Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mars 2008 6 15 /03 /mars /2008 18:28

 

undefined

Premier point :
La question du front ne peut être résolue que par le regroupement des éléments les plus résolus du prolétariat dans le parti de type nouveau, le Parti Communiste maoïste et non le contraire, de la constitution du Front qui ferait naître le Parti.
Deuxième point :
Nous savons depuis Lénine que tout mouvement de libération nationale qui n’est pas dirigé par le prolétariat finit par passer des accords avec l’impérialisme.
Nous savons que le parti communiste même sous sa forme la plus embryonnaire doit conserver son indépendance de classe, soutenir seulement les aspects justes de la lutte et combattre les positions erronées de la bourgeoisie nationale, n’accorder son appui-critique qu’à la seule condition que le prolétariat puisse s’organiser et défendre les intérêts des masses populaires, droit à s’organiser en parti, syndicats, comités etc..
L’alliance des communistes avec la bourgeoisie nationale ne peut être que temporaire et l’histoire nous montre de multiples exemples de la faillite du concept selon lequel « qu’importe la direction du moment qu’elle lutte contre l’impérialisme. » Cette position met de côté la poursuite de cette lutte qui suppose bien sûr une direction prolétarienne pour défendre jusqu’au bout les intérêts des masses populaires de la ville et de la campagne.
Seules les luttes dirigées par le parti, permettront de rompre avec l’impérialisme jusqu’au bout, ce sera le cas en Chine, au Vietnam et partout où le parti dirigea le mouvement de libération nationale et l’a conduit à la conquête du pouvoir dans tout le pays. Cela ne veut pas dire que les communistes ne puissent pas soutenir un mouvement de libération nationale ou participer à un front de libération nationale qui ne soit pas dirigé par eux, bien entendu en conservant leur indépendance politique.
Au niveau international le soutien des communistes doit être de même nature, tout en encourageant la lutte contre l’impérialisme, ils doivent aider à la formation du noyau communiste (maoïste) et l’appuyer, c’est la tâche internationaliste principale.
Soutenir le mouvement sans apporter l’analyse marxiste-léniniste-maoïste permettant sa progression, c’est du suivisme, de l’opportunisme en politique. Nous avons dénoncé une telle conception de l’internationalisme et avons tracé une ligne de démarcation entre les opportunistes et nous sur cette question.
La priorité est de construire le parti qui lui-même génèrera ses organisations.
Le parti se construit en participant aux luttes des masses en menant la lutte idéologique pour faire progresser les éléments avancés, les rallier au parti.
Si la lutte de libération nationale est dirigée par la bourgeoisie et débouche par la prise du pouvoir par cette dernière, alors la situation change complètement, le parti doit lutter alors directement contre la bourgeoisie compradore-bureaucratique qui se forme dans les pays opprimés et l’impérialisme avec qui cette bourgeoisie passe des accords.
Dans les pays comme la Pologne, la Lituanie, la Lettonie, la Hongrie, la Tchéquie, la Slovaquie, la Slovénie l’Estonie, l’Ukraine, en URSS puis Chine, le révisionnisme a donné naissance a une nouvelle bourgeoisie qui s’est formée dans les années 50-60 et a fini par renverser la dictature du prolétariat et restaurer le capitaliste sur toute la ligne.
L’impérialisme a attisé les contradictions ethniques pour amener à l’éclatement de l’ex-URSS, qui s’est réalisé de façon « pacifique », sauf en Tchéchènie où l’impérialisme américain a des visées économiques (contrôle du passage du pétrole), d’une part et refus de l’actuelle Russie qui ne veut pas se laisser démanteler par les impérialistes concurrents.
En-Yougoslavie, le démantèlement qui a sa source dans la politique autogestionnaire de Tito à l’intérieur et ses liens, sa dépendance avec l’impérialisme pour l’extérieur, a été et est encore une lutte inter-impérialiste, chaque pays impérialistes s’appuyant sur les bourgeoisies nationales issues du sérail révisionniste yougoslave. Le Kosovo est le dernier maillon menant au démantèlement complet. Au Kosovo, la politique de répression nationale déjà existante sous Tito a été accentué par Milosevic qui a enlevé le statut de République à cette région et a réprimé les opposants. Chaque bourgeoisie nationale a opéré le nettoyage ethnique. Au Kosovo cette politique a renforcé la résistance et l’UCK, soutenu par les impérialistes USA en tête. En mesure de représailles, l’OTAN bras armé des impérialistes a bombardé la Yougoslavie, causant des centaines, voire des milliers de morts, détruisant l’infrastructure du pays. Aujourd’hui les troupes impérialistes occupent le Kosovo pendant que l’UCK tente de pousser les Serbes du Kosovo à partir.
Ces luttes de libération nationale dirigée par la bourgeoisie nationale, la constitution d’Etats capitalistes liés aux grandes puissances impérialistes candidates à l’entrée dans l’Europe n’ont réglé aucun problème pour les peuples qui n’ont obtenu que souffrances, ruines, massacres et morts comme libération. Aujourd’hui ils font partie de l’UE ou vont en faire partie, le chômage est massif, les retraites ne sont pas versées, le droit au logement, aux soins gratuits, n’existent plus, les familles doivent émigrer.Ce qui confirme, la thèse de Lénine et de Mao que si la lutte de libération nationale est dirigée par la bourgeoisie, le compromis avec l’impérialisme est inévitable et la bourgeoisie consolide son pouvoir et exploite et opprime le prolétariat, alors que quand le prolétariat dirige cette lutte comme cela avait été le cas en Chine, alors le processus révolutionnaire sans interruption se poursuit, la seconde phase étant la révolution socialiste..
C’est pourquoi dans tous les cas, à l’époque ou les restructurations au niveau mondial atteignent un niveau sans précédent où les coalitions capitalistes impérialistes se renforcent au niveau mondial et au niveau européen en ce qui nous concerne directement, le principal est la lutte de classe, la lutte de libération nationale revêt un caractère second dans la lutte générale du prolétariat pour toutes les nations et pour l’Union de toutes les nations au sein de la république universelle des soviets.
Nous sommes pour le droit à l’autodétermination des nations, mais nous préférons l’Unité des nations. Nous savons que cette union ne peut exister tant que persistera le capitalisme, car c’est justement le capitalisme qui perpétue la division des nations, comme il perpétue la division de la société en classes. Il est certain que dans une première phase de la lutte du prolétariat, cette lutte revêt un caractère national, pour autant le mot d’ordre « Prolétaires de tous les pays, unissez-vous » est le mot d’ordre plus que jamais valable pour les prolétaires du monde entier.
 
