années et de plus en plus s’exprimait dans les syndicats d’entreprise, dans des Unions locales, dans des Unions Départementales, dans plusieurs fédérations.

 

Cette crise au sein de la CGT n’est pas la première.

 

Un peu d'Histoire

 

La CGT est née en 1895 de la fusion des chambres des métiers et des Bourses du travail. La séparation entre parti et syndicat a été concrétisée en 1906 par la charte d’Amiens, dont la ligne d’inspiration anarcho-syndicaliste affirmait l’indépendance syndicale vis-à-vis du Parti ouvrier et préconisait comme stratégie la grève générale pour la nécessaire abolition du patronat et du salariat.

 

La trahison du Parti Socialiste (alors SFIO – Section Française de l'Internationale Ouvrière) et de la CGT qui avaient soutenu la bourgeoisie impérialiste, le début d’opposition d’une frange de syndicalistes et de socialistes, le choc provoqué par la Révolution d’Octobre allaient donner naissance au Parti Communiste Français (alors SFIC – Section Française de l'Internationale Communiste) qui ralliera la majorité du Parti Socialiste lors du Congrès de Tours en 1920. Le Parti Socialiste va évincer les communistes de la CGT, qui, minoritaires avec les syndicalistes révolutionnaires, vont former la CGTU. Ce n’est qu’en 1934 que la CGT va se réunifier contre la menace fasciste. La CGT va être interdite durant la 2ème guerre mondiale et mener la lutte à côté du Parti Communiste. Celui-ci va se plier au diktat de Gaulle, démanteler les comités issus de la Résistance et rendre les armes, positions critiquées par l’Internationale Communiste. Des grèves vont se développer entre autre à Renault et dans les mines. En 1947, au début de la « guerre froide », les dirigeants anticommunistes au sein de la CGT vont faire scission et former FO, financé par la CIA et l’AFL-CIO (Fédération syndicale États-unienne anticommuniste).

 

Le PCF va passer de positions opportunistes à une ligne révisionniste. Les directions du PCF et de la CGT vont prôner la coexistence pacifique et la conciliation. Dès lors, la position économiste, légaliste va dominer. La rupture entre le Parti Communiste de Chine et le Parti Communiste d'Union Soviétique au début des années 60 va avoir des répercussions au sein du PCF. Dans la CGT vont se regrouper les syndicalistes révolutionnaires de lutte de classes puis ils seront obligés de la quitter. Le mouvement gréviste en 1968 va arracher d’importantes concessions au patronat, mais les directions syndicales vont arrêter le mouvement et les élections vont renforcer les gaullistes.

 

A l'initiative de la Gauche Prolétarienne, et souvent en opposition avec la CGT, des Comités de lutte d’ateliers vont voir le jour. Cependant, le recul du mouvement révolutionnaire va s’accentuer après la restauration du capitalisme en Chine.

 

La fin des « trente glorieuses » va accentuer la position défensive du PCF et des syndicats, la venue de la social démocratie au pouvoir va affaiblir le PCF révisionniste, la droite va reprendre la main, la crise va se développer et l'Etat au service du patronat va continuer à démanteler le code du Travail, le chômage va augmenter, les restructurations se poursuivre malgré des résistances importantes comme les exemples récents à Continental, Goodyear, Fralib, PSA, etc. La gauche va prendre la suite et poursuivre la même politique que la droite. Ce processus d’alternance entre droite et gauche de la bourgeoisie et le mécontentement, le dégoût que cela produit parmi les travailleurs va favoriser la montée de l’idéologie fasciste et le racisme distillés par le Front National. La montée du FN, sa pénétration et la mise en place de collectifs sociaux-professionnels, d’associations spécifiques dans divers secteurs et la multiplication des groupes militaro-fascistes et nazis deviennent une véritable menace contre la classe ouvrière, les travailleurs et les syndicalistes et plus largement les progressistes. C’est dans ce contexte qu’ont mûri et qu’éclatent les contradictions au sein de la CGT, provoquées par les révélations du Canard Enchaîné.

 

Les réactionnaires, évidemment, se sont saisis de ces révélations pour attaquer la CGT et faire le procès du syndicalisme. Mais les réactionnaires, anti-syndicalistes, anticommunistes, fascistes se sont fait « retomber une pierre sur les pieds ». Car la crise était latente dans la CGT. Confrontés à une direction et à une ligne conciliatrice avec la bourgeoisie, devant les coups de plus en plus importants que porte la bourgeoisie contre le prolétariat, devant la montée du fascisme, celles et ceux qui veulent remettre la CGT sur les rails de la lutte de classe remettent en cause la direction de la CGT et sa ligne conciliatrice, demandent la démission du secrétaire général et appellent à un Congrès extraordinaire.

