Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 janvier 2016 6 16 /01 /janvier /2016 18:24

Désormais le site utilisé sera seulement celui du Parti Communiste maoïste : http://www.pcmaoiste.org/

 

Le processus d’Unification

Depuis plusieurs années déjà les maoïstes se redéveloppent sur le territoire de l’État français. Cette dynamique a pris un nouveau tournant lorsqu’en 2012, des Camarades du Parti Communiste maoïste de France et des Camarades alors membres du ROCML, qui le quitteront par la suite, participent conjointement à la Conférence Internationale de Soutien à la Guerre Populaire en Inde qui s’est déroulée à Hambourg. Les activités conjointes se développent alors et décision est prise d’organiser des journées de formation communes en juillet 2013 auxquelles participent également des Camarades n’étant membres d’aucune organisation. A la suite, l’ensemble de ces Camarades décide de mener un processus d’Unification. Des commissions sont alors mises en place pour établir la base idéologique d’unification.

Au cours du processus, la lutte idéologique émerge et conduit à la fois au départ de quelques éléments et au renforcement de l’unité de celles et ceux participant à la poursuite du processus. Le Bloc Rouge (Unification des maoïstes) a alors la tâche de réaliser le Congrès d’Unification des maoïstes. C’est ce que nous sommes parvenus à établir après un travail à la fois théorique et pratique.

Le Bloc Rouge a ainsi développé la lutte sur plusieurs fronts, tels que les luttes ouvrières, l’antifascisme, le féminisme prolétarien, la lutte contre la répression et les violences policières, les soutien aux Guerres Populaires menées par les Partis maoïstes à travers le monde, le soutien aux migrants et migrantes, etc.

De même, la base d’unité couvrant les questions du marxisme-léninisme-maoïsme, de la classe ouvrière, de l’organisation, de la guerre populaire, du féminisme prolétarien, de l’immigration, de l’écologie, de l’antifascisme a été établie par le Congrès. Ces textes font l’objet d’une publication en cours et il est d’or et déjà possible de consulter notre programme sur notre site internet.

Le Parti Communiste maoïste est alors né du Congrès d’Unification des maoïstes. Bien évidemment, il s’agit d’une première pierre posée pour l’édification du Parti, mais la dynamique est lancée et la base est établie.

Notre ligne stratégique

Notre société est une société de classe, dont certaines ont des intérêts inconciliables. C’est notamment le cas entre le prolétariat -qui ne possède que sa force de travail- et la bourgeoisie -qui possède les moyens de production (usines, terres, ressources,…).

Notre époque, comme l’a défini Lénine, est celle de l’impérialisme et de la révolution prolétarienne. L’impérialisme, c’est la domination totale du capital financier sur l’économie. La classe dominante est alors la bourgeoisie impérialiste qui cherche par tous les moyens possibles d’accroître son taux de profit basé sur l’exploitation des prolétaires. L’impérialisme, c’est la concentration toujours plus importante des richesses entre quelques exploiteurs et l’exploitation d’un nombre toujours croissant de prolétaires. On le voit aujourd’hui où il n’y a jamais eu autant d’ouvriers et ouvrières à l’échelle mondiale et où une poignée possèdent la grande majorité des richesses tandis que les autres se partagent la misère.

La seule solution à ce système qui signifie la guerre, l’exploitation et la misère est la révolution prolétarienne, c’est à dire la prise de pouvoir par le prolétariat dont le cœur est la classe ouvrière. La voie de la révolution dans les pays impérialistes est ainsi celle de la révolution socialiste. Mais comme l’histoire nous l’enseigne, la bourgeoisie ne lâchera jamais le pouvoir pacifiquement car tout le système est taillé sur mesure pour garantir sa domination et la continuité de ses profits basés sur l’exploitation du travail des prolétaires. La prise du pouvoir est donc impossible sans violence révolutionnaire, sans destruction de l’appareil d’Etat bourgeois de fonds en combles. Cette leçon était déjà tirée par Marx suite à la Commune de Paris en 1871. Le pouvoir d’une classe sur une autre ne peut être renversé sans violence.

La stratégie permettant de réaliser cet objectif, c’est celle de la Guerre Populaire, qui met tous les moyens possibles à disposition du prolétariat tant qu’ils permettent d’avancer vers la prise du pouvoir ; aucun n’est à exclure a priori, cependant les moyens, méthodes et formes de lutte correspondent forcément à une nécessité objective d’une situation concrète. Le Parti ne met pas en œuvre les mêmes tactiques à des endroits et des temps différents.

La Guerre Populaire est la stratégie universelle pour la prise du pouvoir par le prolétariat. C’est l’unification des expériences historiques de lutte du prolétariat. La Guerre Populaire, c’est la guerre du peuple, c’est la guerre que mènent les masses contre la dictature de classe de la bourgeoisie.

Mais la Guerre Populaire ne peut se mener sans les instruments nécessaires.

Les 3 instruments de la révolution

Le Parti

Le Parti assure le rôle dirigeant de la révolution. Il se bat pour l’unité de tous et toutes les révolutionnaires car sans Parti, la classe ouvrière est désorganisée et ne pourra vaincre le capitalisme. Les éléments les plus conscients et déterminés du prolétariat doivent construire ce parti de type nouveau.

Le Parti Communiste d’aujourd’hui a pour idéologie le marxisme-léninisme-maoïsme, le dernier degré atteint en théorie et en pratique par le marxisme.

Il se base sur toutes les expériences historiques du prolétariat international et plus particulièrement la Commune de Paris, la révolution russe dirigée par le Parti Communiste jusqu’en 1953 et la révolution chinoise dirigée par le Parti Communiste jusqu’en 1976. Dans le cas de la Chine, une attention particulière doit être portée sur la période de la Révolution Culturelle, première expérience de mobilisation des larges masses dans la lutte contre la restauration capitaliste et pour l’approfondissement de la construction du socialisme. Du point de vue de la France, la Commune de Paris, les grandes grèves de 36, la résistance antifasciste, mai 68 et l’expérience de la Gauche Prolétarienne dans les années 70 sont également des points de référence.

Le Front

Le Parti seul ne suffit pas pour la révolution, il a besoin de construire de nouvelles structures pour développer la lutte révolutionnaire. Ces structures doivent être un contre-pouvoir au pouvoir d’État en place quel que soit le gouvernement. Ces structures doivent être un véritable outil de combat du prolétariat et des masses populaires. Elles ne doivent pas être des coordinations de lutte, mais des structures stables, autonomes sur le plan organisationnel, indépendantes politiquement des partis et organisations social-démocrates, révisionnistes et opportunistes.

Ces structures forment le front rassemblant toutes celles et ceux qui veulent s’unir pour lutter contre le patronat, la bourgeoisie et son État, regroupant les larges masses populaires qui ont intérêt à la révolution en se basant sur le fait que « ce sont les masses qui font l’histoire ».

La Force Combattante

La Force Combattante c’est la force de combat du Parti, c’est un instrument militaire indispensable à la conquête du pouvoir par la Guerre Populaire, et nous ferions une erreur en mettant cette question de côté. La bourgeoisie dispose des forces de répression officielles et de leurs alliés fascistes, les communistes eux doivent également disposer d’une force capable de mener l’affrontement de classe sur le plan militaire. La Force Combattante se place sous la direction du Parti car c’est la politique qui guide le fusil et non l’inverse.

Le développement d’une force combative est nécessaire, cependant elle doit correspondre à la réalité du développement du mouvement révolutionnaire et à l’intensité de l’affrontement de classe.

La Guerre Populaire est la seule solution pour faire table rase et abattre le vieux monde capitaliste. Les trois instruments de la révolution donnent à la classe ouvrière et aux masses populaires les moyens de rendre coup pour coup à la bourgeoisie et de conquérir le pouvoir.

Les questions de la révolution dans notre pays

Plusieurs questions se posent lorsqu’on parle de révolution. La première est celle de savoir qui a intérêt à la révolution. La réponse pour le cas de la France, pays impérialiste de premier plan qui mène la guerre aux 4 coins de la planète, est en premier lieu le prolétariat, dont le cœur est la classe ouvrière. Le prolétariat trouve ensuite ses alliés dans d’autres classes comme la petite paysannerie, certains commerçants et artisans, certaines professions intellectuelles.

Notre travail principal, en tant que communistes, est ainsi d’organiser le prolétariat où il se trouve, c’est à dire dans les usines et entreprises, sur les chantiers, dans les quartiers populaires et dans les lycées pros et techniques et les CFA. Voilà les lieux que nous ciblons dans nos activités.

Plusieurs formes d’exploitation et d’oppression existent et nous devons en tenir compte afin de développer au mieux notre stratégie.

Ainsi, la question des luttes ouvrières est primordiale. Nous intervenons à l’intérieur des usines et entreprises ou à l’extérieur pour impulser les luttes ou les soutenir.

La question spécifique de l’oppression des femmes fait partie de la question ouvrière, car en tant que femmes, les ouvrières et prolétaires subissent une oppression supplémentaire que les hommes. Elles sont moins bien payées, ont les postes les plus précaires, restent encore reléguées au travail domestique et subissent différents types de harcèlement. Les femmes prolétaires sont celles qui ont le plus à gagner de la révolution, voilà pourquoi nous développons le féminisme prolétarien, un féminisme de classe et combatif.

La question de l’immigration fait également partie de la question ouvrière, car les immigrés prolétaires sont nos frères et sœurs de classe. Ils et elles subissent également une oppression supplémentaire et n’ont pas les mêmes droits que les autres travailleurs et travailleuses. Le racisme est très présent et trouve ses racines dans le caractère impérialiste de notre pays. La bourgeoisie n’hésite pas à se servir des contradictions qu’il existe au sein du peuple pour le diviser. Elle dresse notamment les prolétaires immigrés contre les autres. Nous nous battons pour l’Unité de la classe ouvrière dans sa diversité.

Du fait de l’approfondissement de la crise économique, la bourgeoisie est capable de recourir à toutes les possibilités pour affermir sa domination de classe, et notamment le recours au fascisme. Cette possibilité est accrue, surtout lorsqu’on voit qu’elle renforce l’État policier et va rendre les dispositions de l’État d’Urgence permanentes. La soi-disant « lutte antiterroriste » n’est qu’une façade pour continuer leurs attaques contre les conquêtes ouvrières et diviser encore plus le peuple en faisant croire que le conflit actuel est un conflit de civilisation et non un conflit de classe. Nous développons donc la lutte antifasciste révolutionnaire, inséparable de la lutte anticapitaliste et opposée à l’antifascisme républicain qui voudrait nous faire croire que la solution est dans le bulletin de vote alors que c’est ce dernier même qui peut amener les fascistes au pouvoir.

Enfin, nous défendons les droits des minorités, comme les minorités nationales, les LGBTI, ainsi que les droits que la classe ouvrière a acquis au prix du sang comme le droit à l’avortement, la question du logement, l’accès à la santé, le coût de la vie, bref, tout ce qui touche à la vie quotidienne des masses populaires.

Notre combat étant le combat de la classe ouvrière et de ses alliés, nous inscrivons notre travail au niveau international. Nous développons ainsi la lutte anti-impérialiste, avant tout contre notre propre impérialisme mais aussi contre les autres puissances impérialistes : nous ne saurions soutenir un impérialisme contre un autre. Nous soutenons également les Guerres Populaires dirigées par les Partis Communistes maoïstes à travers le monde en tant que forme la plus haute de lutte anti-impérialiste et comme porteuses de l’alternative révolutionnaire qui finira par triompher. Nous prenons part à la reconstruction d’un centre international des forces maoïstes comme outil indispensable au développement des Partis Communistes maoïstes et au développement des Guerres Populaires.

 

Il est grand temps de faire la rupture avec la contestation stérile !

Il est grand temps de développer nos outils de combat, aux côtés de nos frères et sœurs de classe du monde entier pour en finir avec ce système d’exploitation, d’oppression, de guerre et de misère !

Avançons ensemble dans la consolidation du Parti Communiste maoïste pour la révolution au service de la classe ouvrière et des masses populaires !

Vive le marxisme-léninisme-maoïsme !

Vive la révolution prolétarienne mondiale !

Le Bloc Rouge (Unification des maoïstes) devient le Parti Communiste maoïste !
Repost 0
Published by drapeau rouge - dans Parti Communiste maoïste maoïsme Bloc Rouge
11 mars 2015 3 11 /03 /mars /2015 10:31
Compte Rendu du week-end du 8 mars, week-end de solidarité féministe et populaire ! (english / italiano)

Pour la première fois depuis le début du processus d'unification, le Bloc Rouge a organisé un événement à l'occasion du 8 mars, Journée Internationale des droits des Femmes. Voici le compte rendu et quelques images !

 

 

Dans le cadre de la Journée Internationale des droits des Femmes le Bloc Rouge a organisé une rencontre le Samedi 7 mars dans un foyer de jeunes travailleurs de Clermont-Ferrand.

 

A cette occasion, une garde d’enfants a été mise en place afin de permettre aux femmes de participer plus librement à l'événement.

 

 

L'événement a réuni une quinzaine de personnes avec qui nous avons pu échanger autour du thème de l'autodéfense et l’organisation féministe.

 

 

Après une présentation de la situation des femmes en France, nous avons évoqué des exemples de mobilisation contre le patriarcat et les violences qu'il engendre à travers le monde.

 

Nous avons discuté de l’organisation des Saris Roses, un gang anti-sexiste, et des femmes qui participent à la guerre populaire en Inde. Nous avons également discuté des mouvements féministes prolétariens d'Italie et du Canada, qui organisent la lutte contre le patriarcat et le capitalisme.

 

 

Il est ressorti que la seule solution dont nous disposons est la construction d’un mouvement féministe prolétarien ici aussi. Nous avons ensuite parlé des perspectives que nous voulons mettre en place ici en France.

 

Les premières actions en ce sens seront donc d’organiser la projection du film « Gulaab Gang » sur les saris roses dans un premier temps et de mettre en place un stage d'autodéfense en non-mixité.

 

Extraits du meeting :

 

 

La rencontre s’est terminée sur un moment de convivialité en musique autour d’un buffet.

 

Quelques réactions à chaud :

 

 

Le lendemain, nous nous sommes rendus au rassemblement local du 8 mars. C’est derrière une banderole « Pour un féminisme révolutionnaire ! » que notre cortège est arrivé, scandant des « Féministes et prolétaires, patriarcat, tu vas prendre cher! », « Flics, machos et bourgeois, tu nous opprimes? Nous on t'abat! » repris par une partie du rassemblement.

 

 

 

Une camarade a présenté l’intervention du Bloc Rouge à cette occasion, qui a apporté une certaine dynamique au rassemblement !

 

 

 

 

Après les prises de paroles, le rassemblement a ensuite chanté l'Hymne des Femmes, qui s'est terminé de manière plus punchy avec la reprise d'un de nos slogans :

 

« Contre le patriarcat, je me lève et je me bats!
Contre la lesbophobie, j'prends mon casque et mon fusil!
Contre le capitalisme, on construit le socialisme! »

 

 

Nous avons pu rencontrer des femmes motivées pour avancer vers la solidarité féministe prolétarienne et participer aux projets à venir.

 

Ce week-end a été une réussite et représente pour nous la première pierre de la construction d'un mouvement féministe prolétarien en France. Nous allons continuer à faire des initiatives en ce sens et invitons chacune à se joindre à nous dans ce projet de construction du mouvement féministe prolétarien.

 

Contre toutes les oppressions,
Autodéfense et Solidarité !
Femmes, organisons la Révolution !

 

 

 

Resoconto del weekend del 8 marzo,
weekend di solidarietà femminista e proletaria!

 

Per la prima volta da l'inizio del processo d'unificazione, il Bloc Rouge a organizzato un evento per la Giornata Internazionale delle Donne. Ecco il resoconto e alcune immagine!

 

Per la Giornata Internazionale delle Donne (8 Marzo), il Bloc Rouge a organizzato una proiezione-discussione il sabato 7 marzo in un ostello di giovani lavoratori a Clermont-Ferrand.

 

Per questa occasione, abbiamo aperto uno spazio per occuparsi dei bambini in modo ché le donne, che devono molto tempo farlo, possano participare più liberamente a l'evento.

 

L'evento ha riunito circa 15 persone con chi abbiamo potuto avere uno scambio sul tema dell'autodifesa e dell'organizazzione  femminista.

 

Dopo una presentazione della situazione delle donne in Francia, abbiamo parlato da diversi esempi de mobilizazzione contre il patriarcato e le violenze che lui crea dapertutto nel mondo.

 

Abbiamo parlato delle sari rose, una banda anti-sexista, e delle donne che participano a la guerra popolare in India, ma anche dei movimenti proletari femministi in Italia e al Canada che organizzano la lotta contro il patriarcato e il capitalismo.

 

Abbiamo concluso che l'unica soluzione che possediamo è la costruzione d'un moviment femminista proletario anche qui. Poi, abbiamo parlato delle prospettive che vogliamo mettere in atto qui in Francia.

 

Le prime azioni in questo senso sarano di organizzare la proiezione del film “Gulaab gang” sulle Sari Rose e, in un secondo tempo, di sviluppare una formazione d'auto-difesa in non-mixità.