A BAS LES PREPARATIFS DE GUERRE DES PUISSANCES IMPERIALISTES
 
Après la liquidation du camp socialiste liquidé par les révisionnistes modernes, la bataille était en gagée pour un nouveau repartage du monde.
La première phase a été la pénétration de l’ex camp du révisionnisme moderne à savoir la nouvelle Russie, et surtout les ex-pays de l’Est par les puissances occidentales.
La deuxième phase l’ouverture de la Chine au capitalisme avec une main d’œuvre très bon marché quasiment sans droit, une élite scientifique et technique  formée du temps du communisme, et des cadres envoyés se former au marketing aux USA allaient y attirer les capitaux étrangers et aider la constitution du capitalisme chinois.
La troisième phase a été l’émergence de deux nouvelles grandes puissances capitalistes, la Russie et la Chine, pendant que les pays d’Europe tentent de coordonner leurs moyens d’intervention tout en se faisant une concurrence acharnée. L’UE n’a pas de véritable autonomie vis-à-vis des USA, n’ayant pas une puissance militaire suffisante pour prétendre à l’hégémonie. Aujourd’hui il y a une super puissance impérialiste, les USA, et deux puissances visant à conquérir l’hégémonie, la Russie et la Chine. La constitution d’un marché unique sur toute la planète a accentué le déséquilibre entre pays riches et pays pauvres. L’impérialisme chinois naissant est un nouveau concurrent en Afrique, en Amérique du Sud.
En Amérique du Sud, la social-démocratie et le populisme de gauche prétendent pouvoir améliorer le sort des millions de pauvres de cette région, sans toucher au système capitalisme lui-même, au Vénézuela qui dispose de gisements de pétrole, le sort des plus pauvres est amélioré, mais c’est l’oligarchie liée au pétrole qui s’enrichie. En Argentine, le secteur coopératif est limité et le populisme péroniste encadre les « sans chemise », comme du temps de Péron, malgré l’appui d’une partie des masses, la situation économique des masses changent peu.
En Afrique la répression sévit tandis que la misère grandit pendant que les dirigeants politiques, la bourgeoisie compradore et bureaucratique se remplissent plus pu moins les poches si leurs pays occupent une position stratégique ou possèdent des matières premières (mines, pétrole, exploitations forestières etc. 
Les puissances impérialistes d’Occident, la Russie et la Chine mènent une guerre acharnée, recourant aux intrigues, soutenant un clan politique contre un autre, aiguisant les rivalités ethniques, religieuses, de couleurs etc. Ce qui provoquent constamment des guerres civiles, des massacres, des génocides.
Cette lutte pacifiste en apparence entre les puissances impérialistes, n’est que temporaire car leur rivalité ne peut que s’aiguiser et conduira inévitablement à une guerre mondiale de repartage. « L’impérialisme c’est la guerre ». Comme le disait Mao Zedong : « Ou bien la guerre impérialiste provoque la Révolution ou bienla Révolution conjure la guerre ».
La généralisation des guerres populaires dirigées par les partis communistes maoïstes, la résistance des peuples peuvent en se combinant conjurer une IIIème guerre mondiale.

Partager cet article

Repost 0
Published by drapeau rouge - dans Anti impérialisme

Présentation

  • : Drapeau Rouge, le blog du PC maoïste de France
  • Drapeau Rouge, le blog du PC maoïste de France
  • : Le Drapeau Rouge est le journal et le blog du PC maoïste de France. Communiste,révolutionnaire et internationaliste, le PCmF lutte pour une révolution radicale en direction du communisme !
  • Contact

Evènements

Recherche

Publications

Livres

classiques

 

Brochures

http://www.aht.li/2055598/brochures_pcmf.JPG

Affiches

cpc.jpg

nouveaux combattants