Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 février 2009 1 09 /02 /février /2009 12:00

COLLEGES, LYCEES, UNIVERSITES : LA RESTRUCTURATION DE L’EDUCATION NATIONALE SE POURSUIT AFIN DE LA METTRE AU SERVICE DU CAPITAL FINANCIER


La restructuration de l’Université par la loi dite d’autonomie, livre à terme l’Université au capital privé. Les enseignements imposés par le patronat le sont en fonction de leurs besoins immédiats ou de leurs projets futurs. Le renforcement du pouvoir du Président d’Université est celui d’un véritable chef d’entreprise sous traitant du capital financier et de ses firmes. Le contenu des enseignements littéraires, de sciences humaines sont restructurés pour les mettre au service de la gestion « intelligente » du personnel, de la psychologie de masse d’un fascisme qui ne dit pas son nom, le « fascisme moderne », pour vider de tout contenu critique les sciences humaines (économie politique, anthropologie, sociologie) et les mettre au service du capital. Non seulement l’Etat veut réformer les structures, mais aussi le contenu de l’enseignement et former les professeurs pour qu’ils deviennent des instruments dociles entre les mains du capital.


La restructuration de l’enseignement primaire et secondaire (11200 postes supprimés rien que pour 2008, 80000 sur plusieurs années) est un autre pas pour mettre l’Education Nationale au service du patronat. Il s’agit non pas d’un simple plan budgétaire comme voudrait le faire croire le gouvernement mais une augmentation de la charge de travail pour les professeurs, mais aussi ce qu’ont bien compris les élèves, l’abaissement de la qualité de l’enseignement, l’élimination rapide des élèves les plus faibles et mêmes les élèves moyens et la sélection d’une élite, car les professeurs ne pourront pas s’occuper de tous les élèves. Comme pour les Universités, il va se produire une différenciation accélérée entre bons et mauvais collèges, entre bons et mauvais lycées, la privatisation de fait par l’évasion vers les collèges et lycées privées des enfants des familles qui peuvent payer.


Ces restructurations s’inscrivent dans la restructuration générale du capitalisme dans notre pays, en Europe et à l’échelle mondiale. La crise qui s’approfondit avec la récession mondiale, provoque un chômage massif, les salaires en baisse ou bloqués, les congés forcés, la hausse des prix alimentaires, l’augmentation de la malnutrition et de la famine, la hausse des loyers, le blocage du crédit pour se loger augmente le nombre de sans-logis, sans compter la pollution dûe au développement parasitaire, au caractère anarchique de la production capitaliste. Comme la colère, la contestation s’amplifie, la révolte couve sous les cendres. L’Etat devient de plus en plus un Etat policier, la répression s’abat sur les jeunes en tout premier lieu, sur les syndicalistes etc. Les immigrés sans-papiers se trouvent dans un état de peur permanente, certains vont jusqu’à se suicider pour ne pas être expulsé. Ils traitent tout opposant au système de terroriste Comment cette situation est-elle possible dans le pays de la Révolution française, de la Commune de Paris, du Front Populaire et de Mai 1968 ?


La résistance s’amplifie malgré l’esprit de conciliation des partis censés représenter le prolétariat et les couches populaires. Ils sont devenus les « partenaires sociaux » du gouvernement. Quand ils prennent la relève de la droite, ils font des promesses, mais comme ils sont les adeptes de l’économie de marché, ils ne les tiennent pas. Ils ont abandonné toute perspective révolutionnaire. Ils refusent de généraliser les grèves, d’en faire un véritable mouvement d’ensemble quand l’occasion s’en présente comme durant la grande grève de plusieurs mois de l’Education Nationale, il y a plusieurs années.


De part le monde, la révolte s’amplifie malgré la répression et le sabotage des luttes par les réformistes de tout poil ; là les révoltes de la faim, ici des grèves dans tous les secteurs, là-bas des guerres populaires dirigées par les maoïstes (Népal, Inde, Bengladesh, Pérou, Turquie, Philippines), ailleurs des luttes de libération nationale comme en Palestine, Irak etc.


Un autre monde est possible mais il faut chasser la bourgeoisie du pouvoir pour le réaliser. Pour cela il faut une perspective révolutionnaire, un véritable parti communiste qui n’a pas abandonné les principes révolutionnaires, un parti qui aide le prolétariat et les masses populaires à se regrouper dans des comités unitaires de lutte dans les entreprises, dans des comités populaires de quartiers pour former un vaste front unique, puis se donner les instruments pour s’opposer à la répression.. A l’Université il faut former des comités unitaires de lutte regroupant professeurs, chercheurs, ATOS et étudiants, établir des liens avec les entreprises du secteur et avec les habitants des quartiers.


Parti Communiste maoïste de France

Partager cet article

Repost 0
Published by drapeau rouge - dans Tracts du PCmF

Présentation

  • : Drapeau Rouge, le blog du PC maoïste de France
  • Drapeau Rouge, le blog du PC maoïste de France
  • : Le Drapeau Rouge est le journal et le blog du PC maoïste de France. Communiste,révolutionnaire et internationaliste, le PCmF lutte pour une révolution radicale en direction du communisme !
  • Contact

Evènements

Recherche

Publications

Livres

classiques

 

Brochures

http://www.aht.li/2055598/brochures_pcmf.JPG

Affiches

cpc.jpg

nouveaux combattants