 

L'incontro s'é chisuo su un momento di giovialità con la musica, intorno a un buffet.

 

Il giorno dopo, siamo andati al raduno locale del 8 Marzo. Siamo arrivati indietro a uno striscione “Per un femminismo revoluzionario”, scandendo slogans come “Féministes et prolétaires! Patriarcat, tu vas prendre cher!”, “Flics, machos, et bourgeois, tu nous opprimes? Nous on t'abat!”, ripresi per una parte del raduno.

 

Una compagna ha presentato la parola del Bloc Rouge in questa occasione.

 

Dopo gli interventi, il raduno a cantato l'Inno delle Donne, che ha finito in un modo più dinamico con la replica d'uno dei nostri slogan.

 

« Contre le patriarcat, je me lève et je me bats!
Contre la lesbophobie, j'prends mon casque et mon fusil!
Contre le capitalisme, on construit le socialisme! »

 

Abbiamo incontrato donne motivate per camminare a la solidarietà femminista proletaria e partecipare ai prossimi progetti.

 

Questo weekend é stato un successo e incarna, per noi, la prima pietra della costruzione d'un fronto proletario femminista in Francia. Siamo continuendo a fare inizitive in questo senso e invitiamo ciascuna a unirsi a questo progetto de costruzione del fronto femminista proletario.

 

Contro tutte le oppressioni,
Auto-difesa e solidarietà!
Donne, organizziamo la Rivoluzione!

 

Report about March 8th week end,
popular and feminist week-end!

 

For the first time since the beginning of unification process, the Bloc Rouge organized an event for the International Women's Day. Here is the report and some pictures of that week-end!

 

In connexion with the International Women's Day (March 8th), Bloc Rouge organized a screening-debate Saturday 7th March in a young workers' hostel in Clermont-Ferrand.


During this event, we've put in place a child-care space with the aim to enable women, who often has to take charge of, to participate more freely.

 

This event gathered around 15 people with who we could exchange about feminist self-defense and organization.


After a presentation of women's situation in France, we talked about examples of rallying against patriarchy and all the violence it creates all around the world.

 

So that we have talked about Pink saris, an anti-sexist gang, and about women who are a part of  people's war in India, but also about proletarian feminist movement in Italy or in Canada.

 

We conclude that the only solution we have is to build proletarian feminist movement here too. Then we speak about prospects that we want to set up here in France.


The first actions in this way will be the organization of a movie screening, “Gulaab gang”, about Pink Saris and, in a second time, set up an unmixed self-defense course.

 

This meeting's closed with a friendly moment with music around a buffet.

 

The following day, we took a part of the local gathering for women's rights. We arrived behind a big banner “For a revolutionary feminism”, chanting slogans like “Féministes et prolétaires! Patriarcat, tu vas prendre cher!”, “Flics, machos, et bourgeois, tu nous opprimes? Nous on t'abat!” which were joined in by a part of the gathering.

 

A comrade presented the Bloc Rouge's speech for this occasion.

 

After speeches, the gathering sang the Women hymn, which has closed with one of our energetic slogan.

 

« Contre le patriarcat, je me lève et je me bats!
Contre la lesbophobie, j'prends mon casque et mon fusil!
Contre le capitalisme, on construit le socialisme! »

 

We met motivated women to progress toward proletarian feminist solidarity and to go to our future projects.

 

This week end has been successful and embodies, for us, the foundation stone of a proletarian feminist front in France.


We'll continue to make events in that goal and invite each one to contact us and join this project of popular and feminist solidarity.

 

Against every oppression,
Self-defense and solidarity !
Women, organize the Revolution !

Repost 0
15 février 2015 7 15 /02 /février /2015 02:35
Compte Rendu du meeting pour le 46ème anniversaire de la New People's Army des Philippines

Le Bloc Rouge organisait samedi 17 janvier dernier la célébration du 46ème anniversaire de la New People's Army (Nouvelle Armée Populaire) dirigée par le Parti Communiste des Philippines qui mène la Guerre Populaire aux Philippines.

 

 

 

Après l'introduction par le Bloc Rouge et les Camarades des Philippines, deux documentaires ont été diffusés, dont nous recommandons le visionnage, donnant un exemple vivant de ce qu'est et ce que représente la Guerre Populaire aux Philippines (ci-dessous sous titrées en français).

 

 

 

 

Discours du Bloc Rouge (audio)

 

Après un échange avec les Camarades des Philippines et une petite pause repas,

 

 

une vidéo de soutien au meeting envoyée par José Maria Sison, fondateur du Parti Communiste des Philippines, a été diffusée.

 

 

Les Camarades du Collectif Rouge Internationaliste (pour la défense des prisonniers révolutionnaires) et du Comité Anti Impérialiste sont ensuite intervenus pour témoigner leur soutien.

 

Les Camarades des Philippines ont ensuite lu en musique des poèmes tirés du recueil 'The Guerilla is Like a Poet' de José Maria Sison, puis une chanson révolutionnaire a été jouée. Une troupe internationaliste a ensuite représenté une petite saynète, mettant en scène l'exploitation, l'oppression et la résistance.

 

Lecture des poèmes

 

Chanson

 

 

Un échange a ensuite eu lieu sur la question du développement du soutien à la Guerre Populaire aux Philippines. Plusieurs participants ont montré leur volonté d'approfondir et de développer ce soutien à une lutte révolutionnaire importante au niveau international. Le lien sera fait avec la campagne en cours pour le soutien à la Guerre Populaire en Inde. Un réseau est en cours de formation à cet effet.

 

 

Et pour finir, l'Internationale a résonné dans la salle, chantée en plusieurs langues, manifestant de la réalité bien vivante de l'internationalisme prolétarien.

 

L'Internationale (audio)

 

Bloc Rouge

 

 

Interventions

 

Intervention du Bloc Rouge pour le meeting anniversaire de la New People Army

 

Nous somme réunis aujourd'hui pour célébrer le 46ème anniversaire de la New People's Army, et par la même occasion la Guerre Populaire menée aux Philippines sous la direction du Parti Communiste des Philippines.


Les Philippines sont un archipel de 7000 îles situé entre le pacifique et la mer de Chine, comptant environs 100 millions d'habitants.
 
D'abord colonie espagnole, un mouvement d'indépendance nationale va se développer aux Philippines dans les années 1890, ce mouvement débouchera sur la guerre d'indépendance menée par le peuple philippin et la bourgeoisie nationale à partir de 1895.

 

Cependant cette lutte croisera vite l'appétit féroce de l'impérialisme américain naissant, qui sous couvert d'indépendance des peuples, va déclencher la guerre hispano-américaine. Ce conflit verra passer de nombreux pays sous domination Américaine, c'est le cas de l'archipel des Philippines qui sera vendu par l’Espagne aux État Unis en même temps que Cuba et Porto-Rico pour quelques millions de dollars.

 

Si le maître change, la domination reste la même et le peuple philippin reste le grand perdant d'une guerre qui le jeta entre les griffes de la bourgeoisie US. Face à cette nouvelle domination, la bourgeoisie nationale s'estime trahie car la lutte menée en 1895 face à l’Espagne n'aura mené qu'à une nouvelle forme de domination. En 1899, Emilio Aguinaldo proclame la première république des Philippines et par la même, la guerre aux Etats Unis.

 

Face a cette révolte légitime, la bourgeoisie US pacifia l'archipel par la force, soumettant le peuple par les massacres de masses et la torture. Cette guerre de rapine sera à l'image de ce que sont les impérialistes, des bourreaux prêts à mettre un peuple entier à genoux pour servir les intérêts économiques d'une minorité de parasites. La paix retrouvée sera la paix des cimetières et des charniers, 10 000 à 20 000 combattants et pas moins de 200 000 civils auront été massacrés par l'occupant américain, scellant ainsi par le sang le destin du peuple des Philippines en 1902. En 1930 c'est la naissance du Parti Communiste des Philippines.

 

En 1941, suite à l'attaque de Pearl Harbor, l'armée Japonaise envahi les Philippines. En 1942, l'armée américaine est défaite et l'archipel passe sous domination du Japon. Face à cela, le Parti Communiste entre en résistance, c'est la guérilla des Hukbalahap. Une fois encore, le peuple entre en lutte contre l'occupation mais cette fois si non plus sous la direction de la bourgeoisie mais sous celle des communistes.

 

L'armée américaine va reconquérir l'archipel en mars 1945, cependant la guérilla ne désarme pas, les Huks deviennent Armée Populaire de Libération. En 1946, l'impérialisme US offre une indépendance de pure forme aux Philippines, installant au gouvernement  Manuel Roxas qui sera le serviteur Philippin des intérêts américains. La guérilla durera jusqu'en 1954, mais les Philippines étant une place stratégique pour l'impérialisme US, ce dernier mettra toute ses forces pour soutenir militairement les gouvernements fantoches, cela jusqu'à la défaite des Huks.

 

Suite à la défaite militaire, le Parti Communiste des Philippines prend la voie révisionniste, s’alignant derrière les positions du PCUS qui poussera ce parti dans l'impasse du légalisme et d'un pacifisme criminel.

 

Face au révisionnisme qui triomphe en URSS et dans les pays de démocratie populaire, la Chine de Mao mène une véritable lutte. Cette lutte de ligne va se solder par la rupture Sino-soviétique de 1960. La lutte contre le révisionnisme aura une incidence au cœur même du Parti Communiste des Philippines où va se développer une lutte de ligne qui aboutira par le rétablissement en 1968 du PCP. Ce nouveau parti armé de l'idéologie marxiste-léniniste-maoïste et né de la lutte des classes sera désormais le représentant des intérêts des masses populaires, effaçant l'ancien PCP révisionniste.

 

Le PCP va former en mars 1969 la NPA ainsi que le NDF (le National Democratic Front) et relancer la guérilla, mais cette fois si sous une forme différente. Dirigée par le Parti Communiste, regroupant le peuple dans un front uni et possédant une véritable armée populaire, la guerre populaire aux Philippines va naître, appliquant à l'archipel une stratégie authentiquement maoïste.

 

Depuis lors, la guerre populaire au Philippines, le parti, la NPA et le NDF seront au cœur de toute les luttes et de tous les espoirs des masses populaires des Philippines. Affrontant les dictatures fascistes à la solde de l'impérialisme US, résistant à l'ennemi direct mais également au révisionnisme, la NPA a su tenir bon au fil des années. Ni les actes de guerres fascistes, ni la trahison des révisionnistes chinois qui arrêterons de soutenir la révolution à partir de 1975 n’auront raison du PCP.

 

Le président Mao a écrit que ce sont les masses qui font l'histoire, et effectivement aux Philippines ce sont les masses en lutte, dirigées par le Parti, qui construisent aujourd'hui une page cruciale de la grande histoire du mouvement ouvrier.  Nous ne pouvons rendre un hommage réel à la NPA et au PCP sans souligner l’héroïsme des masses populaires qui paient au plus profond de leur chaire le combat révolutionnaire. Oui, le peuple est le véritable héro, et le peuple philippin sous la conduite du Parti a su tenir face à l'oppression, face à la répression, face aux intervention plus ou moins déguisées des forces impérialistes US et japonaises qui pillent le pays, aggravent l'exploitation  des travailleurs et travailleuses et répriment le peuple.

 

Les masses héroïques, ce sont également les femmes du peuple. Elles sont la moitié du ciel et subissent une oppression supplémentaire que les hommes du peuple. Exploitées et opprimées car prolétaires ou paysannes, exploitées et opprimées également car étant femmes, ce sont elles qui affrontent de plein fouet la violence des forces impérialistes, des paramilitaires, de l'armée mais aussi des traditions féodales. Parce que surexploitées, ce sont elles qui ont le plus intérêt à la révolution. Les femmes du peuple se libèrent dans la lutte, ce sont les ferventes combattantes de la révolution car elles savent que leur sort est lié à celui de l'ensemble de la classe ouvrière et des masses paysannes et que plus que quiconque elles n'ont à perdre que leur chaînes.

 

Célébrer l'anniversaire de la NPA, c'est aussi rendre hommage aux martyrs tombés dans les rangs du prolétariat et de la paysannerie. Les hommes et les femmes qui ont donné leur vie pour la libération des masses populaires des Philippines, pour la grande cause du communisme, ont donné leurs vies pour tous les  travailleurs et travailleuses du monde et nous honorons leur mémoire. Le plus bel hommage que nous pouvons leur faire, c'est d'appliquer le mot d'ordre de l'internationalisme prolétarien donné par Lénine : « il n'est qu'un, et un seul, internationalisme véritable: il consiste à travailler avec abnégation au développement du mouvement révolutionnaire et de la lutte révolutionnaire dans son propre pays, à soutenir (par la propagande, la sympathie, une aide matérielle) cette même lutte, cette même ligne, et elle seule, dans tous les pays sans exception», dans l'objectif de vaincre. Et une chose est sûre, c'est que nous vaincrons car le capitalisme n'a pas d'avenir, l'avenir appartient au communisme. Celles et ceux qui ont donné leur vie pour la cause du peuple ne l'ont pas donnée en vain, car partout dans le monde les Partis et organisations maoïstes travaillent à rependre la perspective révolutionnaire.

 

Au fil des années, la guerre populaire s'est développée et s'est renforcée. Grâce a une politique juste et une ligne de masse inventive, le Parti et la NPA ont su se lier à l’immense majorité du peuple et remporter de nombreuses victoires sur l'ennemi. Aujourd'hui, comme José Maria Sison l'a indiqué dans un discours le 30 mars 2014 : « Le PCP et la NPA sont déterminés ) réaliser le plan qui prévoit d'avancer de la défensive stratégique à l'équilibre stratégique dans le court terme et à renverser le système actuel et à établir le système de démocratie populaire dans le long terme. Ils travaillent ainsi à amener le nombre de membres du PCP à 250 000, de la NPA à 25 000, le nombre de fronts de guérilla à 200 et que la portée de la révolution agraire et de la base de masse atteigne plusieurs millions de personnes de plus. »

 

Le PCP et la NPA ont montré par la pratique, et montrent chaque jour la validité de la stratégie de guerre populaire comme stratégie universelle du prolétariat pour la prise du pouvoir.

 

La guerre populaire aux Philippines, tout comme celle se déroulant en Inde, est aujourd'hui le phare qui illumine les sentier de la révolution.

 

Si la victoire de la guerre populaire aux Philippines a une véritable importance nationale, elle a également une dimension internationale car elle vient renforcer le camp mondial du prolétariat.
La lutte de nos Camarades est un espoir pour les peuples du monde entier, car son existence même est un coup fatal porté contre la propagande de la bourgeoisie qui voudrait faire croire à la mort du communisme, c'est un coup porté contre l’hégémonie du capitalisme et la prétendue invincibilité de l'impérialisme.

 

Les guerre populaires menées par les Communistes montrent dans la pratique aux travailleurs et travailleuses et aux masses populaires du monde entier qu'il est possible de relever la tête et de lutter pour l'émancipation de la classe ouvrière et des masses populaires. Elles témoignent de la puissance inébranlable des masses en lutte, de la validité et surtout de la vitalité de l'idéologie maoïste.  

 

Partout où les maoïstes allument les brasiers de la révolution, ils trouveront face à eux la violence de la bourgeoisie, cette classe décadente prête à toutes les horreur pour se maintenir au pouvoir, mais ils trouveront également la solidarité internationale car si la bourgeoisie reconnaît les siens, le prolétariat aussi sait défendre ses intérêts de classe. Les guerres populaires menées par les maoïstes dans le monde sont un pas en avant vers l'émancipation de l'humanité toute entière de la barbarie.


Nous soutenons aujourd'hui la guerre populaire aux Philippines tout comme nous soutenons la guerre populaire en Inde notamment en participant à la campagne internationale « Non à la guerre contre le peuple en Inde ». Notre solidarité de classe c'est notre honneur de prolétaire, c'est notre devoir de communiste !

 

La solidarité avec les guerres populaires ce n'est pas simplement une déclaration, ce sont des actes. Ce sont des campagnes pour populariser ici même la lutte menée, pour créer un véritable soutien de masse. C'est également lutter contre notre propre impérialisme, complice et acteur dans la lutte contre les peuples du monde et contre les Communistes.

 

Soutenir la guerre populaire aux Philippines, c'est aussi travailler pour développer la guerre populaire au cœur même des pays impérialistes. Pour cela il nous faut avancer sur la voie de la construction des 3 instruments de la révolution que sont le Parti, le Front Uni et la Force Combattante. Si la situation n'est pas la même dans un pays semi colonial comme les Philippines et un pays impérialiste comme la France, la stratégie de la guerre populaire est universelle, notre tâche est donc de l'appliquer là où nous vivons, selon les conditions concrètes de notre pays. En ce sens nous avons beaucoup à apprendre des guerres populaires menées dans le monde, nous avons également à appliquer les enseignements que nous pouvons en tirer à notre propre pays en tenant compte de la réalité matérielle qui est la notre.