 

Un se divise en deux

 

La lutte de ligne au sein de la CGT ne date pas d’aujourd’hui, comme nous l’avons vu plus haut. On peut retracer l'origine de celle qui traverse aujourd'hui la CGT. Lors du référendum sur le traité constitutionnel européen en 2005, nous avons vu la réaction du Comité Confédéral National contre la position de Bernard Thibault sur l’Europe qui voulait voter OUI. Il y a eu, dès lors, sinon une opposition organisée, une ligne de démarcation qui s’est établie entre la gauche et la droite, une ligne de lutte de classe contre une ligne conciliatrice. Cette ligne de démarcation, peu à peu se renforce, se précise, commence à se cristalliser face à la ligne liquidatrice de conciliation de classes. Ce processus ne peut que se poursuivre,autour de l'opposition au patronat dirigé par le MEDEF et qui place ses laquais à la tête de l’appareil d’Etat. L'Etat sert le patronat dans sa politique de restructuration pour maintenir au plus haut son taux de profit. « Le Parti se renforce en s’épurant ». Ceci est aussi vrai pour le syndicat. Espérons que c'est ce qui va arriver à la CGT !

 

Il ne faut pas craindre la lutte de lignes, l’épuration

 

Garder dans un syndicat, dans un parti, une organisation ou une association des membres qui ne défendent plus ou mal les intérêts de celles et ceux qu’ils représentent conduit à la liquidation, pire encore, à la défaite totale devant l’ennemi de classe qui combat contre notre classe. C’est donc un crime, surtout dans la situation actuelle, de ne pas combattre la ligne de conciliation au sein de la CGT alors que la réaction, l’Etat, le patronat sont de plus en plus agressifs face à la classe ouvrière, le prolétariat, les couches populaires et que la menace fasciste se fait de plus en plus menaçante. Les postes de cadres et dirigeants dans la CGT ne doivent pas être des sinécures mais des postes avancés de combat en lien avec les militants, les syndiqués et plus largement les travailleurs et travailleuses. La poursuite de la lutte de lignes est vitale pour freiner, s’opposer au diktat du patronat, de son appareil d’Etat, de la domination du capital financier et répondre coup pour coup à leurs attaques. Nous ne pouvons tolérer dans nos rangs les conciliateurs, les collaborateurs, celles et ceux qui travaillent consciemment ou inconsciemment par intérêt pour le patronat, qui désarment, émoussent la lutte de classe au moment où elle est de plus en plus nécessaire devant de nouveaux dangers qui se profilent à l’horizon.

 

Dans la phase actuelle où le mouvement populaire dans son ensemble est sur la défensive, l'outil syndical comme outil de défense n'est pas à négliger pour les révolutionnaires. A la base, nombre de travailleurs et de travailleuses prennent des risques tous les jours en faisant le choix de se syndiquer et de se défendre, elles et eux mais aussi leurs collègues. La contradiction qui éclate à la CGT apporte une situation de polarisation à la fois verticale (entre la droite et la gauche) mais surtout horizontale (entre la base et la direction). Cette situation nous permet à nous, révolutionnaires, de porter le discours de lutte de classe, de rendre plus claire la ligne de démarcation entre la ligne de lutte de classe pour un syndicat ayant un rôle dans le développement du processus révolutionnaire d'un côté et la ligne de cogestion et de conciliation de classe, la ligne des « partenaires sociaux », de l'autre côté.

 

Intervenir dans cette lutte au sein de la CGT peut nous permettre d'avancer vers la nécessaire reconstruction du syndicat de lutte de classe, nécessaire au prolétariat pour conquérir une victoire durable et pas seulement des avancées sociales. C'est vers cela que nous devons tendre, en continuant également à mettre en avant la nécessité de former à la base des Comités de lutte réunissant syndiqués et non-syndiqués. La CGT reste certes le bastion ouvrier du paysage syndical en France, cependant nombre de travailleurs et travailleuses combatifs sont également organisés dans d'autres syndicats en fonction des réalités locales et d'entreprises, voire ne sont pas syndiqués du tout. Notre rôle est donc d'unir les travailleurs et travailleuses, non pas autour du drapeau d'un syndicat ou d'un autre, mais autour d'une position, celle de la lutte de classe révolutionnaire.

 

Ayant affirmé cela, il est clair que nous ne pouvons passer sous silence la nécessité du parti révolutionnaire et de la force combattante sans lesquels avancer sur le chemin de la révolution serait se réduire à vouloir gravir l'Everest en espadrilles et bermuda !

 

La lutte dans la CGT est un phénomène positif sur lequel il faut peser, pour avancer vers la restructuration du syndicat sur une ligne de classe intransigeante contre le patronat, le système capitaliste dont nous subissons la dictature au nom de la « démocratie » et contre la montée du fascisme.

Repost 0
Published by drapeau rouge - dans cgt syndicalisme thierry lepaon

Présentation

  • : Drapeau Rouge, le blog du PC maoïste de France
  • Drapeau Rouge, le blog du PC maoïste de France
  • : Le Drapeau Rouge est le journal et le blog du PC maoïste de France. Communiste,révolutionnaire et internationaliste, le PCmF lutte pour une révolution radicale en direction du communisme !
  • Contact

Evènements

Recherche

Publications

Livres

classiques

 

Brochures

http://www.aht.li/2055598/brochures_pcmf.JPG

Affiches

cpc.jpg

nouveaux combattants