Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juin 2013 1 10 /06 /juin /2013 19:48
Le mariage pour tous et la manif pour tous

NB : Ce texte a été écrit juste avant l’assassinat de Clément Méric par les fascistes. Nous lui rendons ici hommage. Toutes nos pensées vont à sa famille, ses proches et ses Camarades.


Les réactions des politiciens de tous bords appuient le contenu de ce texte avec une « gauche » qui demande la dissolution des groupes fascistes, inefficace si le fond du problème n’est pas traité donc porteuse, encore une fois, d’illusions et qui multiplie les manœuvres pour récupérer les rassemblements antifascistes à des fins électorales en affichant un antifascisme de façade ; une droite qui réclame la dissolution des groupes d’extrême droite et d’extrême-gauche cherchant par-là à institutionnaliser le racisme, la xénophobie et les germes fascistes qu’elle porte en elle ; une extrême-droite qui va se réorganiser en fonction de son rapport à l’Etat.


Le fascisme c’est la dictature la plus brutale du Capital ! Seule la lutte révolutionnaire nous permettra de l’écraser !

 

La loi pour le mariage pour tous a développé une nouvelle situation en France. Nous allons voir ici différents aspects du processus déclenché par la mise en œuvre de cette loi, en commençant par la question de fond que pose cette loi.


La société patriarcale et la famille


Nous, communistes, luttons contre le patriarcat qui est lié au mode d’organisation de la société et donc à sa base économique qui est aujourd’hui le capitalisme.


Le patriarcat est issu de la division du travail dans la société, notamment de la question de la reproduction de la force de travail. Avec le développement de la production, et particulièrement la séparation de l’agriculture et de l’élevage, les femmes ont alors été cantonnées aux activités de reproduction de la force de travail et de toutes les tâches que cela implique : élever les enfants, s’occuper du foyer et éventuellement quelques tâches de production mineures. Les hommes, eux, se sont occupés des tâches de production majeures : agriculture, manufacture, etc.


Même avec l’entrée massive des femmes dans le « monde du travail », cette division se perpétue : 80% des tâches ménagères sont assurées par les femmes selon les dernières statistiques et elles ont une place inférieure par rapport aux hommes au niveau des postes à responsabilité, du salaire, de la stabilité de l’emploi.


Le capitalisme a toujours pour base le patriarcat et la fonction de base de la famille est la reproduction de la force de travail, tâche que les femmes doivent prioritairement assumer.
Ainsi, pour les réactionnaires, la question de l’homosexualité est inenvisageable car, au-delà de la question morale,  elle est contraire à la famille comme base de reproduction de la force de travail inhérente au capitalisme.


La loi pour le mariage pour tous : une mesure à double aspect


La loi pour le mariage pour tous est une mesure progressiste concernant la possibilité qu’elle offre aux couples homosexuels et lesbiens de pouvoir se marier et d’avoir le statut juridique correspondant à leur vie quotidienne au même titre que les couples hétérosexuels. La loi encadre un état de fait de notre société actuelle : la famille prend des formes diverses, n’a plus comme base unique un couple hétérosexuel. Elle répond donc au besoin de nombreux couples homosexuels et lesbiens de pouvoir bénéficier des mêmes droits que les couples hétérosexuels. Cette loi est donc progressiste.


Si c’est une avancée certaine, elle est toutefois limitée car elle ne remet pas en cause la société patriarcale dans son entier.


Mais surtout, en faisant traîner le processus et en mettant l’accent sur cette mesure, le gouvernement Hollande a tenté de faire oublier son incapacité à résoudre la crise et à agir concrètement en faveur de l’emploi, du pouvoir d’achat, du logement, etc. Si le PS avait pu créer l’illusion chez certaines personnes que la situation allait s’améliorer une fois qu’il serait au gouvernement, elle est vite retombée, à peine un an après son arrivée au pouvoir.


Incapable de poser les questions de fond relatives à la crise, le PS essaye de sauver sa position tant bien que mal. Incapable d’améliorer ne serait-ce qu’un petit peu les conditions de vie des masses, le PS essaye de s’en sortir avec des mesures sociétales. Cette incapacité du PS à régler les questions des conditions de vie des masses n’est pas liée à sa volonté propre mais bien au fait que sans remettre en cause le système capitaliste, sans s’y attaquer et sans poser la question du Pouvoir en termes de classes, aucun parti ne peut agir en faveur des masses populaires.


Ainsi, depuis son arrivée au pouvoir, le PS a développé une situation favorable à la réorganisation et l’expansion de la droite et l’extrême droite.