 

Le Parti Communiste des Philippines et la NPA assument aujourd'hui la tache héroïque de mener les masses populaires de leur pays à se libérer du joug impérialiste et de la barbarie capitaliste par la voie de la guerre populaire. Par de là vos propres frontières Camarades, vous offrez un espoir aux travailleurs e travailleuses du monde entier, vous ouvrez une brèche mortelle dans le système de domination capitaliste. Par votre courage, votre pratique et votre détermination, la lutte que vous menez aux Philippines fait flotter haut le drapeau rouge, et resplendir l'idéologie maoïste renforçant ainsi l'ensemble du camp révolutionnaire de par le monde. Nous souhaitons aujourd'hui longue vie et victoire à la NPA, au PCP, au NDF et aux  masses populaires des Philippines qui avancent avec force et justesse sur la voie du socialisme !

 

VIVE LE 46ème ANNIVERSAIRE DE LA NPA !

VIVE LE PCP !

LONGUE VIE A LA GUERRE POPULAIRE AUX PHILIPPINES ET AUX GUERRES POPULAIRES MENES PAR LES MAOISTES DANS LE MONDE !

VIVE LE MARXISME LENINISME MAOISME !

 

Bloc Rouge (Unification des maoïstes)

 

Intervention des Camarades des Philippines

 

Camarades et Amis,

Premièrement, je tiens à exprimer ma gratitude au Bloc Rouge pour organiser cet événement célébrant les 46 années de la révolution armée aux Philippines. Nous sommes très honorés d'être ici avec vous.

 

Le 26 décembre 2014 était le 46e anniversaire du Parti Communiste des Philippines. Ce 29 mars 2015 nous célébrerons le 46e anniversaire de la fondation de la New People's Army.

 

A cette occasion, nous aimerions honorer nos martyrs, membres du Parti et de l'Armée Populaire qui ont fait le sacrifice ultime en offrant leurs vies au service du peuple philippin et de la révolution. Leurs souvenirs continuent de nous inspirer et de renforcer notre résolution pour combattre plus durement pour faire avancer la révolution.

 

La déclaration du Parti à l'occasion de son 46e anniversaire dit :

La vague de la révolution est toujours croissante aux Philippines du fait de l'aggravation chronique de la crise chronique du système pourri dominé par les Etats-Unis des grands compradores, des propriétaires terriens et bureaucrates corrompus. La crise prolongée et s'aggravant du système capitaliste mondial aggrave la crise domestique.

 

Le mouvement révolutionnaire dirigé par le Parti a été victorieux en menant à la défaite toutes les campagnes contre-révolutionnaires utilisées par l'ennemi, en accumulant la force armée et organisée et en gagnant les soutien sans-limite des larges masses populaires.

 

La crise globale du capitalisme persiste

 

La crise économique globale qui a éclaté en 2008 continue à affecter le système capitaliste mondial. Les Etats-Unis et l'Europe continuent à avoir des taux de croissance faibles et un taux de chômage élevé. Les programmes d'austérité qu'ils mettent en place ont seulement servi à aggraver la crise et ont infligé de grandes souffrances aux travailleurs. Ainsi, le peuple montre sa colère et met en place différentes formes de révoltes.

 

Mais jusqu'ici, dans les pays capitalistes développés, la situation a mené seulement à l'émergence de mouvements spontanés tel que le mouvement Occupy ou celui des Indignés qui n'ont pas de direction définie.

 

Il y a un dégout et une méfiance grandissante envers tous les partis bourgeois classiques et un nombre croissant de personnes sont à la recherche d'une alternative au système capitaliste. C'est une excellente opportunité pour nous pour propager l'alternative socialiste.

 

Les conditions objectives globales sont excellentes pour les partis prolétariens pour se renforcer et faire avancer la lutte des classes. Les partis prolétariens doivent établir des liens proches au sein des travailleurs, s'occuper de leurs problèmes et diriger leurs luttes. C'est la seule façon dont les partis prolétariens peuvent grandir de petit à grand, de faible à fort.

 

Un résultat visible de la crise capitaliste globale est l'intensification des contradictions entre les puissances impérialistes. L'impérialisme américain est sur un déclin stratégique. Le temps de son écrasante domination du monde après la fin de la Guerre Froide est finie. Un monde multipolaire a émergé.

 

La Chine est une puissance économique grimpante et avec sa collaboration grandissante avec la Russie, une puissance nucléaire à part entière, forme la plus grande menace à l'objectif de l'impérialisme américain de maintenir son hégémonie globale.

 

Très affaibli économique, l'impérialisme américain essaie de maintenir sa domination du monde à travers sa supériorité militaire sur les autres puissances impérialistes. Il a mené des guerres d'agression dans le Moyenne-Orient et créé des troubles en Asie Centrale pour sécuriser à son compte les grandes sources d'énergie dans ces régions stratégiques. Mais toutes ces aventures militaires ont seulement résulté en l'enlisement dans des bourbiers et à se créer plus d'ennemis à travers le monde.

 

Le désordre mondial grandissant qui a été créé par la crise globale du capitalisme, les guerres d'agression et les contradictions inter-impérialistes conduira à la montée des mouvements de masses révolutionnaires et des révolutions armées à travers le monde.

 

La crise domestique continue à s'aggraver

 

L'économie semi-féodale semi-coloniale des Philippines a été durement frappée par la crise économique mondiale en étant dépendant de l'exportation de matières premières vers les Etats-Unis, le Japon et l'Europe et dans la réexportation de  produits semi-finis.

 

L'annonce de la reprise économique par le régime d'Aquino est une illusion. Les prétendus 6,8% et 7,2% de croissance du PIB en 2012 et 2013 sont dus au Capital spéculatif qui a afflué dans les marchés boursiers et obligataires et a été utilisé pour financer des importations inutiles de produits de luxe et dans le boom de la construction privée hautement spéculative.

 

Le semi-manufacturié orienté sur l'exportation des semi-conducteurs, des textiles et chaussures et l’assemblage de voitures et d’appareils ménagers qui a été renversé par la dépression mondiale n'a pas été relancé.

 

Le vrai chômage reste très élevé ce qui conduit 20% de la population à chercher du travail à l'étranger. Les philippins travaillant à l'étranger sont la principale source de dollars pour l'économie philippine faisant ainsi du travail humain la plus grande exportation du pays.

 

La pauvreté continue d'affecter 80% de la population. Le coût des services sociaux et les prix des biens de première nécessité sont hors de portée pour les pauvres.

 

La corruption bureaucratique est très répandue. Les scandales de corruption ont éclaté ces dernières années conduisant des millions de personnes dans les rues pour mener des actions de révolte.  Les gens bouillonnent de colère parce qu'au milieu de toute la misère et toute la pauvreté des gens ordinaires, les responsables sans vergogne en haut lieu profitent de l'argent du peuple pour financer leur mode de vie dépensier. Les accusations de corruption contre Aquino et sa clique ont grandement érodé sa popularité conduisant de larges sections du peuple à réclamer son éviction ou sa démission.

 

Le régime Aquino a mis en place un programme de contre insurrection conçu par les Etats-Unis appelé Oplan Bayanihan pour remplacer celui qui a échoué Oplan Batay Laya du régime précédent d'Arroyo. Comme tous les précédents programmes de contre-insurrection utilisés contre le mouvement, Oplan Bayanihan a échoué à détruire même un seul des plus de 110 fronts de guérilla qui se répandent à travers le pays.

 

Il a seulement réussi a militarisé les campagnes et à produire d'innombrable violations des droits de l'Homme contre les masses paysannes et les communautés indigènes dans l'arrière-pays. Les forces réactionnaires armées commettent toutes sortes d'atrocités contre les masses paysannes, elles les volent, elles les frappent et même exécutent sommairement celles qui sont suspectés d'aider le mouvement révolutionnaire.

 

Les communautés indigènes sont déplacées de leurs terres ancestrales pour ouvrir la voie à l'exploitation forestière et aux compagnies minières étrangères.  Des détachements de soldats venant des forces armées réactionnaires agissent comme des gardes de sécurité pour ces grandes compagnies étrangères.

 

Cela conduit les gens à mettre en place la résistance et à les exhorter à aller du côté de la révolution.

 

La revolution continue d’avancer

 

La révolution armée a obtenu de nombreuses victoires dans les plus de 45 ans depuis sa création en 1969. Cette révolution armée a été efficacement dirigée par le Parti communiste des Philippines qui est guidé par la théorie révolutionnaire invincible du Marxisme-Léninisme-Maoïsme.

 

Le Parti a appliqué le MLM dans les conditions concrètes des Philippines avec succès. Sur cette base, il a défini les Philippines comme semi-colonial et semi-féodal et a fixé la ligne politique générale de la révolution démocratique nationale avec une perspective socialiste.


La révolution démocratique nationale est une lutte de libération nationale contre l'impérialisme, principalement l'impérialisme américain, et une lutte démocratique qui correspond à la lutte des paysans pour la terre, classe la plus nombreuse dans la société philippine.

 

Le mouvement a adopté la ligne stratégique de la guerre populaire prolongée et a encerclé les villes à partir des campagnes. Il est nécessaire de mener une guerre populaire prolongée, car au début, l'armée populaire est petite et faible tandis que l'ennemi est grand et fort. Il est nécessaire pour l'armée populaire d'accumuler des forces sur une longue période par des offensives tactiques en saisissant les armes de l'ennemi tout en construisant notre propres forces.

 

Un avantage pour un pays semi-colonial et semi-féodal comme les Philippines avec beaucoup de montagnes et de forêts, c’est que le mouvement révolutionnaire peut immédiatement commencer la lutte armée et construire des base révolutionnaires à la campagne où le contrôle politique et militaire de l'Etat réactionnaire est faible.

 

Cela a été prouvé correct dans les plus de 45 années de pratique révolutionnaire. L'expérience révolutionnaire et la force armée et organisée que le mouvement a accumulé pendant des années sont désormais suffisantes pour servir de base à l'objectif d'avancer à l'étape de l’équilibre dans la guerre populaire dans les années à venir.

 

La Nouvelle Armée populaire a commencé avec neuf fusils automatiques et 26 armes de poing et des fusils à un coup et 60 combattants rouges et une base de masse de plusieurs milliers de personnes dans une région héritée de l'ancien mouvement. Maintenant, la Nouvelle Armée Populaire a grandi à des milliers de combattants à temps plein armés de fusils de forte puissance et soutenus par des dizaines de milliers de membres de milices et de forces d’auto-défense des organisations de masse.

 

Les organes de pouvoir politique ou l'embryon du futur gouvernement populaire sont mis en place au niveau des villages et des villes. Les organisations de masses paysannes, de femmes, de jeunes et autres forces démocratiques dans les campagnes servent comme fondation de ces organes du pouvoir politique.

 

Les paysans ont bénéficié de la réforme agraire avec des loyers fonciers inférieurs, des revenus plus élevés pour les travailleurs des fermes et de meilleurs prix pour la production de leur ferme. Des coopératives sont mises en place pour augmenter la production et aider à la commercialisation des produits. Les organes du pouvoir politique et les organisations de massent mettent aussi en œuvre des programmes sur l'alphabétisation, les notions d'arithmétique, la santé et la culture.

 

Dans les villes et autres centres urbains, le Parti organise les travailleurs, les femmes, les jeunes et différents secteurs au sein de la petite-bourgeoisie tel que les avocats, les professeurs, les docteurs et infirmiers, les employés de gouvernement, les scientifiques, les artistes, etc. Ils sont mobilisés pour le mouvement démocratique légal dans les villes qui combat pour les droits et l'aide sociale du peuple et ils exposent la pourriture du système dominant réactionnaire.

 

Pour achever l’objectif de l’équilibre, la New People's Army doit atteindre un niveau de 25 000 combattants et combattantes armés avec des fusils de forte puissance soutenus par des dizaines de milliers de miliciens populaires et de forces d'autodéfense. Les fronts de guérilla doivent couvrir tous les 180 districts du pays. Le Parti doit avoir 250 000 cadres et membres pour s'occuper de la myriade de tâches de la guerre populaire, du travail économique, du travail culturel, du travail de la santé, dans la mise en place d'organes du pouvoir politique et ainsi de suite.

 

Le mouvement révolutionnaire est confiant dans l'accomplissement de ces objectifs en raison de l'expérience révolutionnaire accumulée et de la force qu'il a rassemblé et plus particulièrement parce qu'il a le soutien des larges masses de notre peuple.

 

Le mouvement a achevé tout cela principalement en raison de ses efforts autonomes et de sa dépendance sur le soutien sans bornes du peuple philippin. Mais il a aussi besoin du soutien du prolétariat et des peuples du monde pour faire avancer la lutte.

 

Vive le Marxisme-Léninisme-Maoïsme !
A bas l'impérialisme et toute la réaction !
Vive l'internationalisme prolétarien !
Vive la solidarité internationale !

 

Déclaration du Comité Anti-Impérialiste pour le 46e anniversaire de la guerre populaire prolongée menée par la NPA


Nous sommes présents ce jour, pour déclarer notre solidarité envers l’action héroïque menée par la NPA depuis maintenant 46 ans.


Cette lutte révolutionnaire a pour but de mener à terme une révolution de nouvelle démocratie, c'est à dire une révolution tournée contre l'impérialisme et le capitalisme bureaucratique (alliance de la bourgeoisie compradore et semi féodale du pays).


Nous réaffirmons donc ici, notre solidarité envers la lutte menée par le peuple philippin qui cherche à instaurer un ordre juste débarrassé des rapports de productions capitalistes semi coloniaux et semi féodaux ; cela sous la direction du Parti communiste Maoïste des philippines qui mène la guerre populaire depuis sa création en 1968 en s'appuyant sur des bases rouges. Il s’instaure un nouveau pouvoir et de nouvelles manières de produire. Nous réaffirmons également notre soutien envers le front national démocratique qui regroupe les organisations de travailleurs, de paysans, d'étudiants, de femmes qui luttent pour des droits démocratiques.


Nous condamnons la politique « anti insurrectionnelle » menée par l’état Philippin et ses alliés impérialistes qui entraînent massacres, déplacement de population, enlèvement et assassinat de militants pour les droits du peuple.


Déclarer notre solidarité et œuvrer pour soutenir le combat mené par le peuple Philippin contre l’impérialisme et la réaction est nécessaire. Cependant la meilleure manière de soutenir et de renforcer le mouvement révolutionnaire mondial est de nous atteler ici, dans les métropoles impérialistes, à la reconstruction du mouvement communiste sur des bases Marxistes-Léniniste-Maoïste.

 

La guerre populaire prolongée menée par le peuple Philippin et sa NPA ouvre la voie de la libération pour tous les peuples du monde. Sachons la diffuser et la renforcer !
Vive le 46e anniversaire de la NPA ! vive le parti communiste des philippines !
Gloire aux martyrs de la révolution philippine !
A bas l'impérialisme et vive la guerre populaire menée par le Parti Communiste des Philippines !

 

 

Déclaration du Collectif Rouge Internationaliste pour célébrer le 46ème anniversaire de la constitution du Parti Communiste des Philippines et de la nouvelle armée populaire des Philippines

 

Les Philippines connaissent depuis plusieurs années des luttes révolutionnaires sous la direction des communistes ; ses luttes sont menées contre l’impérialisme principalement américain, et contre la réaction représentée par le régime en place, véritable chien de garde des intérêts de l’impérialisme.

 

Cette lutte révolutionnaire cherche essentiellement à renverser les rapports de production existants pour bâtir une société juste, équitable et débarrassée de toute forme d’exploitation de l’Homme par l’Homme.

 

Cette lutte révolutionnaire que mène le peuple Philippin n’est pas un phénomène nouveau : c’est un long processus de lutte engagé par ce grand peuple depuis plusieurs décennies.

 

Ce processus a été initié, dès 1890 par l’héroïque résistance à l’occupation Espagnole puis à l’occupation Américaine ; ce combat a provoqué la mort de centaines de milliers de martyrs (certains rapports citent  entre 20 000 et un million de victimes). Puis, cette résistance s’est poursuivie durant les années trente, quarante, cinquante. Cette histoire de la résistance nous montre que le peuple Philippin est un  peuple vaillant et combatif et qu’il aspire inévitablement à  la liberté et à l’émancipation.
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                       
C’est sur cette même ligne historique que s’inscrivent aujourd’hui la résistance et le combat du peuple Philippin, mais cette fois sous un étendard rouge et communiste et sous la direction du Parti Communiste Marxiste-Léniniste-Maoïste des Philippines qui mène une guerre populaire de longue halène et cela depuis 1968 (date de fondation du Parti) et 1969 (date de la Nouvelle Armée Populaire).

 

Cette guerre populaire est considérée comme la plus ancienne dans le monde et elle est menée sous le mot d’ordre : « la révolution est un droit du peuple ! ». Cette guerre juste a déjà conduit à des avancées importantes dans de nombreux domaines et elle est garante de la construction d’une société nouvelle.

 

Cette guerre populaire doit avoir le soutien inconditionnel de tous ceux qui aspirent à la liberté, à l’émancipation de l’emprise de la réaction et de l’impérialisme ainsi que de tous ceux qui aspirent au passage vers le socialisme et le communisme.

 

C’est dans ce cadre que nous, le Collectif Rouge Internationaliste, exprimons notre appui à la révolution Philippine et notre solidarité, et que nous déclarons ce qui suit :

 

1 notre solidarité de principe et inconditionnelle avec le peuple Philippin dans sa lutte juste et légitime pour la réalisation de la révolution démocratique de type nouveau comme première étape de la construction du socialisme et du communisme.

