Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mars 2008 6 15 /03 /mars /2008 16:02

414px-Hammer_and_sickle_svg.png


PREMIER MAI 2006 : APPEL DES MAOISTES
 
DE LA REVOLTE DES BANLIEUES ET CONTRE LE CPE..
A LA REVOLUTION PROLETARIENNE
CONTRE LE FASCISME MODERNE
 
            En France, au cœur des pays impérialistes, la révolte des banlieues a soulevé la chape de plomb qui pesait sur la jeunesse des quartiers populaires.
            Elle a été suivie par la lutte des étudiants contre le CPE. Partie de Rennes II, cette lutte a gagné la quasi-totalité des Universités françaises, puis les lycées. Ce mouvement soutenu par 70% de la population a réussi à faire reculer un gouvernement qui continue néanmoins à manœuvrer pour faire passer une loi-bidon qui ne réglera aucun problème. Les directions syndicales, d’habitude divisées, ont été obligées de faire front commun pour ne pas se couper d’une base qui proteste de plus en plus contre la valse-hésitation des uns, la collaboration ouverte des autres et l’accompagnement généralisé des mesures prises par l’Etat bourgeois. Ils ne remettent pas en cause de telles mesures qu’ils pensent perfectibles. La gauche au pouvoir a montré son incapacité à résoudre cette contradiction. La gauche et quasiment toute l’extrême gauche officielle ont appelé à voter Chirac dans un contexte où au premier tour Chirac avait obtenu 10 millions de voix et Le Pen seulement 6.  Chirac a finalement été élu avec 82% des votants (70%).
            Les idées de le Pen ont continué à faire leur chemin (lepénisation des esprits). Nous sommes en face de la montée d’une nouvelle forme de fascisme que nous appelons le FASCISME MODERNE. Aujourd’hui la bourgeoisie dans le monde entier a besoin du fascisme pour assurer sa domination. L’Etat bourgeois sait s’adapter aux nouvelles situations et passer de la « démocratie » au fascisme en procédant par petites touches, sans qu’il lui soit nécessaire de détruire toutes les organisations ouvrières et populaires (partis, syndicats, associations), d’autant plus que leurs directions ont fini par plier devant le capitalisme et répandre au sein du prolétariat l’idée que nous étions dans une nouvelle situation et qu’il fallait « s’adapter ». Après la liquidation des pays socialistes, ils cherchent une troisième voie qui n’existe pas. Ils sont devenus des « partenaires sociaux » avec qui la bourgeoisie passe des accords pour éviter tout débordement, tout véritable mouvement d’ensemble qui pourrait mettre en cause l’essence même du système et se donnerait les moyens de le renverser et de le détruire de fond en combles par la méthode révolutionnaire.
            En Italie, c’est Berlusconi qui a mis en place le FASCISME MODERNE et l’ETAT POLICIER qui agit à visage ouvert depuis les manifestations de Gênes. Prodi lui succède c’est l’alternance de gauche dans le même système d’exploitation.
            Le fascisme moderne n’est pas seulement l’intégration corporatiste des partenaires sociaux; il se doit aussi d’organiser la militarisation de la société et il tente de dresser une partie des masses contre une autre, en incitant par exemple à la délation.
A l’extérieur, sous prétexte de la lutte contre le « terrorisme », il pratique l’interventionnisme pour défendre ses intérêts, comme en Irak (demain peut-être en Iran). Il soutient les pires régimes réactionnaires et fascistes comme le régime fasciste turc qui massacre les révolutionnaires et les masses en révolte 
            Dans les pays impérialistes, les masses résistent à l’appareil d’Etat bourgeois et à ses forces répressives. Elles rejettent les théories opportunistes en faveur de la paix sociale, alors que la bourgeoisie poursuit sa guerre contre le prolétariat et les masses populaires, tant dans le domaine économique que dans celui de la répression multiforme. Le fascisme moderne, c’est aussi l’Etat policier : comme le disent les jeunes et les moins jeunes : « POLICE PARTOUT, JUSTICE NULLE PART ».
            Dans le monde entier c’est l’exploitation sans limite, la répression insidieuse ou directe et brutale. Mais c’est aussi la révolte des peuples contre l’impérialisme, comme celle du peuple palestinien ; c’est aussi la GUERRE POPULAIRE qui s’étend sous la direction des partis marxistes-léninistes-maoïstes du Pérou, du Népal, de Turquie-Nord-Kurdistan. C’est aussi la lutte armée dirigée par le Parti Communiste maoïste de l’Inde, ou celui des Philippines.
            Dans les pays impérialistes comme la France, l’Italie ou dans les autres pays impérialistes d’Europe et d’Amérique, il s’agit de construire et de renforcer le Parti Communiste Maoïste pour voler de victoire en victoire, et passer de la révolte à la révolution prolétarienne.
            VIVE LA REVOLTE DES BANLIEUES, DES ETUDIANTS, DES LYCEENS, DE LA CLASSE OUVRIERE, DU PROLETARIAT ET DES MASSES POPULAIRES !
            DANS LES USINES ET BUREAUX, DANS LES QUARTIERS UNISSONS NOUS CONTRE LE FASCISME MODERNE L’ETAT POLICIER !
            A BAS LE REFORMISME, LE REVISIONNISME, VIVE LE MARXISME-LENINISME-MAOISME !
 
Parti Communiste Maoïste (France)
            Paris le 1er Mai 2006                                                                                                    

Partager cet article

Repost 0
Published by drapeau rouge - dans Tracts du PCmF

Présentation

  • : Drapeau Rouge, le blog du PC maoïste de France
  • Drapeau Rouge, le blog du PC maoïste de France
  • : Le Drapeau Rouge est le journal et le blog du PC maoïste de France. Communiste,révolutionnaire et internationaliste, le PCmF lutte pour une révolution radicale en direction du communisme !
  • Contact

Evènements

Recherche

Publications

Livres

classiques

 

Brochures

http://www.aht.li/2055598/brochures_pcmf.JPG

Affiches

cpc.jpg

nouveaux combattants