Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 octobre 2014 4 16 /10 /octobre /2014 18:46
Le gouvernement de la bourgeoisie continue à nous faire payer la crise ! Développons l’Unité des travailleurs et travailleuses !

La crise économique est une occasion extraordinaire pour la bourgeoisie de réorganiser sa production pour tirer de meilleurs profits et pour attaquer plus encore les conquêtes de la classe ouvrière et des masses populaires. Le gouvernement de « gauche » suit exactement cette direction.

 

Avec le Pacte de Responsabilité, le patronat bénéficie de 36 Mds d’euros d’exonérations (dont près de 20 Mds qui n’iront pas dans les caisses de la Sécurité Sociale) en plus des 172 Mds d’euros d’aides publiques de toutes sortes ; et un crédit d’impôts de 41 Mds d’euros pour la « compétitivité et l’emploi » (!). En 10 ans, le patronat a bénéficié de 220 Mds d’euros d’exonérations de cotisations sociales. D’autre part, le gouvernement a annoncé 50 Mds de coupes budgétaires dont 10 Mds pour les Assurances Maladies.

 

Les conséquences de ces mesures sont la réduction du congé parental, la baisse drastique de la prime à la naissance à partir du 2ème enfant, la fermeture de centres de soins et d’accueil, l’accès aux soins dans les hôpitaux publics diminué. Bref, encore des attaques dont les familles les moins aisées vont souffrir, notamment les familles monoparentales (dans 85% des cas, une mère avec ses enfants) qui sont déjà dans une situation plus que difficile au niveau de l’emploi, des revenus, du logement, etc.

 

Les différents plans du gouvernement ne sont que des cadeaux à la bourgeoisie et des attaques contre la classe ouvrière et les masses populaires. Dans notre pays, plus qu’ébola, nous faisons face à une épidémie de chômage, de fermetures d’usines, d’augmentation des prix, de baisse du pouvoir d’achat, de diminution des retraites, etc. On doit toujours aller de plus en plus loin pour trouver du travail, voir déménager, ce qui augmente nos dépenses.

 

La politique des gouvernements successifs a eu pour conséquences le rejet massif de la politique des partis de droite et de gauche, la montée du FN et de l’idéologie fasciste, raciste, anticommuniste, antisyndicale sous le masque d’un populisme anticapitaliste, un mensonge qui s’ajoute à ceux de la droite et des sociaux-traîtres.

 

Les gouvernements de « gauche » et de droite creusent le lit du fascisme. La politique de conciliation de classes voire de collaboration de classes dans le mouvement ouvrier désorganise notre classe, la désarme, la paralyse.

 

Sur ce terreau prospère la vermine fasciste qui resurgit et se renforce en période de crise et entre en lutte ouverte avec les autres partis bourgeois. Le fascisme s’adapte aux conditions spécifiques d’une époque, aux conditions politiques, sociales, économiques. Il peut être laïc ou utiliser la religion pour perpétrer le système d’exploitation et d’oppression, imposer brutalement la politique de la bourgeoisie. Le fascisme agit selon les intérêts de la bourgeoisie. Il tente de diviser le peuple, suivant ses origines, sa culture, son ethnie, etc. Il exalte la nation pour entrainer le peuple dans ses guerres d’agression, fomenter des guerres civiles, ou l’unir derrière l’entreprise qui elle seule créerait les richesses (voir le discours de Valls au MEDEF) alors que c’est nous, qui n’avons que notre force de travail, qui produisons les richesses !

 

Dans cette période difficile où chacun essaye de s’en sortir comme il peut, la classe ouvrière et les masses populaires se battent néanmoins et remportent des victoires partielles, localisées, comme ceux et celles de Fralib ou à la Poste. Il est possible de faire reculer le patronat privé ou public, mais cela nécessite de relever la tête et reprendre nos affaires en main pour construire l’Unité à la base et la solidarité combattive.

 

Coordonner les luttes est une bonne chose, mais a une portée limitée, car tout le monde ne se mobilise pas en même temps. Les grèves par secteur divisent et épuisent les travailleurs. C’est seulement quand le mouvement de grève est massif, que l’appareil de production est arrêté, les usines occupées, que le patronat négocie et que les travailleurs et travailleuses peuvent obtenir des conquêtes qui leur permettent d’améliorer temporairement leurs conditions de vie, comme en 1936, après la guerre avec l’application du programme du Conseil National de la Résistance ou en Mai 1968.

 

Ce sera une première étape dans la formation du Front Ouvrier Révolutionnaire nécessaire dans la lutte contre le système capitaliste et la lutte contre le fascisme, car nous ne pouvons nous arrêter à la simple négociation de nos conditions d’exploitation. L’objectif dont nous devons nous emparer est celui de la révolution, sans laquelle nous ne pourrons bâtir un monde dirigé par les travailleurs et travailleuses, qui servira non plus les intérêts de la bourgeoisie mais ceux de la classe ouvrière et des masses populaires.

 

Face à la crise, aux fascistes et à la bourgeoisie, une solution : révolution !

 

BLOCROUGE

Partager cet article

Repost 0
Published by drapeau rouge - dans PS classe ouvrière crise révolution

Présentation

  • : Drapeau Rouge, le blog du PC maoïste de France
  • Drapeau Rouge, le blog du PC maoïste de France
  • : Le Drapeau Rouge est le journal et le blog du PC maoïste de France. Communiste,révolutionnaire et internationaliste, le PCmF lutte pour une révolution radicale en direction du communisme !
  • Contact

Evènements

Recherche

Publications

Livres

classiques

 

Brochures

http://www.aht.li/2055598/brochures_pcmf.JPG

Affiches

cpc.jpg

nouveaux combattants