 

2- notre condamnation  des assassinats et des enlèvements que subissent les militants du peuple Philippin.

 

3- notre solidarité de principe avec les luttes que mènent le Parti Communiste et le front national démocratique.

 

4- Nous adressons nos salutations communistes aux combattants rouges, commandants et membres de la nouvelle armée populaire pour son 46ème anniversaire, aux martyrs qui ont offert leurs vies durant le combat contre la réaction et l'impérialisme, et à tous les milisyang bayan (milices populaires) qui font face à la barbarie au premier rang de la lutte en le faisant au nom de toute l’Humanité.

 

5- Enfin, nous appelons à soutenir davantage notre camarades Philippins dans leurs luttes, pour imposer le droit sacré de faire la Révolution.

 

Nos salutations aux camarades qui organisent cette activité pour célébrer  cet événement historique.

 

VIVE  LE 46EME ANNIVERSAIRE DE LA CONSTITUTION DE LA NOUVELLE ARMEE POPULAIRE DES PHILIPPINES !

VIVE L’INVINCIBLE GUERRE POPULAIRE AUX PHILIPPINES !

VIVE LE PARTI COMMUNISTES DES PHILIPPINES !

GLOIRE AUX MARTYRS DE LA REVOLUTION PHILIPPINE !

A BAS LA REACTION ET L’IMPERIALISME !

Compte Rendu du meeting pour le 46ème anniversaire de la New People's Army des Philippines
Compte Rendu du meeting pour le 46ème anniversaire de la New People's Army des Philippines
Compte Rendu du meeting pour le 46ème anniversaire de la New People's Army des Philippines
Repost 0
20 janvier 2015 2 20 /01 /janvier /2015 16:40

En attendant le compte-rendu complet et l'ensemble des documents (déclarations et vidéos) de l’événement organisé par le Bloc Rouge (Unification des maoïstes) à l'occasion du 46e anniversaire de la NPA (New People's Army, l'armée populaire du Parti Communiste des Philippines), voici la déclaration de Jose Maria Sison (président fondateur du Parti Communiste des Philippines) adressée au Bloc Rouge pour l'occasion :

La déclaration en anglais et en français :

Version anglaise :

RED SALUTE TO THE BLOC ROUGE

Message on the Celebration of the 46th Anniversary of the New People's Army

 

By Jose Maria Sison

Founding Chairman, Communist Party of the Philippines

January 17, 2015

 

May I congratulate the Maoist Communist Party of France and other Maoist formations for having undertaken the process of unification and forming the Bloc Rouge. Red salute to you, comrades! May you win greater victories in the revolutionary struggle of the French proletariat and people against monopoly capítalism and all forms of reaction.

 

As founding chairman of the Communist Party of the Philippines (CPP), which leads the New People's Army (NPA), I am elated and gratified that the Bloc Rouge is holding a projection and debate to celebrate the 46th anniversary of the NPA. Certainly, the Filipino people, the CPP , the NPA and the National Democratic Front of the Philippines welcome your act of solidarity.

 

They are surely inspired by your revolutionary acclamation, Long live the people's war in the Philippines! The Filipino people and their revolutionary army are waging a protracted people's war along the general line of people's democratic revolution with a socialist perspective. They are determined to achieve national and social liberation and to contribute what they can to the struggle of the people of the world against imperialism and for socialism.

 

US imperialism, domestic feudalism and bureaucrat capitalism are the three evil monsters dominating the semicolonial and semifeudal ruling system in the Philippines. They are escalating the exploitation and oppression of the Filipino people under the US-dictated neoliberal economic policy and the US-designed strategic military plan called Oplan Bayanihan. The Filipino people have no choice but to wage the armed revolution against the US-Aquino regime and entire ruling system in accordance with the teachings of Comrade Mao on people's war.

 

The people and their people's army are winning brilliant victories against their enemy in political, military, economic, social and cultural terms. The CPP as the advanced detachment of the proletariat, the people' army, the mass organizations, the united front and organs of political power are growing ever stronger and are advancing. They are engaged in various kinds of mass campaigns for the social benefit of the people. Such campaigns include mass education, land reform, production, health care, cultural upliftment, self-defense, settlement of disputes and environmental protection.

 

You must have heard about the longrunning peace negotiations between the Manila government and the NDFP. But there can be no just and lasting peace while the reactionary state is servile to US imperialism and is extremely reactionary, exploitative, corrupt and brutal. In conducting peace negotiations, the NDFP adheres to the program for a people's democratic revolution and seeks national independence, social justice and comprehensive development.

 

Because they are suffering extreme exploitation and oppression and are waging a life-and-death struggle against state terrorism and US imperialist intervention, the Filipino people need the solidarity and support of the French people. They are therefore deeply grateful to the Bloc Rouge for striving to obtain the solidarity and support of the French people for the Filipino people.

 

In the course of the solidarity between the Filipino and French people, there can be a process of learning from each other, mutual understanding, mutual support, practical cooperation and mutual benefit.

 

Filipinos and their organizations in France can cooperate with the French people and their organizations. French comrades and friends can also visit the Philippines to know the people better, their dire situation, their struggles and aspirations for national and social liberation. The Filipino people and the French people can work together and struggle for a fundamentally new and better world.

 

Version française :

SALUT ROUGE AU BLOC ROUGE

Message pour la célébration du 46e anniversaire de la New People's Army

 

Par Jose Maria Sison

Président fondateur du Parti communiste des Philippines

Le 17 Janvier 2015

 

Je voudrais féliciter le Parti communiste maoïste de France et d'autres groupes maoïstes d'avoir entrepris le processus d'unification et de la formation du Bloc Rouge. Salut rouge à vous, camarades! Puissiez-vous remporter des victoires encore plus grandes dans la lutte révolutionnaire du prolétariat et du peuple français contre le capitalisme monopoliste et toutes les formes de réaction.

 

En tant que président fondateur du Parti communiste des Philippines (PCP), qui dirige la Nouvelle Armee du Peuple (NPA), je suis ravi et heureux que le Bloc Rouge organise une projection et un débat pour célébrer le 46e anniversaire de la NPA. Il est certain que le peuple philippin, le PCP, la NPA et le Front National Démocratique des Philippines se réjouissent de votre acte de solidarité.

 

Ils sont certainement inspirés par votre salutation révolutionnaire , Vive la guerre populaire aux Philippines! Le peuple philippin et son armée révolutionnaire mènent une guerre populaire prolongée en suivant la ligne générale de la révolution démocratique populaire avec une perspective socialiste. Ils sont déterminés à parvenir à la libération nationale et sociale et à contribuer autant qu'ils peuvent à la lutte des peuples du monde contre l'impérialisme et pour le socialisme.

 

L'impérialisme américain le féodalisme local et le capitalisme bureaucratique sont les trois monstres maléfiques qui dominent le système semi-colonial et semi-féodal en place aux Philippines. Ils ne cessent d'intensifier l'exploitation et l'oppression du peuple philippin en vertu de la politique économique néolibérale dictée par les Etats-Unis et le plan stratégique militaire conçu aussi par les Etats-Unis et appelé Oplan Bayanihan. Le peuple philippin n'a pas d'autre choix que de mener la révolution armée contre le régime US-Aquino et contre le système en place tout entier en suivant les enseignements du camarade Mao sur la guerre populaire.

 

Le peuple et l'armée populaire sont en train de remporter des victoires éclatantes contre leurs ennemis en termes politiques, militaires, économiques, sociaux et culturels. Le PCP en tant qu' avant-garde du prolétariat, avec l'armée populaire , les organisations de masse, le front uni et les organes du pouvoir politique sont de plus en plus forts et avancent. Ils sont engagés dans différents types de campagnes de masse au profit du bien-etre social du peuple. Ces campagnes comprennent l'éducation des masses, la réforme agraire, la production, les soins de santé, l'élévation culturelle, l'auto-défense, le règlement des litiges et la protection de l'environnement.

 

Vous devez avoir entendu parler des négociations de paix entre le gouvernement de Manille et le NDFP. Mais il ne peut y avoir de paix juste et durable tant que l'Etat réactionnaire est a la botte de l'impérialisme américain et est extrêmement réactionnaire, exploiteur, corrompu et brutal. Dans le cadre des négociations de paix, le NDFP adhère au programme de révolution démocratique populaire et cherche l'indépendance nationale, la justice sociale et un développement comprehensive.

 

Parce qu'ils souffrent d'une exploitation et d'une oppression extrême et parce qu'ils mènent une lutte à mort contre le terrorisme d'Etat et l'intervention de l'impérialisme américain, le peuple philippin a besoin de la solidarité et du soutien du peuple français. Ils sont donc profondément reconnaissants au Bloc Rouge pour ses efforts d'apporter la solidarité et le soutien du peuple français au peuple philippin.

 

Au cours de la solidarité entre les Philippins et les Français, il peut y avoir un processus d'apprentissage mutuel, de compréhension mutuelle, de soutien mutuel, une coopération pratique et des bénéfices mutuels.

Les Philippins et leurs organisations en France peuvent coopérer avec le peuple français et leurs organisations. Les camarades et amis français peuvent également visiter les Philippines pour connaître le peuple mieux, leur situation désastreuse, leurs luttes et leurs aspirations pour la libération nationale et sociale. Le peuple philippin et le peuple français peuvent travailler ensemble et lutter pour un monde fondamentalement nouveau et meilleur. 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by drapeau rouge - dans philippines Bloc Rouge solidarité internationale
10 janvier 2015 6 10 /01 /janvier /2015 18:45
Killing Charlie Hebdo: face all the reactionaries with revolutionary unity! / La masacre en Charlie Hebdo ¡Frente a todos los reaccionarios, unidad revolucionaria! / Attentato a Charlie Hebdo: Di fronte a tutti i reazionari, unità rivoluzionaria!

Killing Charlie Hebdo: face all the reactionaries with revolutionary unity!


Today, January 7, 2015 in the morning, two armed persons entered offices of Charlie Hebdo with Kalashnikov's to murder the people present in the premises.

Several journalists and cartoonists are murdered, and a worker or an innocent worker responsible for the maintenance of the building. In total the media announce 12 victims.

 

According to the information we have at this time, the attack against Charlie Hebdo was performed by religious reactionaries acting in the name of Islam, many suggest the videos suspect, even though we can not exclude a manipulation.


In all cases, we strongly condemn the religious reaction, they massacre in Kobané, it is an excuse for the colonization of Palestine, or that through the streets in France to fight against gay marriage.

We know that religious institutions are reactionary forces that have always served the interests of the powerful.

 

Faced with social deprivation, racism and the weakness of the revolutionary camp, many people in revolt and disillusioned by this company are seeking a violent response or not in religion. However, we must not decieved  The exploitation and oppression are material realities fruits of an economic system operating according to the law of maximum profit.

It is the bourgeoisie that creates misery and nobody else. We must not wait for a solution - the only solution is for  workers to take power.


Following the crimes committed today, there have been many reactions, many of indignation which is a good thing, however, an act barbaric and unjustifiable it is, must in no case to embark a dead outcome.

 

No, it does not exist in France a great national unity behind the republican valuesthat transcend the classroom. This is even more true that the bourgeoisie in power has a responsibility in the times we live in. French imperialism, exploiting the peoples of the world and military intervention in countries of the Middle East is responsible for the misery of the people who live there. France  also played a dangerous game by supporting certain groups in the inter-imperialist confrontation that took place on Syrian soil, or by arming the people it claims to be fighting in Libya. All this has engrainé hatred against France symbol of oppression and led to the army action. It is the imperialists who create the terrorists!

 

Added to this is the prevailing racism and the rise of fascist forces in France. It is certainly right to revolt against this racism and fascism but this anger can been exploited by reactionary feudal forces.

Charlie Hebdo is now targeted by the attack is not innocent in this matter. Like all French media, it participated in the rise of Islamophobia in France by putting fuel on the fire when the so-called "debate on national identity" in Islamophobic terns.

To do  this in the name of freedom of the press is to put the entire Muslim community or persons treated in danger from racist attacks. However, no more attacks that racism is justifiable. The daily racism is used to divide the class and undermine social peace. We are not fighting in the name of any religion but on behalf of our class, multicultural and international working class. Those who seek to divide us, whether religious or political, are criminals.

 

Faced with the attack against Charlie Hebdo, it is certain that we will hear the wolves howl. The National Front and reactionaries will take advantage of this crime to accent a bit more their racist campaign and seek to play on the righteous indignation feelings to penetrate his fascist ideas in the masses.

Marine Le Pen announced that she had to "liberate our word against the Islamic fundamentalism", which sounds in his mouth as "free speech against Muslims" after countless racist campaigns, xenophobic and anti-Muslim her party has shown.

We must redouble our antifascist vigilance  because there was a safe bet that the fascists will try to seize this event to deepen their reactionary mobilization in a climate where a rally under the slogan "Islamists out of France" .

Republican resistance and supported by the fascists of the Jewish Defense League had already been called on 18 January in Paris, based on the similar movement Pegida in Germany, taking the slogan of neo -nazis ...; where the fascists want to organize Lyon announced themselves response; where "intellectuals" as Finkielkraut, Zemmour and other Houellebecq

We use speech in prime time reminding our old dark years before the second world war; where the PS government, pursuing racist policies of the previous government and the policies guaranteeing the bourgeoisie profits based on the ever-increasing exploitation of the workers, hollow bed of fascism; and where the various parties, organizations and -fn fascist groups in head- continue their development.

 

So we need to increase our vigilance and anti-fascist oppose their maneuvers,because once again the facists act their their goal is to divide us, to submit to the capitalist order, the dictates of big business. It is fair to dismiss religious feudalism, it's just being outraged by these crimes, but fascism is as criminal and Islamophobic are reactionary barbaric, as much as the terrorists who fired on Charlie Hebdo.

However, the fascists are more dangerous because they are placed as a strategic proposal for the bourgeoisie in its struggle against the proletariat. The example of struggle against religious feudalism that should inspireus is that we show our Communist comrades Kobané alongside Kurdish fighters and fighting, demonstrating what is ultimately the struggle against the feudal reactionary religious: the revolutionary struggle! On the other hand, we must not confuse the religious sentiment of the masses and the fascists who rely on this feeling to establish their domination over the people.

 

Our watchwords must be:

No national unity behind the bourgeois republic makers of wars and misery!

Do not give in to the fascist propaganda that exploits barbarism to the account of the employers!

Denounce the criminal reactionary religious who serve to weaken our struggles to divide the people and spread dangerous feudal ideas among the masses!

Solidarity with Muslim masses that go back undergo Islamophobic wave after this attack!

Crowd together around the working class, the only bulwark against all the barbarities!

 

DOWN WITH RELIGIOUS REACTIONARY !

 

DOWN WITH IMPERIALISM AND FASCISM!

 

FACING THE REACTION, REVOLUTION !

 

Red Block (maoist unification) - Bloc Rouge (Unification des maoïstes)

 


 


La masacre en Charlie Hebdo
¡Frente a todos los reaccionarios, unidad revolucionaria!

 

Hoy 7 de enero de 2015 por la mañana, dos personas armadas entraron en la redacción de la revista Charlie Hebdo y dispararon con kalashnikov contra las personas presentes en el local. Varios periodistas y caricaturistas han sido asesinados, al igual que una trabajadora o un trabajador inocente encargado del mantenimiento del edificio. En total, los medios de comunicación anuncian 12 víctimas.


De acuerdo con la información de que disponemos en este momento, el ataque contra Charlie Hebdo fue realizado por los reaccionarios religiosos que actúan en nombre del Islam. Muchos videos hacen pensar lo mismo aunque no se puede excluir una manipulación.


En todo caso, condenamos enérgicamente la reacción religiosa, ya sea la masacre en Kobané, que es un pretexto para la colonización de Palestina, o que se desplaza a las calles de Francia para luchar en contra del matrimonio gay. Sabemos que las instituciones religiosas son fuerzas reaccionarias que siempre han servido a los intereses de los poderosos.


Frente a la miseria social, el racismo y la debilidad del campo revolucionario, muchas personas que se rebelan y desilusionadas por esta sociedad están buscando una respuesta en la religión, ya sea violenta o no. Sin embargo, ésta no debe engañarnos ni ser la solución.. La explotación y la opresión son realidades materiales fruto de un sistema económico que funciona de acuerdo a la ley del máximo beneficio. Es la burguesía que crea la miseria y nadie más. No debemos esperar que la solución llegue además debido a la explotación. La única solución es por parte de que los que hacen marchar la sociedad, es decir, los trabajadores y trabajadoras, tomando el poder.


A raíz de los crímenes cometidos hoy, ha habido muchas reacciones, muchas de indignación que es una buena cosa. Sin embargo, un acto bárbaro e injustificable como este, en ningún caso nos debe conducir a un callejón sin salida.


