Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mai 2008 2 13 /05 /mai /2008 16:16

 

 

Les dirigeants syndicaux craignent que les grèves s’installent dans le temps et dans l’espace. Dès avant le début de la grève, le 14 novembre, Bernard Thibault (secrétaire général de la CGT) a proposé d’ouvrir une « négociation avec les directions d’entreprises et les représentant de l’Etat sur chacun des régimes spéciaux ». Claude Guéant déclarait : « Bernard Thibault a fait en sorte que la crise puisse se dénouer dès le premier jour du conflit ». Le lendemain François Chérèque  déclarait : « Nous avons tous les éléments pour suspendre la grève la grève à la SNCF ». Didier le Reste (secrétaire général de la CGT-Cheminots) plus prudent déclarait que la proposition du gouvernement contenait « des éléments nouveaux » mais que  « Il appartient aux salariés concernés  d’en débattre et de décider ».

A la SNCF la présidente Anne-Marie Idrac pour désamorcer le mouvement a présenté 14 propositions dont : « mettre un terme définitif à la clause de mise à la retraite d’office à partir du 1er Juillet 2008 », ce qui entre « dans le cadre de l’allongement de la durée d’activité ».

A la RATP, la CFDT, la CFE-CGC, l’UNSA et les indépendants et la direction ont proposé de compenser l’allongement de la retraite, par des échelons supplémentaires sur la grille des salaires, avantages familiaux et conjugaux, compléments de retraite, l’intégration de temps partiel.

A EDF et GDF « négociations sur les salaires ».

Mais les cheminots CGT à Marseille, ont reconduit la grève à l’unanimité car « Il faut négocier tout de suite et non pendant un mois, pendant qu’on a le rapport de force » « c’est la base qui décide du mouvement ».  Idem à Villeneuve St. Georges, Rouen. A la Gare d’Austerlitz, certains voudraient des « assemblées générales avec les étudiants ». A la Gare de Lyon les grévistes dénoncent les médias qui parlent de « de sabotages, de prise d’otages. On nous criminalise. Bientôt, on dira « terroristes », un gréviste constate : « Aujourd’hui il y a la droite bling-bling, la gauche caviar, et la gauche saucisson ». Le 17 novembre les grèves se prolongent, il faut tenir jusqu’à la manif des fonctionnaires du 20 novembre, auquel doivent participer les étudiants en grève dont le mouvement s’étend tous les jours et gagne même un certain nombre de lycées.

Beaucoup de sections CGT et Sud-Rail à la SNCF et à la RATP ont maintenu la grève jusqu’au 20 novembre date de la manifestation des fonctionnaires, mais faute d’un grève reconductible de la fonction publique, le mouvement des travailleurs des régimes spéciaux a du être arrêté, en précisant qu’ils se remettraient en grève si aucun accord correct n’était pas conclu avant la fin de l’année.

Les directions syndicales portent une lourde responsabilité dans le saucissonnage des grèves, catégories par catégories, par des journées d’action sans lendemain qui épuisent économiquement, mais surtout idéologiquement et moralement les grévistes qui subissent défaite après défaite, recul après recul. Aussi des tentatives de regroupement de syndicalistes de lutte de classe se développent. Les comités de grève se mettent en place regroupant syndiqués et non syndiqués, mais le poids des centrales faute de perspectives demeure, fautes de forces suffisantes se battant sur des positions de lutte de classe. Les comités de grève, les assemblées générales ne durent que le temps d’une grève. La conciliation de plus est de plus en plus forte, la collusion plus importante.  La bourgeoisie peut poursuivre la restructuration de son appareil économique, de son appareil d’Etat, établir des lois de plus en plus répressives Cette collusion plus ou moins importante avec l’appareil d’Etat, la gestion de l’Etat capitaliste par la gauche et la droite en alternance permet à la bourgeoisie de développer un fascisme rampant de type nouveau, le fascisme moderne. La bourgeoisie peut poursuivre la restructuration de son appareil économique, de son appareil d’Etat, établir des lois de plus en plus répressives. L’Etat devient de plus en plus policier.

La liquidation de la lutte des travailleurs, la liquidation du caractère de classe des organisations censés représenter les travailleurs, rendent de plus en plus nécessaire la restructuration nécessaire du mouvement ouvrier, tant sur le plan politique, que sur le plan syndical car les vieilles structures ne correspondent plus aux nécessités de la lutte des classes. C’est sur la base de l’Unité basé sur la lutte intransigeante contre l’exploitation et l’oppression de plus en plus fortes que peut et doit se réorganiser le mouvement ouvrier.

Partager cet article

Repost 0
Published by drapeau rouge - dans Lutte de classe

Présentation

  • : Drapeau Rouge, le blog du PC maoïste de France
  • Drapeau Rouge, le blog du PC maoïste de France
  • : Le Drapeau Rouge est le journal et le blog du PC maoïste de France. Communiste,révolutionnaire et internationaliste, le PCmF lutte pour une révolution radicale en direction du communisme !
  • Contact

Evènements

Recherche

Publications

Livres

classiques

 

Brochures

http://www.aht.li/2055598/brochures_pcmf.JPG

Affiches

cpc.jpg

nouveaux combattants