La manif pour tous, outil de masse de la droite élargie


Les réactionnaires de tout acabit se sont basés sur la situation développée par la « gauche » au pouvoir pour taper un grand coup. En défenseurs de l’ordre établi ou en défenseurs d’un retour en arrière, les réactionnaires se sont saisis de la question du mariage pour tous et en ont fait leur cheval de bataille. La problématique en elle-même est moins importante pour eux que les fruits politiques et organisationnels qu’ils peuvent en tirer. Il faut noter que cela faisait des années qu’il n’y avait pas eu une mobilisation réactionnaire de masse aussi importante.


La manif pour tous a été un outil de masse que la droite élargie a utilisé jusqu’au bout de ses possibilités mobilisatrices, poussant les contradictions au sein de la droite et de l’extrême droite. Cela a été très clair lors de la dernière manif pour tous le 26 mai 2013. Certains à droite se sont positionnés contre la participation même à la manifestation, d’autres à l’extrême droite se sont saisis de cette dernière opportunité pour faire le coup de force, pour montrer qu’ils avaient une capacité (même limitée) à affronter l’Etat directement.


Ces contradictions posent les conditions pour la réorganisation de la droite dans notre pays. Des ponts ont été bâtis, des liens se sont développés et il y a tout à parier que le processus de regroupement va se poursuivre.


Ouvrir la voie


Que faire dans cette situation où :

 

  • Les réformistes n’offrent comme issue à la lutte de classe que le parlementarisme. Or, le parlementarisme est un marais dans lequel on s’embourbe et qui ne peut être un outil à la transformation révolutionnaire de la société.
  •  
  • La soi-disant « gauche » continue à servir les intérêts de la bourgeoisie en poursuivant la destruction des conquêtes sociales que la classe ouvrière a obtenu par la lutte et au prix du sang.
  •  
  • La droite traditionnelle propose de donner encore plus de libertés à ceux qui ont déjà les rênes de la société entre les mains : la bourgeoisie. Cela ne fera qu’augmenter le degré d’exploitation des travailleurs et travailleuses.
  •  
  • L’extrême droite en réorganisation prétend s’opposer au système et ne propose que des solutions ultraréactionnaires, divisant les travailleurs et travailleuses entre eux pour au final assoir la domination du capital financier le plus réactionnaire de la manière la plus brutale.


Face à cette situation, pas de solutions miracles mais une ligne à suivre. Celle qui prend pour base les expériences historiques de la lutte révolutionnaire du prolétariat ayant développé une idéologie cohérente : le marxisme-léninisme-maoïsme. C’est notre première arme. Elle pose à la lutte de classe un objectif très clair : la prise du pouvoir, tout le pouvoir, par le prolétariat, c'est-à-dire l’ensemble des travailleurs et travailleuses, avec en tête la classe ouvrière.


Pour cette prise du pouvoir, elle fixe comme tâches principales le développement en tout premier lieu du Parti Communiste capable de diriger la lutte de classe, d’un Front Uni rassemblant les larges masses et agissant dans toutes les couches de la société susceptibles d’être ralliées à la révolution, d’une force combattive capable de défendre les conquêtes de la lutte et de lutter efficacement contre l’appareil d’Etat jusqu’à la prise du pouvoir et la défense de celui édifié par le prolétariat.


La prise du pouvoir a pour tâche de construire une société dans laquelle les outils de production ne seront plus propriété privée mais propriété de la société tout entière, où le droit au travail ne sera pas un mot couché sur le papier mais un fait réel, où l’accès au logement sera garanti par la réquisition massive des logements vides et la construction de logements neufs accessibles à toutes et tous, où, en définitive, la société sera organisée par et pour l’ensemble des travailleurs et travailleuses en opposition aux intérêts de l’ensemble des réactionnaires.


Cette ligne est celle que nous suivons et suivrons et c’est sur cette base solide que nous devons poursuivre le processus d’unité des communistes et des masses qui permettra aux exploités d’aujourd’hui de prendre en main l’ensemble de la société demain.


Contre les réactionnaires, unité populaire !


Développons les outils de notre classe !


En avant vers la révolution prolétarienne !


PC maoïste de France

 

Partager cet article

Repost 0

Présentation

  • : Drapeau Rouge, le blog du PC maoïste de France
  • Drapeau Rouge, le blog du PC maoïste de France
  • : Le Drapeau Rouge est le journal et le blog du PC maoïste de France. Communiste,révolutionnaire et internationaliste, le PCmF lutte pour une révolution radicale en direction du communisme !
  • Contact

Evènements

Recherche

Publications

Livres

classiques

 

Brochures

http://www.aht.li/2055598/brochures_pcmf.JPG

Affiches

cpc.jpg

nouveaux combattants