No, no existe en Francia una gran unidad nacional detrás de los valores republicanos que trascienden en las aulas. Esto es aún más cierto que la burguesía en el poder tiene una responsabilidad en los tiempos en que vivimos. El imperialismo francés, explotando a los pueblos del mundo e interviniendo militarmente en los países de Oriente Medio, es el responsable de la miseria de la gente que vive allí. Ella también jugó un juego peligroso apoyando a ciertos grupos en la confrontación interimperialista que tuvo lugar sobre el suelo sirio, o por armar a los mismos a los que pretende combatir en Libia. Todo esto ha engendrado el odio contra Francia, símbolo de la opresión, y ha llevado a la acción armada. ¡Son los imperialistas quienes crean a los terroristas!


A esto se suma el racismo imperante y el aumento de las fuerzas fascistas en Francia. Es ciertamente justo rebelarse contra este racismo y el fascismo, pero ésta cólera puede ser instrumentalizada por las fuerzas feudales reaccionarias. Charlie Hebdo, que ha sido hoy objeto del ataque, no es inocente en este asunto. Como todos los medios de comunicación franceses, ha participado en el aumento de la islamofobia en Francia, echando leña al fuego en el momento del llamado “debate sobre la identidad nacional” en un carácter islamófobo. Hacer esto en nombre de la libertad de la prensa es poner en peligro de agresiones racistas a toda la comunidad musulmana o personas asimiladas. Sin embargo, el ataque, ni en mayor medida que el racismo, no es justificable. El racismo alimentado diariamente se utiliza para dividir a la clase y mantener la paz social. Nosotros no combatimos en nombre de ninguna religión sino en nombre de nuestra clase, la clase obrera multicultural e internacional. Los que intenten dividirnos, ya sea a través de la religión o la política, son criminales.


Frente el ataque contra Charlie Hebdo, lo cierto es que vamos a escuchar a los lobos aullar. El Frente Nacional y los reaccionarios se aprovecharán de este crimen para acentuar un poco más su campaña racista y tratar de jugar con los sentimientos de justa indignación para hacer penetrar sus ideas fascistas en las masas. La caza por la fisonomía por parte de la policía se intensificará. Marine Le Pen ha anunciado que ha tenido que “liberar nuestra palabra frente al fundamentalismo islámico”, que suena en su boca como “libertad de expresión contra los musulmanes”, después de innumerables campañas racistas, xenófobas y antimusulmanas que su partido ha llevado a cabo. Debemos redoblar nuestra vigilancia antifascista. Existe una apuesta segura que los fascistas tratarán de aprovechar este suceso para profundizar su movilización reaccionaria en un clima donde una manifestación bajo el lema “Islamistas fuera de Francia” a la llamada de Respuesta Laica y Resistencia Republicana y con el apoyo de los fascistas de la Liga de Defensa Judía ya había sido convocada el 18 de enero en París, en base al movimiento similar Pegida en Alemania, tomando el lema de los neonazis …; o los fascistas de Lyon anuncian querer organizar la respuesta por ellos mismos; o de los “intelectuales” como Finkielkraut, Zemmour y otros Houellebecq nos obsequian con discursos en hora de máxima audiencia recordando a nuestros mayores los años sombríos antes de la Segunda Guerra Mundial; o el gobierno del PS continuando las políticas racistas del Gobierno anterior y las políticas que garanticen a la burguesía sus beneficios sobre la base de la creciente explotación de los trabajadores, abriéndole el terreno al fascismo; y donde los diferentes partidos, organizaciones y grupos fascistas –con el FN a la cabeza- prosiguen su desarrollo.


Así que tenemos que aumentar nuestra vigilancia antifascista y debemos oponernos a sus maniobras, porque una vez más los fascistas actúan con plena conciencia, su objetivo es dividirnos, para someternos al orden capitalista, al dictado de la patronal. Es justo rechazar el feudalismo religioso; es justo estar indignado por estos crímenes, pero el fascismo es igual de criminal y los islamófobos son bárbaros reaccionarios, tanto como los terroristas que dispararon contra Charlie Hebdo. Sin embargo, los fascistas son más peligrosos porque se colocan como una propuesta estratégica para la burguesía en su lucha contra el proletariado. El ejemplo de la lucha contra el feudalismo religioso que debe inspirarnos es el que nos muestran nuestros camaradas comunistas en Kobané junto a los hombres y mujeres combatientes kurdos, demostrando lo que es en última instancia, la lucha contra los reaccionarios religiosos feudales: ¡la lucha revolucionaria! Por otro lado, no hay que confundir entre el sentimiento religioso de las masas y los fascistas que se apoyan en este sentimiento para establecer su dominio sobre el pueblo.


Nuestras consignas deben ser:


¡Ninguna unión nacional tras la república de los burgueses fabricantes de guerras y de miseria!

 

¡No ceder a la propaganda fascista que instrumentaliza la barbarie por cuenta de la patronal!

 

¡Denunciemos a los reaccionarios religiosos criminales que sirven para debilitar nuestras luchas, para dividir al pueblo y propagar las peligrosas ideas feudales entre las masas populares!

 

¡Solidaridad con las masas populares musulmanas que van a sufrir de nuevo una oleada de islamofobia después de este ataque!

 

¡Cerrar filas alrededor de la clase obrera, el único baluarte frente a todas las barbaries!

 

¡ABAJO LOS REACCIONARIOS RELIGIOSOS!


¡ABAJO EL IMPERIALISMO Y EL FASCISMO!


¡FRENTE A LA REACCIÓN, LA REVOLUCIÓN!

 

Bloque Rojo (Unificación de los maoístas) - Bloc Rouge (Unification des maoïstes)

 

Attentato a CHARLIE HEBDO: Di fronte a tutti i reazionari, unità RIVOLUZIONARIA!



Oggi, mattino del 7 gennaio 2015, due persone armate entrano nella redazione di Charlie Hebdo e sparano con il Kalashnikov sulle persone presenti nei locali. Diversi giornalisti e fumettisti vengono uccisi, così come un lavoratore o una lavoratrice innocente responsabile della manutenzione dell'edificio. In totale i media annunciano 12 vittime.


Secondo le informazioni che abbiamo in questo momento, l'attacco contro Charlie Hebdo è stato eseguito da reazionari religiosi che agiscono in nome dell'Islam, molti video lo suggeriscono, anche se non possiamo escludere una manipolazione.


In tutti i casi, condanniamo con forza la reazione religiosa, quella che massacra a Kobané, come quella che usa il pretesto della colonizzazione della Palestina, o che sfila per le strade della Francia per la lotta contro il matrimonio omosessuale. Sappiamo che le istituzioni religiose sono forze reazionarie che hanno sempre servito gli interessi dei potenti.


Di fronte alla miseria sociale, al razzismo e alla debolezza del campo rivoluzionario, molte persone in rivolta e deluse da questa società sono alla ricerca di una risposta violenta o meno nella religione. Tuttavia, non dobbiamo ingannarci a causa della collera né rispetto alla soluzione. Lo sfruttamento e l'oppressione sono realtà materiali frutto di un sistema economico che opera secondo la legge del massimo profitto. È la borghesia che crea la miseria e nessun altro. Non dobbiamo aspettare che arrivi una soluzione anche perché davanti allo sfruttamento, l'unica soluzione è questa: coloro, che fanno andare avanti la società, vale a dire le lavoratrici e i lavoratori, devono prendere il potere.


Dopo i crimini commessi oggi, ci sono state molte reazioni, molta indignazione, che è una buona cosa, tuttavia, un atto, per quanto barbaro e ingiustificabile, non deve in alcun caso portarci verso una via senza uscita.


No, non esiste in Francia una grande unità nazionale dietro i valori repubblicani che trascenderebbero le classi. Questo è ancora più vero dato che la borghesia al potere ha la responsabilità dei momenti che stiamo vivendo. L'imperialismo francese, sfruttando i popoli del mondo e intervenendo militarmente nei paesi del Medio Oriente è responsabile della miseria delle popolazioni che vi vivono. Ha anche giocato un gioco pericoloso, sostenendo alcuni gruppi nel confronto inter-imperialista, che ha avuto luogo sul suolo siriano, o ancora armando gli stessi che che sostiene di combattere in Libia. Tutto questo ha scatenato l'odio contro la Francia simbolo di oppressione e ha portato a questa azione militare. Sono gli imperialisti che creano i terroristi!


A questo si aggiunge il razzismo imperante e l'ascesa di forze fasciste in Francia. È 'certamente giusto rivoltarsi contro questo razzismo e il fascismo, ma questa rabbia può essere strumentalizzata dalle forze feudali reazionarie. Charlie Hebdo che è stato bersaglio di questo attacco non è innocente in questa materia. Come tutti i media francesi, ha partecipato alla crescita dell'islamofobia in Francia gettando benzina sul fuoco quando c'è stato il cosiddetto "dibattito sull'identità nazionale" a carattere islamofobo. Fare questo in nome della libertà di stampa significa mettere l'intera comunità musulmana o le persone vicine in pericolo da attacchi razzisti. Tuttavia, l'attacco non è giustificabile tanto quanto il razzismo. Il razzismo alimentato quotidianamente viene utilizzato per dividere la classe e mantenere la pace sociale. Noi non stiamo combattendo in nome di una religione, ma per conto della nostra classe, la classe operaia multiculturale e internazionale. Coloro che cercano di dividerci, che siano religiosi o politici, sono criminali.


Di fronte all'attacco contro Charlie Hebdo, è certo che sentiremo i lupi ululare. Il Fronte Nazionale e i reazionari si avvarranno di questo crimine accentuando un po' di più la loro campagna razzista e cercando di giocare sui sentimenti di giusta indignazione per fare penetrare le loro idee fasciste tra le masse. La caccia alle barbe da parte della polizia si intensificherà. Marine Le Pen ha annunciato che bisogna "liberare la nostra parola contro il fondamentalismo islamico", che suona nella sua bocca come "libertà di parola contro i musulmani" dopo innumerevoli campagne razziste, xenofobe e anti-musulmane portate avanti dal suo partito. Dobbiamo raddoppiare la nostra vigilanza antifascista perché possiamo scommettere sicuramente che i fascisti cercheranno di cogliere questo evento per approfondire la loro mobilitazione reazionaria in un clima in cui una manifestazione con lo slogan "islamisti fuori della Francia", in risposta all'appello delle organizzazioni “Riposte Laïque et Résistance Républicaine” sostenuto dai fascisti della Jewish Defense League, era già stata organizzata per il 18 gennaio a Parigi, in base al simile movimento Pegida in Germania, riprendendo lo slogan dei neo -nazisti...; dove i fascisti di Lione vogliono organizzare essi stessi la risposta; dove "intellettuali", come Finkielkraut, Zemmour e altri Houellebecq ci fanno discorsi in prima serata ricordando a noi anziani gli anni bui prima della seconda guerra mondiale; dove il Ps al governo, perseguendo le politiche razziste del governo precedente e le politiche che garantiscono alla borghesia i suoi profitti sulla base del crescente sfruttamento degli operai, riempie il vuoto del fascismo; e dove i vari partiti, organizzazioni e gruppi fascisti -FN in testa- continuano a svilupparsi.


Quindi abbiamo bisogno di aumentare la nostra vigilanza anti-fascista e opporci alle loro manovre, perché ancora una volta i fascisti agiscono in piena coscienza, il loro obiettivo è quello di dividerci, di sottometterci all'ordine capitalista, al diktat dei padroni. È giusto rigettare il feudalesimo religioso, è giusto essere indignati per questi crimini, ma anche il fascismo è criminale, e gli islamofobi sono dei barbari reazionari, tanto quanto i terroristi che hanno sparato su Charlie Hebdo.Tuttavia, i fascisti sono più pericolosi perché hanno come proposizione strategica quella di metterssi al servizio della borghesia nella sua lotta contro il proletariato. L'esempio della lotta contro il feudalesimo religioso che ci deve ispirare è quello che ci mostrano i nostri compagni comunisti di Kobané al fianco delle combattenti e dei combattenti curdi, dimostrando ciò che è in ultima analisi, la lotta contro i reazionari feudali religiosi: la lotta rivoluzionaria! D'altra parte, non dobbiamo confondere il sentimento religioso delle masse e i fascisti che fanno leva su questo sentimento per affermare il loro dominio sul popolo.


Le nostre parole d'ordine devono dunque essere:


No all'unità nazionale dietro la repubblica borghese che produce guerre e miseria!


Non cedere alla propaganda fascista che sfrutta la barbarie per fare gli interessi dei padroni!


Denunciamo i reazionari religiosi criminali che servono a indebolire le nostre lotte, a dividere il popolo e diffondere le idee feudali pericolose tra le masse popolari!


Solidarietà con le masse popolari musulmane che subiranno una nuova ondata di islamofobia dopo questo attacco!


Serriamo i ranghi attorno alla classe operaia, unico baluardo contro tutte le barbarie!


ABBASSO I REAZIONARI RELIGIOSI!


ABBASSO L'IMPERIALISMO E IL FASCISMO !


DI FRONTE ALLA REAZIONE, LA RIVOLUZIONE!

Repost 0
3 novembre 2014 1 03 /11 /novembre /2014 21:08
Communiqué concernant les accusations de l'OCFR

Samedi 25 octobre, une manifestation était organisée à Lannemezan pour protester contre le maintien en prison de Georges Ibrahim Abdallah.

 

Georges Ibrahim Abdallah, communiste libanais combattant pour la cause palestinienne, entame sa 31ème année de prison avec peu d’espoir de sortir légalement en raison de l’acharnement de l’État français, Valls et Taubira en tête.

 

C’est pour cela qu’il est crucial de construire la mobilisation populaire la plus importante possible. En effet, seule cette mobilisation pourra faire sortir Georges Ibrahim Abdallah. C’est d’ailleurs pour cette raison que nous prenons part depuis de nombreuses années à toutes les initiatives organisées en ce sens.

 

Le Bloc Rouge a donc participé à cette manifestation pour affirmer son soutien à Georges Ibrahim Abdallah et à tous les prisonniers et prisonnières politiques progressistes.

 

Suite à cette journée, l’Organisation Communiste Futur Rouge a publié un communiqué dans lequel des attaques sont portées contre notre processus d'Unification des maoïstes dans l’État français.

 

Alors que l’offensive de la bourgeoisie contre le prolétariat prend chaque jour plus d’ampleur, nos conditions de vie et de travail empirant continuellement, il est évident que nous préférerions utiliser toute notre énergie à construire une force en mesure d’abattre cet État en vue de construire le socialisme plutôt que de perdre du temps dans une bataille stérile de communiqués interposés.

 

Néanmoins, nous ne pouvons accepter de laisser des rumeurs fondées sur des déformations de la réalité (conscientes ou non), ou sur des calomnies (arme fréquemment utilisée dans les milieux petits-bourgeois) se développer, c'est pourquoi nous voulons relater la vérité à travers ce bref communiqué.

 

Premièrement, nous n’avons à aucun moment essayé de bloquer le cortège auquel participaient les militantes de l'OCFR à Lannemezan. Nous n’avons pas non plus fait la moindre provocation, nous étions là pour Georges Ibrahim Abdallah. Lorsque des militants et militantes proches et adhérents à l'OCFR nous ont mis la pression pour que nous quittions la manifestation, nous avons répondu calmement et avons respecté une distance entre elles et eux et notre cortège. Tous les présents l’ont d’ailleurs vu.

 

Deuxièmement, le communiqué écrit par l'OCFR ne mentionne pas le fait que, à l'issue de la manifestation, un de nos camarades a été insulté, menacé de mort et frappé par une membre de l’OCFR. Malgré cette agression intolérable, nous avons fait le choix de ne pas riposter pour éviter toute retombée négative sur la mobilisation pour Georges.

 

Troisièmement, la rupture dans le processus d’Unification n’est en aucune façon le résultat d'un clivage entre militant et militantes "pro-viol" et "anti-viol" ! Les explications données à ce propos dans le communiqué de l'OCFR sont fausses, et tous les membres qui ont participé à ce processus, celles et ceux qui sont parties comme celles et ceux qui sont restées, peuvent en attester. De nombreuses contradictions se sont développées et, n'étant pas traitées de manière correcte, elles ont conduit à la rupture de ce processus d'unification.

 

En tant que militants et militantes communistes, comme nous l’avons déjà formulé lors de notre précédent Communiqué concernant nos divergences avec l’OCFR, « nous reconnaissons que les militants des organisations maoïstes sont aussi le produit d’une société sexiste. Ils peuvent en conséquence avoir des attitudes sexistes. Cependant l’organisation est là pour corriger ces comportements et promouvoir des rapports nouveaux entre les hommes et les femmes. Notre organisation a bien conscience de sa tâche en la matière et lutte en ce sens. » Nous attachons une importance capitale à cette tâche, car nous avons conscience que sans la mener à bien, la révolution ne saurait être victorieuse.

 

De fait, conscients de nos tâches et de notre responsabilité historique, nous continuons le processus d’Unification et notre engagement dans la lutte de classe malgré les attaques et calomnies de part et d’autres. Nous sommes prêts à répondre aux éventuelles questions/remarques et à discuter avec les personnes et/ou organisations qui voudraient nous contacter à ce sujet.

 

Repost 0
Published by drapeau rouge - dans Bloc Rouge oc-futur rouge pc maoïste de france lannemezan
17 octobre 2014 5 17 /10 /octobre /2014 11:32
PCI (maoïste) : Message à la conférence internationale de solidarité avec la Guerre Populaire en Inde de Milan

Nous publions ici notre traduction du message du Parti Communiste d'Inde (maoïste) à la conférence internationale de solidarité avec la Guerre Populaire en Inde de Milan à laquelle nous avons participé.

Bloc Rouge (Unification des maoïstes)

 


 

Message à la conférence internationale de solidarité avec la Guerre Populaire en Inde de Milan

 

A tous les délégués qui sont venus pour cette conférence,
A tous les partis, organisations et individus qui ont travaillé pour l’organiser,
Au Comité de Soutien à la Guerre Populaire en Inde qui dirige cette Conférence,
Chaleureuses salutations révolutionnaires et Lal Salam sincère de la part du PCI (maoïste), de l’Armée de Guérilla Populaire de Libération (PLGA), des Comités Populaires Révolutionnaires (RPCs), des organisations de masse révolutionnaires et du peuple révolutionnaire d’Inde qu’il guide.

 

Nous vous saluons avec une joie particulière en célébrant le 10ème anniversaire de la fondation de notre parti avec une profonde appréciation quant à l’organisation de votre Conférence, qui est liée aux célébrations que nous tenons dans un contexte de grands tourments à l’échelle mondiale. La formation du PCI (maoïste) qui a uni les deux courants révolutionnaires majeurs en Inde a réalisé le rêve longtemps attendu par les révolutionnaires et les masses. En 10 ans d’existence, 2332 camarades, incluant des membres du Politburo, du Comité Central, des Comités d’Etats, de régions, de districts, des sous-zones, des quartiers et des villages, des membres principaux du parti ainsi que beaucoup d’autres de la PLGA ainsi que du Front Uni, ont fait le sacrifice suprême d’accomplir les tâches révolutionnaires qu’ils s’étaient fixées. Nous rendons hommage aux martyrs, aux masses révolutionnaires qui ont volontairement donné leurs vies et ont subi une répression inimaginable pour participer et soutenir la guerre populaire, et à toutes  celles et ceux qui ont donné leurs vies pour la grande cause du communisme dans le monde.

 

Pour nous, la célébration du 10ème anniversaire de notre parti est une opportunité pour évaluer nos réalisations et nos manques. La PLGA, la milice populaire et les masses révolutionnaires qu’elles dirigent, ont mené des batailles politiques et populaires contre un ennemi lourdement armé et entraîné, guidé et soutenu par l’impérialisme, particulièrement l’impérialisme américain. Nos camarades en prison ont écrit leurs magnifiques histoires sur la résistance. Nous célébrons ces réalisations, conscients de nos manques, dans le but d’aller de l’avant dans la voie de la guerre populaire prolongée.

 

Camarades,

 

Permettez nous tout d’abord de faire un bilan de ces 10 dernières années.

 

Pendant cette période, le parti, la PLGA, les RPCs et toutes les organisations de masse révolutionnaires qu’ils dirigent se sont ardemment efforcés de réaliser les tâches fixées à leur formation. En 2007, mettant en défaite les tentatives persistantes de nos ennemis pour nous contrecarrer, nous avons avec succès convoqué notre tant attendu Congres d’Unité, le 9ème congrès. Cela nous a permis d’approfondir et d’enrichir notre idéologie et notre unité politique. Un examen complet de nos réalisations et de nos manques, de nos succès et de nos échecs depuis les 2 ans et demi de notre unification.

 

A côté des tâches principales, d’autres tâches importantes ont été fixées. La direction a été renforcée. Ainsi, notre parti est sorti du congrès plus clair sur ses positions idéologico-politiques, plus consolidé dans son unité, plus endurci dans sa détermination et dans son esprit de combat, afin de réaliser les tâches d’avant-garde de la Révolution de Nouvelle Démocratie en Inde, en tant que contingent du prolétariat international.

 

Depuis 2004, et d’autant plus après le Congrès, la PLGA a fait de grands progrès par ses efforts ardus et a réalisé des attaques et des embuscades héroïques. Elle a avancé au niveau de formation de compagnies, a pris des mesures initiales dans la création de bataillons, et a amélioré sa capacité de commandement et de coordination de ses forces principales, secondaires et de base. Cela a permis d’attaquer et de complètement annihiler les forces mercenaires paramilitaires du gouvernement indien, dans sa globalité au niveau des pelotons, et en particulier au niveau des compagnies durant la bataille de Mukaram. Elle a développé une grande milice populaire se comptant par milliers. Elle a été l’instrument de la défaite des groupes de vigilance contre-révolutionnaires comme les groupes de Salwa Judum et Sendra, etc., avec lesquels l’ennemi a essayé de “tourner le peuple contre le peuple”. La milice populaire et les masses révolutionnaires ont également joué un rôle de grande importance dans les succès de la PLGA lors de ses plus grandes batailles.

 

Cette période nous a également donné de grandes leçons dans les luttes des masses révolutionnaires et dans la coordination entre les luttes de masse et les luttes armées. Nous devons particulièrement noter que cela a été réalisé dans des conditions où toutes les organisations liées à notre parti, ou même suspectées d’avoir des relations avec, sont interdites et leurs membres pris en chasse, assassinés ou emprisonnés. Au milieu de ces persécutions, pleinement conscients que “ce sont les masses qui font l’histoire et nous communistes n’en sommes que les enfants”, avons persisté dans la construction d’organisations de masses adaptées à ces conditions, et avons mobilisé les masses au nombre de centaines de milliers. Nous avons mené de grandes luttes de masse qui ont pris la forme de soulèvements de masse. Des nouvelles formes de luttes et d’organisation ont émergé, comme celles à Lalgarh et à Narayanpatna. Des bases favorables ont étés posées pour la consolidation d’un front anti-féodal et anti-impérialiste. Dans beaucoup d’autres parties du pays, de grandes luttes ont éclaté là où les masses se sont avancées pour défendre leurs terres. Elles se sont battues contre les plans de déplacement de population pour l’ouverture de grandes mines, de barrages et d’autres projets pro-impérialistes et pro-classe dominante. Nous soutenons ces luttes et en dirigeons certaines. Cela nous a donné une expérience riche dans la direction des luttes de masse, unifiant une large variété de forces. Ces luttes ont mis en évidence le rôle de direction du parti ainsi que la guerre populaire qu’il mène. Elles ont été d’une énorme aide dans l’extension des zones de guerre et dans l’expansion du parti et de la PLGA en convainquant de nouvelles forces.

 

Un autre domaine de lutte est progressivement en train de s’étendre à l’intérieur des prisons. Plusieurs milliers sont en prison. De de nombreuses prisons centrales, de district et locales réparties sur près de 20 Etats, ont été touchées par des grèves de la faim, parfois Illimitées, en lien avec les revendications des prisonniers politiques. De par leurs activités, nos camarades en prison ont réussi à mobiliser de simples prisonniers dans la lutte pour leurs droits. Les organisations et forces démocratiques ont également joué un rôle clef au milieu de cette répression à l’échelle nationale. Des activités et des luttes de solidarité pour demander la libération des prisonniers politiques ont été menées à travers le pays et à l’international. Les activités de solidarité que vous avez mené en soutien aux prisonniers politiques en Inde ont été tout particulièrement importantes et nous les apprécions comme des exemples brillants d’internationalisme.

 

Depuis ces 10 années, le parti a approfondi ses capacités dans plusieurs domaines. Il a activement lutté idéologiquement contre plusieurs déviations au sein du pays ainsi qu’à l’échelle internationale. Il a joué un rôle clef dans la formation et le fonctionnement du Comité de Coordination des Partis et Organisations Maoïstes d’Asie du Sud (CCOMPOSA).

 

Le parti a fait attention à ce que son niveau idéologique augmente au travers de nombreux groupe d’étude et de campagnes de rectification. Des matériaux d’étude et des magazines sont publiés dans de nombreuses langues. Des efforts tous particuliers ont été mis en oeuvre pour produire des matériaux d’étude/propagande dans les langues adivasi. Les programmes et les textes préparés pour une éducation de base ont été amplement enrichis. Ils sont utilisés dans les écoles dirigées par les RPCs et pour l’éducation des combattants de la PLGA ainsi que les membres des organisations de masse.

 

Une contribution exceptionnelle du parti a été celle de promouvoir les femmes, qui sont la moitié du ciel, et de développer leur capacité politique, organisationnelle, militaire, culturelle et dans d’autres domaines de sorte qu’elles puissent affirmer leur rôle dans les luttes. Aujourd’hui, près de 40% des forces combattantes de la PLGA sont composées de femmes, bien que ce pourcentage varie en fonction des zones de guérilla. Des femmes sont commandantes au niveau des pelotons, et membre des comités du parti à l’échelle des compagnies.

 

Le parti a porté une attention particulière au développement des activités culturelles révolutionnaires. Des organisations culturelles de masse existent dans beaucoup d’Etats, du niveau des villages à celui d’Etat. Elles répandent le message révolutionnaire et promeuvent les valeurs démocratiques et scientifiques au travers de formes culturelles variées qui apprennent de et développent les traditions culturelles et styles ethniques et nationaux. Elles motivent le peuple à lutter pour des changements radicaux. Leur message culturel joue aussi le rôle d’instrument de rectification en attaquant les valeurs réactionnaires de la vieille société qui sont encore présentes dans l’esprit des masses. Ces organisations sont de puissantes armes liant le parti avec les larges masses. A côté de ces organisations, des groupes culturels armés sont également formés au sein de la PLGA, au niveau des compagnies ainsi que des bataillons.

 

Plus important, grâce au travail planifié suite à la formation du parti unifié, nous avons pu étendre des bases de guérilla comme phases transitoires à l’établissement de zones libérées. Nous avons réussi à consolider les Comités Populaires Révolutionnaires (RPCs) dans plusieurs villages dans ces bases. Les bases de guérilla nous ont permis de mener à bien des tâches stratégiques, de les consolider davantage, et de les étendre pour faire avancer la guerre révolutionnaire. Davantage d’organes du pouvoir politique populaire ont surgi dans la période après le Congrès. En Telengana et en Andhra Pradesh, plusieurs RPCs ont été formés par le passé. Comme il y a eu un recul dans ces Etats, le peuple qui avait pu apprécier le pouvoir politique se bat à présent dans cet esprit pour surmonter la situation. A Dandakaranya (Chhattisgarh), plusieurs gouvernements révolutionnaires populaires avaient été créés avant, à l’échelle des Zones. Quelques gouvernements populaires ont également commencé à fonctionner au niveau des Divisions (Districts). Ceci est une nouvelle expérience dans  l’histoire du mouvement révolutionnaire de notre pays. Ils montrent un modèle politique, économique et culturel alternatif au peuple indien en rejetant le système pseudo démocratique et les pseudos réformes du gouvernement exploiteur. Ces gouvernements populaires s’efforcent d’augmenter la production agricole du peuple par leurs coopératives et leur travail collectif tout en travaillant ardemment pour avancer vers la réalisation de l’autosuffisance  pour le développement économique du peuple et pour soutenir le parti et la PLGA. Ainsi nous avançons vers la réalisation de la tâche principale de notre révolution, la prise du pouvoir politique par la lutte armée.

 

Après la formation du parti unifié en 2004, l’ennemi a redoublé d’efforts pour détruire la révolution en étendant la stratégie de l’impérialisme américain de « Conflit de Basse Intensité » à tout le pays. Il nous considère maintenant comme le « plus grand danger » pour la sécurité.

 

A travers cette stratégie, l’ennemi a fait des efforts tous particuliers pour attaquer et détruire notre direction. Comme vous le savez, cela a marché de manière significative, causant de lourdes pertes. En 2009 a été lancée la stratégie la plus impitoyable, la plus intense et la plus étendue pour nous supprimer, l’ « Opération Green Hunt », la fameuse « Guerre contre le Peuple ».Un grand plan a été mis en place pour nous anéantir, en employant des méthodes fascistes. De larges forces, incluant des forces spéciales, ont été entraînées et concentrées. Des milliards de roupies ont été dépensés. Une propagande massive nous décrivant comme opposés au développement et comme une bande de terroriste a été mise en place. D’intenses opérations d’élimination, des attaques surprises sur nos forces, des attaques sur nos bases de masses dans les zones de guerre ont été conduites en mobilisant de larges forces dans chaque opération. Les grandes vagues d’arrestation des militants de toutes les organisations populaires dans les campagnes et dans les zones urbaines et des milices dans les zones de guérilla, les incendies et destructions des maisons, des propriétés et des récoltes, les assassinats en masse du peuple et les viols en masse des femmes, les tueries et vols de bétail, tout ceci est devenu une routine, les exécutions extra-légales ont continué, la destruction de notre réseau urbain, la destruction des infrastructures bâties par l’effort collectif des masses ont été combinées avec des activités de réformes en vue de tromper le peuple. Face à cet assaut fasciste, nous avons subi de graves pertes. Conduits par le Comité Central, tout le parti, la PLGA, les Milices Populaires et les masses révolutionnaires menées par les RPCs et les organisations de masses résistent fermement, apprenant de nos erreurs, redoublant d’efforts et ripostant. En même temps, nous menons une bataille politique. Nous avons riposté en mettant à nu la propagande de l’ennemi. Cela a préparé une polarisation politique favorable dans le pays. Les forces progressistes et démocratiques se sont mobilisées au côté des révolutionnaires en dénonçant l’Opération Green Hunt de l’ennemi comme une « Guerre contre le Peuple ». A l’international également, un grand mouvement s’est construit pour former une opinion publique mondiale contre cet assaut de l’Etat indien. Cela réaffirme la capacité de notre idéologie à contrer la guerre psychologique de notre ennemi, et nous donne de bonnes leçons.

 

Face aux graves pertes qu’il a subi dans plusieurs offensives tactiques menées par la PLGA où l’ennemi a été anéanti en grand nombre, ce dernier a commencé une opération avec de plus amples forces. L’ennemi, qui a remporté des succès en atteignant notre direction et nos cadres dans les zones urbaines et des plaines, a maintenant pris pour cible la direction dans les zones forestières. L’ennemi a d’ores et déjà engagé 500 000 troupes Centrales et d’Etats dans ces zones de guerre et prévoit de les agrandir de plusieurs milliers. Des drones sont employés. L’Armée de l’Air est impliquée avec un rôle de soutien et l’Armée est en train de se préparer.

 

Face à ces attaques, la PLGA a gagné une bonne expérience dans la lutte et la mise en échec des campagnes d’« encerclement et recherche », malgré le déploiement de forces allant jusqu’à 10 000. La PLGA, avec le soutien total du peuple et au travers d’initiatives exemplaires, a combattu dans des batailles longues de plusieurs heures, allant même jusqu'à trois jours, pour mettre en échec l’encerclement de l’ennemi et a réussi avec succès à vaincre les plans qui consistaient a capturer les camarades de la direction. Les forces de la PLGA et de la milice populaire ont également combattu les tactiques de l’ennemi qui consistaient à déployer la police et les forces paramilitaire par hélicoptères en leur tirant dessus et en les endommageant avec de simples fusils.

 

Bien que les barrages resserrés, les opérations de recherche et les attaques aient trempé d’acier une grande partie de nos rangs, cela a également exposé les éléments pourris qui étaient restés cachés parmi nous. Les liquidationistes qui prétendent que poursuivre la guerre populaire n’est pas adapté à nos conditions, les lâches qui fuient sous différents prétextes en essayant sans espoir de cacher leur défaitisme, les traîtres qui vendent le peuple contre un salaire de misère payé par l’ennemi – cette mise à l’épreuve les a démasqué, l’un après l’autre. Parmi les masses, certains se sont « rendus » sous les attaques brutales de l’ennemi. Les dures attaques répétées ont causé de grands dommages aux structure du parti dans les villages, et donc également aux RPCs et aux organisations de masses. Une partie des masses est devenue passive.

 

Dans le premier quart de 2013, évaluant la situation à laquelle nous faisons face, le Comité Central a noté que les faiblesses dans notre condition subjective est inégale. Il a évalué que notre mouvement qui s’étend dans le pays est confronté à une situation très difficile. Les raisons de cette situation sont aussi bien objectives que subjectives. La classe dominante indienne, avec le soutien total et la direction des impérialistes, a lancé des offensives stratégiques sans précédent à l’échelle nationale pour supprimer le développement de notre mouvement. Nous avons eu des pertes, temporairement perdu quelques terrains quand nous nous retirions face à des forces supérieures. L’autre raison est subjective, les erreurs que nous avons faites pour répondre à la transformation des conditions de la guerre révolutionnaire et dans la direction de la PLGA et du peuple, la persistance durable des tendances non-prolétariennes parmi nous et l’échec à éviter de sérieuses pertes. Le Comité Central a formulé des tactiques de base face à ces situations. Il a lancé un appel à bolchéviser le parti visant à être capable de surmonter les conditions difficiles présentes par la réalisation d’une éducation de l’ensemble du parti au MLM, à la ligne politique et militaire et aux principes, tactiques et style de travail de base du parti ainsi que le style de combat de la PLGA, des leçons tirées de la pratique, rectifiant les erreurs et les manques afin de renforcer le parti, la PLGA et les bases de masse pour paver la route à l’avancement du mouvement. Quelle que soit la situation, nous avons une puissante arme pour y faire face. C’est notre idéologie, le MLM. Saisissons la plus profondément et fortement et prenons cette arme avec encore plus de fermeté, c’est la clef pour bolchéviser notre parti. Cette campagne continue et notre parti et toutes les forces conduites par lui s’efforcent de développer leurs capacités pour vaincre les assauts de l’ennemi.

 

Ces 15 derniers mois, nous avons persévéré à préserver notre mouvement et notre direction contre une offensive intense de l’ennemi. Ces derniers temps, la PLGA, avec le soutien du peuple, a mené des campagnes de contre-offensives tactiques et de nombreuses actions armées, annihilant les forces ennemies et saisissant ses armes et ses munitions. Des milliers de personnes et la milice populaire dirigée par la PLGA ont détruit des équipements de construction des routes, des véhicules, des baraques, des camps et des bureaux du gouvernement et des grandes entreprises de construction et d’exploitation minière. En même temps que le lancement de la campagne de bolchévisation de l’ensemble du parti, de la PLGA, des organisations de masses et des organisations du Front Uni, nous avons pu parvenir à des expériences positives dans certaines zones et à les étendre vers de nouvelles zones stratégiques. Nous nous efforçons de relancer le mouvement dans certaines zones où nous avions dû nous retirer.

 

Dans les zones où nous nous sommes affaiblis, le parti fait face à la situation avec un esprit bolchevik. Faisant face à de nombreux obstacles et pertes, nous ouvrons un nouveau front de guerre dans la région de Sahyadri (Ghats occidentaux), aux frontières du Karnataka-Kerala-Tamilnadu.

 

Les efforts du parti continuent pour rallier de larges masses, aussi bien de manière clandestine que de manière ouverte, contre les mesures pro-impérialistes mises en place par le gouvernement Central et d’Etat au service des intérêts de la classe dominante. Des milliers de personnes ont tenu des manifestations et ont exprimé leur colère en demandant le retrait des forces Centrales et d’Etat. Elles ont protesté contre les exécutions extra-légales, les massacres, les arrestations illégales et les atrocités commises contre les femmes, les attaques de villages, le pillage et la destruction des propriétés du peuple et la demande de la libération des prisonniers politiques. Des réformes agraires révolutionnaires et des programmes pour le bien-être du peuple ont été menés par les RPCs et ont mobilisés les masses et la PLGA, qui a également participé à ces programmes.

 

L’enlèvement et l’exécution du détesté Mahendra Karma, le principal responsable des atrocités brutales de Salwa Judum, a été un grand succès. Répondant à l’appel du parti, le peuple rural de Dandakaranya (DK) a boycotté les élections à l’assemblée et au parlement du Chhattisgarh, et dans certaines zones rurales du Bihar, Jharkand, Odisha et Andhra-Odisha Border (AOB), le peuple a boycotté avec succès les élections parlementaires en résistant à la mobilisation de milliers de forces d’Etat supplémentaires et à leur répression brutale. Dans les zones où le mouvement du peuple adivasi contre l’exploitation minière et où les déplacements sont en cours, une majorité de personnes a boycotté les élections parlementaires et ont exprimé leur protestation contre ces projets destructifs.

 

En soutien à la campagne de boycott des élections, les forces de la PLGA ont conduit avec succès des contre-offensives tactiques contre les forces ennemies venues forcer le peuple à voter dans les zones de guerre de l’Est et du Centre de l’Inde. Certaines de ces actions ont eu lieu dans des zones que l’ennemi avait prétendu avoir « nettoyé » et repris le contrôle. Dans les 5 premiers mois de 2014, pendant la période électorale, 63 forces ennemies ont été annihilées et 122 blessées dans 31 actions. Un combattant de la PLGA est devenu martyr dans ces offensives. Nous avons pu saisir 36 armes et 3366 balles. Il est important de souligner que ces actions ont été menées la veille et pendant 2 campagnes spéciales d’ « encerclement et de recherche » de portée nationale menées par l’ennemi. Par des actions de guérilla menées constamment par la PLGA dans plusieurs zones de guérilla, les forces ennemies ont dû se disperser sur de vastes zones et ont mises dans une situation où elles n’ont pu déployer leurs forces comme elles le souhaitaient dans nos zones cruciales. Dû à un manque de troupes additionnelles, l’ennemi n’a pu intensifier ces campagnes à l’exception de celle à Bijâpur (DK) et quelques autres parties du pays.

 

De nouvelles formes de luttes sont développées pour contrer les réseaux stratégiques de « tapis de sécurité » de l’ennemi où des camps lourdement fortifiés avec des centaines de troupes sont placés à de courtes distances de 2 à 6km chacun, encerclant régulièrement nos bases de guérilla et d’autres zones de guerre. Dans deux cas, les masses, avec la PLGA ou avec leur seul soutien, se sont engagées dans des harcèlements armés ou des sièges de ce type de camp pendant des jours et les ont forcé à fermer. Le rôle des femmes dans ces luttes est exemplaire. Nous avons également vu des situations où les masses ont soit rejeté les biens distribués gratuitement par les mercenaires de l’ennemi dans le cadre des Programmes d’Action Civique, soit en ont fait un bûcher.

 

Dans cette période de 15 mois, la fusion du PCI (Maoïste) et du PCI (ML) Naxalbari a été une grande réussite. Ceci a été un tournant dans nos efforts pour réaliser une unité des authentiques révolutionnaires dans notre pays. Comme il est indiqué dans notre déclaration de fusion, cela a renforcé notre capacité à mieux remplir notre rôle d’avant-garde de la révolution indienne. L’unité des maoïstes face aux attaques intenses de l’ennemi a grandement encouragé tout notre parti, la PLGA et les masses révolutionnaires. Cela a été accueilli avec enthousiasme à l’échelle internationale.

 

Faire face à notre situation reste très difficile. Mais nous nous accrochons fermement, l’affrontant ardemment, et poussant vers l’avant pour la surmonter.  Il est inutile de dire que la solidarité que vous nous témoignez est d’une grande aide dans cette tâche. Nous sommes heureux de voir que vous êtes d’accord avec nous quant à la nécessite de faire avancer la campagne contre l’Opération Green Hunt. Cette campagne et le mouvement de soutien à la guerre populaire en Inde sont complémentaires. Vaincre cette offensive contre-révolutionnaire multi-frontale à l’échelle nationale de l’ennemi est une tâche immédiate devant nous.

 

Chaque révolution avance par vagues. C’est une loi historique. Dans les temps de difficulté, nous devons augmenter notre niveau idéologique, garder la politique au poste de commande, porter le message révolutionnaire plus profondément et plus largement aux masses, appliquer de manière créative la guerre populaire prolongée et développer nos tactiques, être « rouge et expert » dans les questions politiques, militaires, organisationnelles, de propagande, de formation, culturelles, de production, techniques et d’autres tâches, être davantage déterminés, dévoués et prêts au sacrifice. C’est seulement comme ça que nous arriverons à sortir de cette situation plus unis, plus disciplinés, plus courageux, plus forts, plus consolidés et plus dynamiques. C’est la leçon que nous enseignent les grandes révolutions de notre classe, résumées dans les enseignements de nos grands enseignants. Ils nous ont également enseigné la nécessite de forger des liens avec les masses à un niveau plus profond et plus élevé à chaque tournant de la guerre révolutionnaire. A chaque tournant décisif, la tâche d’approfondir la politisation de non seulement nous-mêmes mais également des masses s’est posée à nous.  Nous sommes résolus à libérer la force révolutionnaire et d’initiative des masses d’une manière encore plus puissante.

 

Voilà un bref bilan de nos succès et de nos échecs, de la guerre populaire en Inde, depuis ces 10 dernières années. Voilà la manière dont nous avons contribué à faire avancer la révolution socialiste mondiale.

 

Camarades,

 

Un nombre important de développements se sont produits à l’échelle internationale cette dernière décennie. Nous souhaiterions attirer votre attention sur des caractéristiques importantes.

 

Les premières années de la dernière décennie ont vu de larges mobilisations des masses contre la politique de mondialisation qui détruit des vies ainsi qu’un renforcement des guerres populaires et des luttes de libération armées. L’idéologie du prolétariat a été posée plus clairement grâce à l’établissement du Marxisme-Léninisme-Maoïsme. Son adoption à plus large échelle a renforcé les bases pour une unité plus fortes des forces maoïstes, à l’échelle internationale et dans plusieurs pays. Les prémisses d’une nouvelle vague révolutionnaire sont apparues à travers le monde. Principalement contre cela, l’impérialisme, et particulièrement l’impérialisme américain, a initié et a lancé une offensive contre-révolutionnaire massive à l’échelle mondiale, dirigée contre le peuple. C’était le contenu principal de la soi-disant « Guerre contre le Terrorisme » que tous les impérialistes et réactionnaires ont rejoint ou soutenu. Les guerres d’agressions contre l’Afghanistan ou l’Irak, la réduction des droits démocratiques, les attaques contre les luttes populaires, la fascisation grimpante partout dans le monde, l’intensification des campagnes contre les luttes armées, les guerres populaires et les partis maoïstes – voilà ses principaux traits. Mais l’arrogance de l’impérialisme américain, l’unique superpuissance, a été largement contrée. Le défi a été relevé. Une lutte mondiale s’est créée contre la guerre en Irak et a continué après le début de la guerre. Les puissantes résistances en Irak et en Afghanistan ont embourbé les agresseurs et ont compromis leurs plans. Les masses du monde ont refusé de céder aux menaces et ont continué leurs luttes contre les ravages de la mondialisation, de la libéralisation et de la privatisation. Les guerres populaires ont continué d’avancer. Comme résultat de tous ces facteurs, l’impérialisme américain a été forcé de changer de tactique en quelques années. Bush a été remplacé par Obama. Les discours de « décennies de guerre » ont été remplacés par un rapide désengagement et retrait des troupes. Ceci est un indicateur frappant de la situation favorable qui a émergé dans le monde. Cette période a également vu la croissance du conflit entre les puissances impérialistes comme l’impérialisme russe qui a commencé à s’affirmer dans un contexte où les Etats-Unis s’enlisent.

 

Comme nous le savons, la crise globale qui a frappé le système impérialiste en 2008 a davantage exacerbé cette situation autour de la planète. Aussi bien dans les pays impérialistes que dans les pays dominés, des millions sont sortis dans la rue et ont mené des batailles rangées contre les forces réactionnaires de l’Etat, les ouvriers ont occupés les usines, les masses ont occupés l’espace publique et ont fait tomber les gouvernements. Les étudiants, les jeunes, les femmes, les ouvriers, les immigrés, les retraités – tous se sont unis dans la lutte. Les beaux jours du Printemps Arabe sont encore vivants dans nos mémoires. Plusieurs dictatures haïes du peuple ont été mises à bas grâce aux luttes obstinées du peuple. L’épanouissement des masses n’a pas réussi à réaliser une véritable démocratie, un système sans exploitation et des lois populaires. Mais cela a profondément remué ces sociétés. Cela a donné de l’espoir aux peuples du monde. Les résultats en seront forcément visibles.

 

Voici le monde d’aujourd’hui. Il nous montre une situation de grand potentiel pour une nouvelle vague de révolution. Mais il y a une autre face, plus amère, celle de la trahison. Le mouvement communiste international a, une fois de plus dans l’histoire, été bloqué par le révisionnisme de tirer le meilleur d’une situation favorable. La trahison de la guerre populaire au Népal par la direction du PCN (Maoïste), en particulier la clique de Prachanda-Bhattaraï, a été un des plus grands préjudices. La possibilité de forcer les ennemis du peuple à tomber le masque de protecteur de la démocratie en lutte contre les fanatiques obscurantistes et de les confronter directement avec le peuple révolutionnaire, de lever le drapeau de la guerre populaire dirigée par les maoïstes comme un centre de ralliement contre l’impérialisme et la réaction, de gagner de larges masses du peuple à la cause du communisme, a été détruite. D’un autre côté, nous voyons une attaque liquidatrice contre notre idéologie qui tend à vouloir baisser le drapeau du MLM et le remplacer par les revendications creuses de l’avakianisme. Cela a déjà détruit certains partis maoïstes, qui avaient avant une place honorable dans les rangs du MCI. Ces deux déviations ont été affrontées par les maoïstes et la lutte continue. Des efforts sont faits pour consolider les partis maoïstes et en construire de nouveaux. Mais les pertes sont évidentes. Il y a une baisse considérable des forces subjectives de la révolution prolétarienne mondiale, causée non par l’ennemi qu’elles affrontent, mais par l’ennemi qui est apparu en elles.

 

Ainsi nous voyons la contradiction, la lacune flagrante entre le potentiel de la situation objective et les capacités subjectives des forces maoïstes. C’est cela que nous devons confronter. Toute notre activité doit être dirigée pour surmonter cela. C’est le plus grand besoin des opprimés et des exploités du monde, l’exigence de cette époque. Comme Mao l’a dit : « Nous devons saisir le moment, saisir le temps ». Notre parti croit que pour l’heure le besoin pour les forces communistes est de s’efforcer à mobiliser les plus grandes forces anti-impérialistes, démocratiques et révolutionnaires possibles pour fortifier la campagne pour en finir avec l’OGH avec en vu la construction d’un large front anti-impérialiste mondial qui est en cours. Et la poursuite du renforcement de l’unité des forces communistes du monde aura pour conséquence un renforcement du soutien à la révolution en Inde également.

 

Dans la situation actuelle, le potentiel objectif mondial dépasse largement les capacités subjectives des partis individuels. Mais beaucoup peut encore être fait pour gagner d’importantes franges à la cause du communisme à travers leurs efforts unis. Ces dernières années ont témoigné d’activités collectives au travers des déclarations communes du 1er Mai, des séminaires sur des développements importants, des conférences des partis maoïste pour faire le bilan des expériences d’organisation internationale et renforcer la lutte contre le néo-révisionnisme, des forums conjoints comme celui du Comite de Soutien International qui organise cette Conférence et les activités de solidarité qu’il a initié. Nous avons salué ces efforts et continuons à les soutenir. Nous devons maintenant explorer les possibilités pour faire des liens nés de ces activités et l’unité de pensée croissante à propos des questions idéologiques et politiques, des bases pour aller de l’avant.

 

Tout comme la révolution en Inde sert la révolution mondiale du prolétariat, elle est également liée de manière vitale à ce que les maoïstes à travers le monde fassent de leur mieux pour tirer profit de la situation mondiale et faire avancer la révolution mondiale. Nous tirons notre confiance du désir ardant de révolution qui s’est exprimé au cours des débats de la Conférence de Hambourg, dont la devise était que faire avancer la révolution dans nos pays respectifs était le meilleur moyen d’exprimer la solidarité avec des révolutions similaires dans d’autres pays.

 

Notre parti, qui porte de l’avant l’héritage de Naxalbari, a toujours considéré que la Révolution de Nouvelle Démocratie qu’il mène en Inde est une partie intégrante de la révolution socialiste mondiale, la partie d’une avant-garde contingente du prolétariat mondial. Les inestimables et incroyables sacrifices qui sont faits par le peuple et les camarades font intégralement partie des grands sacrifices faits par les incalculables martyrs bien-aimés de la révolution socialiste mondiale dans chaque pays.

 

Enfin, avant de conclure, nous souhaiterions parler des grands efforts que vous avez fait pour soutenir la guerre populaire en Inde. Les nouvelles de vos campagnes, les images très vives, ont été portées dans nos rangs, aux combattants de la PLGA et aux masses révolutionnaires aussi largement que possible par nos journaux ouverts et clandestins et par beaucoup d’autres moyens. Lorsqu’ils ont su que leur frères et sœurs des pays lointains se sont levés en solidarité militante avec eux, quand ils ont vu les images de manifestations devant les ambassades indiennes, des murs sur lesquels sont portés les messages de leur révolution aux masses de ces pays, leurs cœurs se sont remplis de fierté – nous ne sommes pas seuls, nos gens sont là, nous sommes partout. Vos actes nous ont inspiré ; ils nous ont fait plus déterminés. Nous nous efforcerons de notre mieux pour honorer la confiance que vous avez placé en nous. Notre futur, le futur de la révolution mondiale, le futur du prolétariat mondial, des nations opprimées et des peuples opprimés est certes lumineux mais la route est épineuse, ardue et pleine de zigzags. Le futur de nos ennemis, des impérialistes et de leurs laquais partout dans le monde, est sombre et leur perte est inévitable.

 

Salutations révolutionnaires,

Le Comité Central, PCI(Maoïste)
10 Septembre 2014

 

Repost 0
Published by drapeau rouge - dans pci (maoïste) milan Bloc Rouge guerre populaire inde
14 octobre 2014 2 14 /10 /octobre /2014 11:33
Communiqué concernant nos divergences avec l’OCFR

Par un communiqué en date du 2 septembre 2014, l’OCFR a rendu compte des décisions prises lors de son 2ème congrès.

 

Ce communiqué aborde la question du processus d’unification en cours entre les maoïstes de l’Etat français. L’OCFR a décidé de se désengager de ce processus.

 

C’est sa décision, nous en prenons acte et nous ne polémiquerons pas stérilement là-dessus.

 

Néanmoins, il est important de rétablir quelques faits.

 

Des problèmes se sont effectivement posés dans le cadre de cette unification.

 

Cela est normal pour les maoïstes qui comprennent que ce n’est pas en taisant les différences qu’on les surmonte.

 

Les différentes parties maoïstes (PCmF, OCFR et militants inorganisés dans aucune de ces structures) engagées dans ce processus s’étaient d’ailleurs entendues sur la manière d’organiser le débat indispensable avant de procéder à un rassemblement dans un parti qualitativement supérieur.

 

Des commissions traitant les sujets les plus importants à nos yeux ont donc été constituées. Leur objectif était de confronter les idées pour éliminer les fausses et retenir les justes pour ensuite permettre au congrès de fondation de décider des positions de l’organisation.

 

Seulement, les membres de l’OCFR se sont très peu investis dans ces commissions.

 

Les divergences n’ont donc pas été traitées dans le cadre prévu.

 

Ont-elles pour autant disparu ? Bien sûr que non ! Elles ont donc persisté sous une autre forme, en l’occurrence les discussions informelles, les rumeurs et les attaques personnelles qui persistent et s’amplifient comme une fuite en avant.

 

Face à ces procédés, la direction provisoire a évoqué ce problème en réunion.

 

Les personnes concernées n’ont pas réussi à se saisir de cette occasion pour modifier leur comportement.

 

Dans le même temps, une section de l’OCFR décidait de poursuivre le processus d’unification tout en se retirant de cette organisation.

 

Les membres de la direction provisoire du processus, ceux originaires de l’OCFR compris, ont donc organisé une réunion exceptionnelle consacrée au problème de comportement.

 

Cette réunion n’a malheureusement pas pu aller à son terme suite à l’indiscipline d’un représentant de l’OCFR.

 

Les problèmes n’ont donc pas pu être résolus et le processus végétait. C’est pourquoi la majorité des membres de la direction provisoire a proposé l’organisation d’une session plénière en présence de tous les membres du processus tandis que l’OCFR voulait une réunion entre organisations excluant donc les autres camarades.

 

La majorité l’a emporté et la réunion plénière s’est donc tenue même si une partie de l’OCFR a préféré boycotter la réunion.

 

Cette réunion plénière a abouti à des résolutions et a ainsi permis de sortir de l’ornière et de relancer le processus d’unification. Suite à cette plénière, il a été demandé à l’OCFR de se prononcer sur les résolutions prises.

 

Il n’y a pas eu de réponses pendant 6 mois.

 

Considérant la situation de crise que subissent les masses populaires et donc le besoin pressant de les organiser autour d’un parti communiste, suffisamment de temps avait déjà été perdu. Il aurait en effet été criminel d’attendre une réponse qui n’est d’ailleurs même pas venue suite au congrès de l’OCFR.

 

Ainsi, malgré toutes nos tentatives de résolution des contradictions et face au peu de motivation de l’OCFR, le processus a continué avec notamment la réorganisation des commissions pour que le débat idéologique se poursuive en vue du congrès d’unification des maoïstes de l’Etat français.

 

Les discussions et échanges de pratiques menées depuis et actuellement renforcent les liens entre les camarades ainsi que l’organisation en train de naître et permettent d’avancer dans la résolution des conflits idéologiques.

 

De son côté, l’OCFR prend désormais comme guide le marxisme léninisme.

 

C’est un renoncement idéologique majeur que nous pensons être une erreur mais nous considérons aussi que l’important est la pratique et c’est elle notamment qui prouvera quelle était la voie juste pour mener le processus révolutionnaire.

 

Enfin, dans le communiqué de l’OCFR, il est question de « méthodes sexistes » que nous aurions utilisées. Contrairement aux marxistes léninistes, nous reconnaissons que les militants des organisations maoïstes sont aussi le produit d’une société sexiste. Ils peuvent en conséquence avoir des attitudes sexistes. Cependant l’organisation est là pour corriger ces comportements et promouvoir des rapports nouveaux entre les hommes et les femmes. Notre organisation a bien conscience de sa tâche en la matière et lutte en ce sens.

 

Néanmoins, il est erroné de prétendre que les problèmes rencontrés par le processus d’unification seraient la conséquence du sexisme.

 

Les calomnies n’y changeront rien.

 

Le processus d’unification des maoïstes de l’Etat français se poursuit. La richesse des Journées de Formation et de Rencontre organisées cet été en a montré la vigueur.

 

Maoïste de l’Etat français, rejoins-nous !

En avant, vers la révolution à travers la guerre populaire prolongée !

 

Bloc Rouge (unification des maoïstes)

Repost 0
Published by drapeau rouge - dans Bloc Rouge oc-futur rouge pc maoïste de france
6 mars 2014 4 06 /03 /mars /2014 17:56
Retour sur la "manifestation" anticoloniale et antiraciste 2014
Samedi dernier aurait dû avoir lieu, à Paris, la traditionnelle manifestation de clôture de la semaine anticoloniale et antiraciste. Mais cette manifestation a été interdite par la préfecture... Un rassemblement s'est quand même tenu place de la République regroupant différentes organisations et individus. 

Le Bloc Rouge était présent et a tenu une table. Le tract L'impérialisme français poursuit sa politique néo-coloniale en Afrique a été distribué. On a également largement discuté de l'hommage à Pierre Overney qui se tenait le lendemain.

Le petit rassemblement tranquille sentait fort la frustration et, lorsque les interventions des différentes organisations ont eu lieu, les organisateurs ont appelés à entreprendre une marche sur la place. 

Les cortèges se sont mis en route, commençant par faire le tour sur la grande place de la République. Arrivés à l'autre bout, la police nous a bloqué la route. Les organisateurs ont annoncé que la police refusait de nous laisser passer et que, pour ne pas mettre en danger les camarades venus d'autres pays, ils resteraient sur la place. 


Les autres groupes sont retournés sur la place, mais, face à la police, le cortège Free Palestine et celui du Bloc Rouge ont continué la marche, aux cris de : "Troupes françaises, hors d'Afrique ! A bas l'impérialisme et ses chiens de garde !", "Palestine vivra, libérez Georges Abdallah !"

Bloqués par les flics en surnombre devant la banque, nous avons tenu un moment, scandant des " Police nationale, milice du capital !", "police partout, justice nulle part", faisant tristement échos à la soirée qui suivi le soir même contre les violences policières et en soutien à Amal Bentounsi.


La place fut alors entièrement encerclée par les robocops et leurs véhicules. Ils resserrèrent tant bien que mal les rangs et nous nous sommes retrouvés à une centaine, cernés par les bleus. 
Après retour avec les organisateurs, on a appris que les flics ne prévoyaient pas de contrôle d'identité, mais juste de nous parquer sur la place illégalement.

Camp de rétention spontané, checkpoint... Les termes fusent ! Et malgré le côté irréel et choquant de cette scène, on se rencontre, on discute, et on chante aussi ! 


Nous avant été séquestrés plus d'une heure sur cette place. Et ce n'est "qu'escortés" par les robocops et poussés sur le chemin du métro qu'on a pu sortir ! 


Drôle de journée... La manifestation anticoloniale et antiraciste qui se tient depuis des années, a du voir un gouvernement de "gauche" pour se voir interdite et enfin réprimée...

S'il fallait encore une preuve que la "gauche" ne vaut pas mieux que la droite nous avons été servis...

Voici l'ambiance de cette journée en photos et vidéos ... (voir également le reportage de Télé Bocal http://youtu.be/hzJ9ynymb7k?t=6m43s )




















































Repost 0
27 octobre 2013 7 27 /10 /octobre /2013 23:55
Rassemblement à Lannemezan : une mobilisation réussie !
Samedi 26 octobre, près de 400 personnes ont manifesté devant la prison de Lannemezan pour la libération de Georges Abdallah. Il est détenu dans les geôles françaises depuis 30 ans, son seul « crime » est son engagement pour la cause palestinienne en tant que résistant communiste Libanais. Bien que le tribunal de Pau l'ait déclaré libérable depuis plus de 10 ans, il demeure l'otage de l'Etat français. Les slogans « Libérons Georges Abdallah, otage de l'impérialisme » et « 30 ans de prison, 30 ans de résistance » furent scandés de part et d'autres du mur de la prison, de même que des slogans en solidarité avec les prisonniers politiques corses et basques. Des camarades sont venuEs montrer leur solidarité des quatre coins de l'Etat français et de Belgique. Le dynamisme du cortège témoigne de la vivacité de la lutte pour sa libération.

Parmi celles d'autres organisations, la déclaration commune de l'OCFR et du PCmF a été lue devant les grilles. Le FRAP est également intervenu.

Continuons le combat et élargissons le soutien pour sa libération immédiate ! 
OCFR - PCmF - FRAP




  • Voir ici le tract commun OCFR-PCmF diffusé à Lannemezan, base de la déclaration devant la prison :  

Georges Ibrahim Abdallah : Liberté pour notre Camarade, otage de l'impérialisme !

  • Intervention du FRAP devant la prison de Lannemezan :
Georges Abdallah
Son combat est celui de tous les opprimés et exploités du monde

Georges Abdallah est un militant communiste dont l’objectif est de construire une société où l’exploitation de l’homme par l’homme n’existera plus, une société où ceux qui produisent les richesses géreront l’économie, fournissant à chacun ce dont il aura besoin.

Il a combattu pour la liberté de son peuple contre l’invasion du Liban par les troupes israéliennes pour les droits du peuple palestinien. Il a combattu en patriote pour son pays et en internationaliste pour le peuple palestinien, comme les français et immigrés de la FTP-MOI ont combattu l’occupant et le régime de Vichy.

C’est la première raison pour laquelle notre peuple peut s’identifier à son combat internationaliste.

Georges Abdallah est l’otage de l’Etat français qui collabore avec les autres impérialistes au Moyen-Orient. Les travailleurs de notre pays sont concernés par ce qui se passe au Moyen-Orient, où l’Etat français pille sans vergogne les peuples de cette région et nombre d’autres pays d’Afrique. Pour ce faire, l’Etat français dépense des milliards d’euros en matériel de guerre, enrichissant les marchands de canons puis les consortiums capitalistes, Bouygues, Bolloré, et ouvre l’accès aux richesses pétrolières et minières. Cela accroit la misère des peuples qui subissent les affres des conséquences de la guerre. Il  divise le peuple en armant des seigneurs de la guerre, en dressant les unes contre les autres les ethnies, les religions, comme au Liban, en Palestine.

Ici, pour faire plus de profit, les capitalistes licencient des centaines, des milliers de travailleurs. Là-bas, dans les pays où ils délocalisent leurs productions, ils surexploitent sans aucun scrupule dans des conditions qui rappellent celles du 19ème siècle.

Mais les travailleurs résistent, comme résiste Georges Abdallah, armé de son idéologie. Pas plus qu’ils ne pourront briser la lutte de classes, la résistance du prolétariat, de la classe ouvrière et des couches populaires, ils ne pourront briser la résistance des peuples du monde contre le système impérialiste. Il suffit de regarder le redéveloppement des luttes en France. Ce sont les ouvriers du Nord qui placent des bonbonnes de gaz sur le toit de leur usine, les chauffeurs routiers et les paysans qui s’opposent à la taxe « écologique », les ouvriers de PSA, les mal-logés, les lycéens qui se dressent contre les mesures  racistes…

C’est en cela que le combat de Georges Abdallah est celui de tous les exploités et opprimés du monde. C’est le combat de tous ceux qui luttent pour la liberté, la justice sociale, le droit des minorités à défendre et combattre pour leurs droits et contre les guerres fratricides. C’est aussi le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, notamment dans les dernières colonies de l’Etat français ou même en son sein, comme ceux, corses ou basques, qui se retrouvent aux côtés de Georges Abdallah dans les prisons.

Il est grand temps que se forme un véritable front anti-impérialiste. Ce front, s’il veut lutter efficacement contre notre propre impérialiste et affaiblir ses positions, doit s’attaquer au système capitaliste en entraînant toutes celles et ceux qui ont intérêt à sa destruction, la classe ouvrière et les larges masses populaires.  C’est en cela que le combat de Georges Abdallah est le nôtre. C’est en cela que la classe ouvrière et les couches populaires sont concernées.

Organisons-nous, faisons front en masse, pour résister et vaincre !































 
Repost 0
14 octobre 2013 1 14 /10 /octobre /2013 11:12
 
Le Bloc Rouge, 
constitué des trois organisations le FRAP, l'OCFR et le PCmF,
sera présent à Lannemezan le 26 octobre pour soutenir Georges Ibrahim Abdallah !
 
TOUS A LANNEMEZAN LE 26 OCTOBRE !!! 
 
 
 
Pour rappel, l'appel du collectif pour la libération de Georges Ibrahim Abdallah :
 
 Liberté pour Georges Abdallah !
30 ans de prison, 30 ans de résistance !

Georges Ibrahim Abdallah, militant communiste libanais âgé de 62 ans, arrêté à Lyon en 1984, a été condamné à la réclusion à perpétuité pour des actions revendiquées par les Fractions Armées Révolutionnaires Libanaises (FARL). Il entrera le 24 octobre 2013 dans sa 30ème année de détention. 
 
C’est un résistant qui a combattu l’invasion israélienne du Liban en 1978. Il a combattu, notamment comme membre du Front Populaire de Libération de la Palestine, contre l'occupation de la Palestine.
 
Il a terminé sa peine de sûreté depuis 1999. Son maintien en captivité est un choix politique de l’État français appuyé par Israël et les États-Unis. A ce sujet, la DST (service secret français) a déclaré en 2007 : « Personnalité emblématique de la lutte anti-sioniste, la libération de Georges Abdallah constituerait sans nul doute, au Liban, un évènement. Il sera probablement fêté comme un héros à son retour dans son pays, mais aussi par différentes mouvances engagées dans la lutte révolutionnaire ».
 
Le rejet de sa huitième demande de libération conditionnelle en avril 2013, après de nombreuses manœuvres politico-judiciaires, montre bien la volonté de ne pas le libérer. Ce qui lui vaut cet acharnement, c'est de rester un militant anti-impérialiste et pro-palestinien implacable et de n'avoir jamais renié ses opinions.
Au Liban, dans le Monde arabe, mais aussi en Europe et dans le reste du monde, la lutte pour sa libération s'amplifie. Car seule une forte mobilisation populaire fera sortir Georges Abdallah de prison. Nous appelons à un rassemblement le plus large possible, le samedi 26 octobre 2013 à 14h à Lannemezan devant la prison où il est enfermé. Pour reprendre ses mots « Ensemble, camarades, nous vaincrons et ce n'est qu'ensemble que nous vaincrons ».


 
Palestine vivra, Palestine vaincra !

Libérez Georges Abdallah !
 

 

Manifestation le 26 octobre 2013
 Rendez-vous à 14 heures devant la gare de Lannemezan
 
Liste des signataires : CLGIA (Collectif pour la Libération de Georges Ibrahim Abdallah), Comité Libérons Georges 33, Collectif Libérons Georges Abdallah PACA, Comité Solidarité Georges Lille, Collectif “Bassin minier”pour la libération de Georges I. Abdallah, Abna Philistine, AFPS Nord-Pas de Calais, AL (Alternative libertaire), Les Amis de Karl Marx, CADH (Commission arabe des droits humains), CAPJPO-EuroPalestine, Coup Pour Coup 31, Égalité (Belgique), Fondation Éva (La Réunion), Fondation Frantz Fanon, FUIQP (Front Uni des Immigrations et des Quartiers Populaire), Génération Palestine, Gers-Palestine, ISM-France (International Solidarity Movement), JERF (Jeunesse Émigrée Réunionnaise en France), Libertat!-Esquèrra revolucionària d'occitània, Comité "Libérez-les!" de soutien aux prisonniers et réfugiés politiques (59-62), OC Futur rouge, OCML-VP (Voie prolétarienne), OCL (Organisation communiste libertaire), OPA 33 (Orchestre poétique d'avant-guerre), Collectif 66 Paix et Justice en Palestine, Collectif Palestine libre (Toulouse), PCF-Grenay, PCF 62, PCmF (PC maoïste de France), PIR (Parti des indigènes de la République), Prisoners’ Family & Friends Association (Belgique), Résistance (Lille), ROCML, SDC (Sortir du colonialisme), Secours rouge (Belgique), SRA (Secours rouge arabe), Commission pour un Secours Rouge International, Comité pour un SRI (Baiona), Stop Apartheid Toulouse...

Le 26 octobre 2013, le Bloc Rouge sera présent pour soutenir Georges Ibrahim Abdallah !
Repost 0

Présentation

  • : Drapeau Rouge, le blog du PC maoïste de France
  • Drapeau Rouge, le blog du PC maoïste de France
  • : Le Drapeau Rouge est le journal et le blog du PC maoïste de France. Communiste,révolutionnaire et internationaliste, le PCmF lutte pour une révolution radicale en direction du communisme !
  • Contact

Evènements

Recherche

Publications

Livres

classiques

 

Brochures

http://www.aht.li/2055598/brochures_pcmf.JPG

Affiches

cpc.jpg

nouveaux combattants